Johnny est en bronchologie. Mais à quel prix ?

Johnny Hallyday est un blessé de la vie. Un vrai de vrai. Cabot au carré il ne cesse de le montrer. Sous toutes ses coutures. Le dernier épisode en date se situe aux Antilles. Avec, une nouvelle fois, le croisement d’un grand corps malade et de l’activité journalistique qu’il génère. Sur fond de non-hospitalisation dans un établissement public antillais

Jean-Philippe Smet (Johnny Hallyday) aura bientôt 70 ans. Comme nombre des hommes nés durant la seconde guerre mondiale il commence à souffrir de quelques maux. Ce d’autant qu’il n’a jamais été économe de son corps, le livrant sans compter depuis un demi-siècle en pâture à ses fans. D’où, peut-être, son souci de faire fructifier (assez loin de l’Hexagone et des limiers de l’administration fiscale) quelques économies pour ses vieux jours. Comme de juste la presse nourrit une singulière passion pour cet homme hors du commun, propre à faire rêver sinon réfléchir 1. Et cela risque fort de durer.

Aujourd’hui l’heure est à la vraie-fausse hospitalisation. Et aux polémiques.  Hier mardi 28 août une photographie récente publiée par Le Parisien montrait, jambes nues à l’appui, que le temps peut faire bien des dégâts, même chez les chanteurs de variétés. Le Parisien s’intéressait à la star car « des doutes planent sur son état de santé ». Le CHU de Pointe-à-Pitre évoque une hospitalisation « en réanimation » et un « état stable ». Dans la matinée, « Voici » et RTL avaient parlé d’une « crise de tachycardie »…  Pour en savoir plus le quotidien a appelé en urgence le « professeur de pneumologie » Jean-Philippe Derenne (groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris).

Une bronchite est une bronchite. Sauf chez les fumeurs

« Une bronchite est une pathologie qui ne nécessite pas d’hospitalisation, à moins d’avoir des difficultés respiratoires préexistantes. Un grand fumeur, par exemple, peut souffrir d’une insuffisance respiratoire chronique appelée BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive). Et du coup, lorsqu’il attrape une surinfection virale, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et il peut y avoir une gêne respiratoire justifiant une hospitalisation » a expliqué le Pr Derenne. Et encore : « un problème cardiaque peut aussi expliquer ce type de problème. Une artère coronaire qui fonctionne mal peut entraîner une petite embolie pulmonaire ». La goutte d’eau de trop, en somme.

Réanimation, pneumologie ou pas Johnny ne décolère pas. Ou c’est ce qu’il veut faire savoir. « Merci les amis, mais comme d’habitude les médias exagèrent tout. J’ai seulement une grosse bronchite que je traîne de ma tournée d’été », a-t-il écrit. Du moins est-ce ce que l’on peut lire dans un message posté sur Instagram et relayé par ses producteurs actuels. « Mardi en fin de journée, aucune activité particulière n’était perceptible devant l’hôpital Pierre Zobda Quitman, partiellement en travaux, a constaté un journaliste de l’AFP. Le personnel de sécurité de l’établissement semblait guetter les allées et venues des quelques journalistes encore présents » nous informe l’AFP. L’AFP nous dit encore que la veille  l’épouse de Johnny (elle se prénomme Laeticia) avait posté un message de la même teneur sur Twitter. Soit : « Johnny va bien. Nous venons d’arriver en Martinique pour des derniers examens. Soyez rassurés comme je le suis ».

CardioBronchoLogie

Les faits, juste les faits : souffrant d’une gêne respiratoire, Johnny Hallyday a été hospitalisé dans la nuit du 25 au 26  à Saint-Barthélemy, où il se reposait depuis début août dans la maison qu’il possède sur cette-île-très-prisée de-la-jet-set. Puis le dimanche soir il  il a été transféré à l’hôpital de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), d’où il est sorti le lendemain, le CHU estimant que son état de santé ne « nécessitait plus d’hospitalisation ». Le malade-star  qui ne devait pas être hospitalisée  a alors été transportée en hélicoptère de la sécurité civile au CHU de Fort-de-France (Martinique). A peine le premier établissement était-il cité que le magazine Le Point donnait son point de vue indirect et sur la qualité des services de cet établissement . Pour sa part dans un entretien au Parisien son manager Sébastien Farran, confirmait que le chanteur souffrait d’une simple bronchite. « Il va être transféré d’ici la fin de la journée à Fort-de-France, pour subir des examens complémentaires en cardiologie et en bronchologie » ajoutait-il.

« Un établissement plus grand, afin de procéder à des examens complémentaires à la demande de son entourage, nous expliquait ensuite l’AFP. Une série de photographies publiées par le quotidien local France-Antilles montrent l’arrivée de la star à l’héliport puis au CHU, dissimulée par de grands draps blancs pour échapper aux paparazzi. Selon son manager, Sébastien Farran, le chanteur s’y trouve « dans une situation de non-hospitalisation » et « va sortir dans les heures qui viennent ou mercredi ». De sources proches du dossier, on jugeait cependant improbable une sortie imminente, évoquant un séjour qui pourrait durer jusqu’à une semaine.
Les déclarations rassurantes de Johnny et de ses proches font suite à une folle journée lundi, où une communication chaotique a suscité incertitudes et rumeurs de problèmes cardiaques. »

Un hélicoptère de la Sécurité civile

Nous nous souvenons tous d’une hospitalisation-non-hospitalisation  du chanteur fin 2009. Opéré dans une célèbre clinique privée parisienne par un chirurgien neurologique célèbre d’une hernie discale, il avait dû être hospitalisé quelques jours plus tard en urgence à Los Angeles. Plongé avec ou sans son gré dans le coma, il avait frôlé la mort. Et avait aussi été contraint d’annuler la fin de son « Tour 66 », alors assuré pour 30 millions d’euros.

« Depuis, la santé de Johnny est un sujet sensible et il est fort probable que ses assureurs ne soient pas étrangers aux examens complémentaires qu’il subit actuellement à Fort-de-France, glisse l’AFP. Avant le début de sa nouvelle tournée-marathon, le 14 mai à Montpellier, Johnny Hallyday s’était pour la première fois livré à leur demande à des examens médicaux très poussés. Johnny « est en pleine forme », avaient-ils alors conclu.
Comme prévu, cette tournée d’une quarantaine de dates s’est interrompue début août pour permettre à Johnny Hallyday de prendre quelques mois de repos et d’en profiter pour enregistrer un nouvel album, dont la sortie est prévue en novembre. Elle doit reprendre le 11 octobre à Epernay (Marne), pour 22 dates jusqu’au 22 décembre. Quelques concerts sont programmés auparavant à Montréal et New York. Les intérêts financiers en jeu sont donc colossaux, d’autant que la première partie de cette 181e tournée n’a pas rencontré le même succès que par le passé. Nombre de dates, dont les trois soirées au Stade de France en juin, n’ont pas affiché complet, et Johnny a été contraint à plusieurs reprises de consentir des ristournes pour écouler des billets. Au total, la tournée de Johnny devrait attirer 700.000 spectateurs. Selon son producteur, elle doit atteindre un taux de remplissage de 70% pour être amortie. »

L’étape conduisant (en hélicoptère de la sécurité civile) de la sortie de l’hôpital de Pointe-à-Pitre jusqu’au CHU de Fort-de-France pour sa bronchologie n’était pas, semble-t-il, médicalement justifiée. Pas plus que la non-hospitalisation qui suivit dans l’établissement. A combien l’opération hélicoptère-bronchologie a-t-elle été facturée. Et à qui ? S’agit-il d’une étape expérimentale dans la volonté exprimée en haut lieu  d’ouvrir le parc hospitalier français à des malades plus fortunés que la moyenne de ceux auto-recrutés dans l’Hexagone ?

 

1 Sur ce thème on se reportera avec un vif intérêt à l’essai signé du journaliste Philippe Boggio intitulé « Johnny » et publié chez Flammarion

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s