Statines : l’Académie dans le sillage de Prescrire, suivie du Ciss

L’éloge-brûlot du cholestérol n’est toujours pas en librairie mais le tour de la question est désormais fait. Ou presque. D’où cette question : faut-il  mettre le livre en vente ?

Le Pr Philippe Even a tout dit (Le Nouvel Observateur) du contenu de son brûlot. Et chaque jour une nouvelle initiative objective vient dénoncer les outrances qui le sous-tendent. Ce qui ne veut pas dire que tout est rose dans le monde des statines. Loin de là. A commencer par le non-respect massif des seules indications qui mériteraient  d’être retenues. Question : les autorités sanitaires saisiront –il cette occasion sans précédent pour redire  ce qui, en amont, demeure l’essentiel : la mobilisation et l’alimentation de son corps ? Rien  malheureusement ne l’indique. Et l’on risque fort de s’acheminer, comme dans le cas des pilules et du tabac, vers un grand et triste gâchis.

Hier les responsables du mensuel Prescrire rappelaient fort justement et fort opportunément l’essentiel. Aujourd’hui un message est voisin est émis sur la Toile depuis les ors de la rue Bonaparte (6ème arrondissement). La synthèse en provenance du boulevard Voltaire (11ème)  était collective et anonyme. La mise au point  de l’Académie de médecine est triplement signée : Pierre Corvol, Joël Ménard, Jean-François Bach ; le premier et le troisième sont membres de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie des sciences, le deuxième est membre associé de l’Académie nationale de pharmacie et ancien Directeur général de la santé. On lira leur mise au point et leur bibliographie ici même. Et on appréciera cette formule diplomatique d’un autre temps : l’avertissement fait « aux personnes qui accorderaient crédit aux opinions défavorables diffusées largement dans la presse par quelques uns ». Pour un peu on entendrait presque l’antique trébuchet académique.

Résumons : d’abord la HAS, ensuite Prescrire, aujourd’hui l’Académie de médecine.  Des différences bien sûr, mais sur le fond un propos convergents. Qui ne doivent en rien conduire à passer sous silence les dangereux et coûteux invariants que l’on retrouve dans l’ensemble du marché du médicament, à commencer par les dérives des prescriptions, le non respect des indications, le réflexe ordonnancier-spécialités, l’obscurité totale de la fixation des prix et l’opacité coupable sur les chiffres de ventes et de consommation.

Et encore, à l’instant même cette réaction également opportune et d’une portée plus large émanant du Collectif interassociatif  sur la santé (Ciss). Réaction que l’on peut lire ici.  Titre : « Panique sur l’information en santé ! »

 Extraits :

« Un ancien promoteur de la ciclosporine comme traitement du VIH et un ancien urologue alimentent, depuis plusieurs mois maintenant, avec la complicité de certains médias, une polémique sur le médicament en général et quelques molécules en particulier. S’il est légitime de dénoncer les excès d’une certaine politique du médicament qui portent atteinte aux personnes et à la santé publique, ce travail ne doit pas se faire au détriment de l’éducation à la santé dont nous avons tous tant besoin. D’ailleurs, des travaux indépendants, comme ceux de la revue Prescrire ou de la Cochrane Collaboration, et des recommandations scientifiques, comme celles de la Haute autorité de Santé, montrent qu’une autre voie est possible. Le contexte de confusion actuelle ne fait que rendre encore plus impérative l’urgence d’une réelle politique d’éducation à la santé, qui commence d’ailleurs par le fait de donner à chacun les éléments lui permettant de se mobiliser en faveur de son propre état de santé. Cela débute donc par l’information. Laquelle ne saurait se résumer à quelques actions éparses, sur des thèmes étroits, et non coordonnées entre elles. »

 D’où il ressort, au fond, que le pire n’est peut-être pas toujours le plus probable.

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s