Pourquoi ne pas brosser les dents de nos aînés ?

Question  de grande ampleur: la santé buccale et dentaire des personnes âgées. Cette semaine l’accent est mis sur le réapprentissage du brossage. Une semaine ? Une étude du BEH démontre qu’il existe aujourd’hui une forme  cordon anti-sanitaire entre les Ehpad et les chirurgiens-dentistes. Qui s’en soucie ?

C’est peut-être çà , le début de la dépendance ultime : quand on ne parvient plus à se brosser les dents. Ou pire : quand on n’a plus le goût de le faire. Ou pire encore : quand les autres ne veulent/ne peuvent plus le faire pour vous. Remercions ici le titreur de La Nouvelle République du Centre-Ouest qui accrocha l’œil de ses lecteurs en abordant violemment  l’affaire. On parlait d’urines et de fèces. Et de brosses à dents. Cela se passait dans un Ehpad au sud de Tours (Indre-et-Loire) et c’était il y a précisément deux mois sur ce blog.

« On fait chaque lit en grand une fois par semaine. La toilette quotidienne, c’est mettre les bas à varices, la toilette au lit — intime ou entière si les personnes ne peuvent pas bouger — ou au lavabo. On n’a plus le temps de leur couper les ongles, de leur brosser les dents ou les appareils dentaires.  Il y a trente-quatre résidents par étage » expliquait à la journaliste une aide-soignante (dix ans d’Ehpad ; 1300 euros par mois). Les dents ou les appareils dentaires. Ou les ongles. A quelles vitesses poussent-ils ?

Des ateliers brossage ludo-pédagogiques

Pour l’heure  l’accent est  mis sur les dents et sur la sphère bucco-dentaire. Pour l’heure et pour la semaine.

« Mauvaise haleine, perte du goût, blessures des muqueuses, douleurs, pathologies cardiaques et articulaires, rhumatismes, perte d’autonomie, baisse de l’estime de soi, repli social… Les conséquences d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire ont de lourdes répercussions sur la santé physique et psychologique de près d’une personne âgée sur deux. » C’est l’accroche du communiqué de presse  que viennent de nous adresser le SYNERPA1  et l’UFSBD 2.A quelles fins ? « Pour faire prendre conscience des enjeux de santé publique liés à l’hygiène bucco-dentaire.

Communiqué lançant la  « Semaine Nationale « Aimez vos dents ! », organisée simultanément dans cent ciquante EHPAD en France. Des rencontres seront organisées « entre le personnel de santé, les personnes âgées et les enfants autour d’ateliers ludiques et intergénérationnels, pour les former aux bonnes pratiques d’hygiène bucco-dentaire ». On ne précise pas ce que peut être un « atelier ludique et intergénérationnel » pas plus que le rôle que pourront jouer les enfants en ce qui concerne la santé buccodentaires des plus âgés. Ajoutons que dans le même veine figure au programme  des « ateliers ludo-pédagogiques ». On entend par là :
– un atelier Brossage / Mise en pratique avec une maquette géante des bons gestes de brossage
– un atelier Alimentation / Composition du repas idéal avec des ingrédients factices
– un chant par les enfants

La denture de nos anciens

C’est gentiment baroque. Il y a toutefois plus grave. On aimerait, s’ils en avaient le temps que les responsables du SYNERPA et de l’UFSB prennent connaissance d’un document accablant les concernant au premier chef. L’affaire est exposée dans un récent billet de ce blog. Blog qui renvoie lui-même a une publication  du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS). Il s’agit de l’édition datée du 5 mars 2013. Auteurs : Sophie Thiébaut, LaurenceLupi-Pégurier, AlainParaponaris et BrunoVentelou (de l’Observatoire régional de la santé Provence – Alpes-Côte d’Azur).  Bilan de cette enquête : « la vie en institution peut être considérée comme une barrière pour le recours au chirurgien-dentiste ».

Ou encore : « les pensionnaires d’établissements publics et privés à but lucratif ont 30 % de chances de moins de recourir à un chirurgien-dentiste par rapport aux personnes qui vivent à domicile ». L’âge joue aussi un rôle avec une probabilité de recours à chirurgien-dentiste « nettement diminuée pour les personnes de plus de 85 ans ». Ainsi, « les sujets de plus de 85 ans ont notamment deux fois moins de chances d’accéder aux soins bucco-dentaires que ceux de 60 ans ». Pour les auteurs de l’étude, ce moindre niveau de recours aux soins bucco-dentaires s’expliquerait en partie par« l’absence de personne accompagnante prête à conduire les seniors chez le dentiste » ou par « un certain fatalisme vis-à-vis de la santé orale, jugée comme moins importante que la santé générale ».

En dehors de la ludique « semaine » dédiée à cette question que font les adhérents du SYNERPA ? Que font les 15 000 membres de l’UFSBD ? Comment vaincre cette barrière entre la personne âgée dépendante et le chirurgien dentiste ? Pourquoi nous désintéressons-nous collectivement à ce point de la denture de nos anciens ?

1 Créé en juin 2001, le SYNERPA, est le premier syndicat national des maisons de retraite privées en France. Il fédère des établissements privés, commerciaux ou associatifs. Il représente aujourd’hui 1800 établissements pour un total de 125 000 lits. Il est présent dans tous les débats nationaux et locaux sur les questions d’accompagnement de la perte d’autonomie en établissements.

2 L’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire, centre Collaborateur OMS, représente la profession dentaire agissant en cabinet. Forte de ses 15 000 membres, l’UFSBD est un véritable acteur de santé publique. Elle intervient sur tout le territoire grâce à son réseau de comités régionaux et départementaux. Elle mène des actions sur mesure auprès de publics spécifiques : jeunes enfants, adolescents, femmes enceintes, personnes âgées dépenda

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s