« Exclusif » – Cigarette électronique : la révolution des deux millions

A la veille du verdict de Strasbourg (Parlement européen) le site des buralistes fait une révélation chiffrée sur l’engouement français.

Il en tire une conclusion de nature à faire mal aux officinaux. Pour l’heure toujours aucun chiffre gouvernemental.   

 « Le nombre de fumeurs, adultes de plus de 18 ans, de cigarette électronique a connu un nouveau bond en avant cet été. Il y aurait 1 956 000  fumeurs – réguliers ou occasionnels – de cigarette électronique en France. » Telle est, résumée, l’exclusivité que vient d’offrir, gracieusement lemondedutabac.com. Nous savons depuis peu (grâce notamment à arretssurimages) qui se cache derrière ce site (1). Ce qui n’altère en rien l’intérêt des informations originales qu’il peut fournir. Bien au contraire. On peut même, une nouvelle fois, dire à son endroit que l’identité de la source en potentialise l’intérêt.

Chiffres et pincettes

 Ainsi aujourd’hui un « exclusif ». Et un exclusif « confidentiel » qui plus est.  « Cet été, nous avons fait état d’une enquête régulière (une vague tous les deux mois), menée avec de grands moyens, portant sur un échantillon large et  significatif, (voir Lemondedutabac du 19 août). Mais cette enquête garde un caractère confidentiel. En conséquence, les chiffres auxquels nous avons eu accès sont à prendre avec précautions. Et l’on attend toujours la publication d’une enquête officielle des pouvoirs publics sur le marché, peut-on lire. Quoiqu’il en soit, la dernière « vague » de l’enquête que nous citons s’est déroulée en août. Et elle arrive à la conclusion selon laquelle 4% de la population, de plus de 18 ans, seraient consommateurs de cigarette électronique : soit 1 956 000 personnes (sur une estimation de 48,9 millions de Français majeurs de plus de 18 ans).

Et donc 489 000 fumeurs en plus par rapport aux résultats de juin dernier (1 467 000 personnes). Ou encore 1 point de plus en deux mois (de 3 à 4% de la population adulte). Ce qui serait pour le moins fulgurant. »

La belle envolée

Bien évidemment ce dernier conditionnel est gênant. Mais pour lemondedutabac.com, rien de très étonnant. Du moins si l’on suit la courbe de progression des résultats de l’enquête depuis le début de cette année. A savoir :

. février : 635 000 fumeurs de cigarette électronique (1,3 % de la population de plus de 18 ans)

. avril : 1 260 000 (2,6%)

. juin : 1 467 000 personnes (3%)

. Et donc, août : 1 956 000 (4 %)

 Développement sans freins

 Autre indication conditionnelle de cette enquête : il y aurait deux fumeurs « réguliers » de cigarette électronique pour un « occasionnel ». Et encore : la grande majorité des utilisateurs continueraient à fumer de la cigarette conventionnelle mais dans des proportions moindres qu’auparavant. Et il semblerait que la dernière enquête d’août montre que tous les profils d’âge soient désormais concernés.

« Comment expliquer une telle croissance si elle devait être confirmée par d’autres études ? Outre la multiplication des boutiques dédiées en zone urbaine, on y verra surtout les effets de l’arrivée en nombre des buralistes sur le marché et, probablement, d’un développement continu sur internet » ajoute lemondedutabac.com. On peut y voir aussi  le développement sans frein d’un marché pour l’heure totalement dérégulé. Ce qui ne saurait durer.

D’abord parce qu’un tel engouement ne peut pas ne pas nuire au marché de a cigarette-tabac. Ensuite, corollaire parque ce marché émergent d’une addiction démasquée (celle à la nicotine débarrassée des fumées et des goudrons de la combustion) sera très prochainement taxé. (Bernard Cazeneuve, ministre délégué du Budget l’a déjà annoncé).

Au bonheur des vapoteurs/fumeurs

Reste l’essentiel de l’heure, un essentiel en gestation dans les couloirs strasbourgeois et moquettés du Parlement européen (interdiction de fumer) : laisser le marché en l’état ou le transformer. Passer de l’air libre à la pharmacie d’officine, du tout-venant aux rayonnages de médicaments. Il est possible qu’une telle mesure ne fasse pas, en France et ailleurs, le bonheur des vapoteurs/fumeurs. Des hommes et des femmes qui, comme les buralistes ne cessent de le répéter aux politiques, sont aussi des électeurs. Deux millions qui, quotidiennement ou presque, vivent et souffrent, expérimentent une révolution de leur addiction. Ce qui pourrait mériter réflexion.

Question: pourquoi ne dispose-t-on pas ici d’évaluations officielles quant aux caractéristiques ce marché; un marché qui touche à la fois aux finances de l’Etat et, plus encore, à la santé publique ?

 (1) Jean-Paul Vaslin, membre de la Confédération des buralistes (cf arrêts sur images)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s