Carmat®: cœurs donnés et cœurs achetés

C’est une première mondiale. Mieux, c’est une formidable première mondiale. Et elle est 100% française, issue de la talentueuse passion du Pr Alain Carpentier associés à des industriels et à des financiers qui n’ont pas perdu la morale de leur métier.

Mais c’est aussi le premier cœur artificiel mis au point alors que les transplantations tiennent le haut du pavé. Des transplantations parfaitement codifiées qui ne marquent le pas que du fait de la pénurie de greffons.

D’un côté la chaîne de la solidarité biologique développée depuis l’Afrique du sud et Chris Barnard (1967). De l’autre l’avènement, après plus d’un demi-siècle d’efforts, d’un prototype mécanique biologisé.

 D’un côté le marché, de l’autre la solidarité ? C’est sans doute un peu plus compliqué. Mais c’est néanmoins aussi ce questionnement, cet affrontement, qu’inaugure le cœur Carmat®

C’est Marisol Touraine, ministre de la Santé qui, vendredi 20 décembre a donné l’information officielle. « Une grande fierté pour la France » a-t-elle dit annonçant qu’un cœur artificiel Carmat® avait été implanté le 18 décembre 2013 à un patient à l’Hôpital Européen Georges-Pompidou (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris).  La ministre a tenu à « féliciter chaleureusement le professeur Alain Carpentier, inventeur de cette prothèse cardiaque révolutionnaire, les Prs Jean-Noêl Fabiani, Christian Latremouille, et Daniel Duveau qui ont opéré le patient, et toute l’équipe médico-chirurgicale de l’hôpital ainsi que l’AP-HP pour ce véritable exploit médical ».

France, leader mondial

Suite du communiqué de presse :

 « Cette première mondiale est une grande fierté pour la France, une fierté que notre pays doit aux talents d’innovation de ses médecins chercheurs, de ses hôpitaux et de ses industriels. La société CARMAT, PME française créée par le professeur Carpentier, est l’illustration du rôle de leader mondial de la France dans le domaine des dispositifs médicaux.

Cette prothèse intelligente réagit comme un cœur physiologique ; elle se contracte de la même façon ; elle accélère son rythme avec l’effort et le ralentit avec le repos. Elle offre un espoir nouveau aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque terminale dont l’avenir dépend encore de greffons dont le nombre reste insuffisant.

Le professeur Alain Carpentier ouvre une nouvelle voie thérapeutique, qui va être évaluée dans le cadre d’un essai clinique unique au monde auquel participeront l’Hôpital Européen Georges-Pompidou de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, le Centre chirurgical Marie Lannelongue du Plessis-Robinson et l’hôpital Laënnec-Nord du CHU de Nantes. »

France 2

Le soir même le Pr Christian Latremouille expliquait en direct, sobrement et précisément, au 20 heures de France 2, de quoi il retournait. Dans la foulée tous les médias d’information générale relayaient le propos, l’amplifiaient parfois, le simplifiaient souvent. Un processus habituel dans les phénomènes nationaux d’émotion et d’espoirs collectifs – a fortiori en temps de crise et de déshérence.

Depuis les hommages officiels et les mises en scène ne cessent pas. C’est de bonne guerre. C’est à peine s’il faut rappeler aux non-médecins que le malade (son âge annoncé varie entre 70 et 76 ans selon les sources) n’a été implanté qu’il y a trois jours et que ce recul est pour le moins insuffisant pour se prononcer. Enthousiasme médiatique et politique devant la prouesse technologique. Et enthousiasme tricolore que certains sur les ondes radiophoniques situent dans le prolongement de la première greffe cardiaque française du professeur Christian Cabrol au sein du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière.

Truffle Capital

Au fil des heures toutefois deux points sont développés. Le premier est financier. Le second est de nature plus éthique., c’est à dire médical et politique. Le premier est résumé dans les colonnes du Monde de cet-après midi. Philippe Pouletty y répond à quelques questions. Il dirige le fonds d’investissement Truffle Capital. Il est cofondateur de CARMAT ( société Carmat ).

Quel est donc le  business model du cœur Carmat® ? « Il s’adresse aux patients atteints d’une d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale. Cela pourrait représenter environ 100 000 malades en Europe et aux Etats-Unis. Aujourd’hui, seulement 5 % à 7 % des patients qui ont besoin d’une transplantation cardiaque en bénéficient, faute de donneurs. Il pourrait coûter environ 150 000 euros – à peu près le coût d’une transplantation. Il permet cependant d’économiser le prix des traitements immunosuppresseurs (qui évitent le rejet de la greffe), soit environ 20 000 euros par an en moyenne, la vie durant. Le besoin médical est considérable, avec un marché potentiel de plusieurs milliards d’euros. La question de la prise en charge par les systèmes de santé est très importante. Nous sommes confiants. Des cœurs artificiels beaucoup moins sophistiqués et d’un coût comparable sont déjà autorisés et remboursés dans plusieurs pays. »

OSEO

Quid des résultats le concernant puisque son action vaut plus de 100 euros aujourd’hui, contre 18 lors de son introduction ? Le projet initial a été financé à hauteur de 10 à 15 millions d’euros par EADS, qui détient un tiers du capital. Après la création de Carmat, grâce au financement de Truffle Capital, nous avons levé 16 millions d’euros en 2010 lors de notre introduction en Bourse et 30 millions en 2011, lors d’une augmentation de capital. Nous avons aussi reçu le soutien d’Oseo (BPI France Financement), qui nous accordé 33 millions d’aide à l’innovation. Nous pourrions faire appel, le moment venu, à de nouveaux investisseurs, notre objectif étant si possible de rester indépendants. »

Cent mille malades en Europe et aux Etats-Unis ? Seulement 5 % à 7 % des patients qui ont besoin d’une transplantation cardiaque en bénéficieraient aujourd’hui faute de donneurs ? « Pourrait » coûter environ 150 000 euros ? Pour l’heure il faut raisonnablement attendre avant de commenter. Avant surtout de discuter des indications précises de cette prothèse par rapport à la greffe.

Durée de vie

Trois autres malades devraient être implantés dans les prochaines semaines. Il faudra alors attendre plusieurs semaines avant d’évaluer les bénéfices médicaux et les limites de ces implantations. A plus long terme, l’une des inconnues est la durée de vie chez le patient de ce cœur conçu et testé sur banc d’essai pour fonctionner au moins cinq ans.

« Nous espérons dès 2014 élargir les essais à une vingtaine de patients. Des implantations sont prévues dans d’autres pays, notamment la Pologne. S’ils sont positifs, les résultats nous permettront de définir ses conditions d’utilisation et de déposer un dossier pour obtenir le droit de commercialiser ce cœur artificiel en Europe, ajoute Philippe Pouletty. En parallèle, Carmat poursuit ses recherches pour augmenter l’autonomie des batteries et affiner l’ergonomie de la console de contrôle. Carmat pourrait aussi dans le futur développer un modèle plus petit. »

Solution d’attente ? 

L’autre sujet commence a être abordé en filigrane (notamment dans Le Parisien/Aujourd’hui en France et sur France Inter) par Claire Macabiau, présidente de la Fédération des associations de greffés du cœur et des poumons.  Greffée depuis dix-sept ans elle parle du recul nécessaire, s’interroge si l’implantation d’une prothèse Carmat® pourra remplacer toutes les greffes de cœur. « Lors des conférences faisant des points d’étape sur la création de ce cœur artificiel on nous l’a d’ailleurs toujours présenté comme une solution permettant d’attendre plus longtemps un greffon, mais jamais comme quelque chose de définitif » s’étonne-t-elle.

On compte 600 000 insuffisants cardiaques en France. On compte 3 500 greffés du cœur. Et 700 personnes en attente d’une transplantation. Arrive l’espoir du cœur Carmat®. Pour Mme Macabiau il faut « intensifier les messages incitant au don d’organe, « un message qui n’est pas encore assimilé par les Français ».

C’est la nouvelle équation cardiaque. Elle vient juste d’être posée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s