Chômage ou pas, « inverser une courbe » ne se dit pas

La France post-réveillon tremble et attend : « on saura ce soir à 18 h si le Président a ou non gagné son pari ». Or ce pari est une absurdité scientifique.

Démonstration sur France Culture par un physicien médiatique. Un propos qui résonne méchamment avec l’enseignement de la médecine.

Etienne Klein, 55 ans, fait de la physique, pas de politique. Sauf quand la physique devient politique. Ou plus précisément les mathématiques – situation assez rare, toutes choses égales par ailleurs. C’est pourtant le cas aujourd’hui avec ce nouveau mouvement de Panurge : le troupeau médiatique attend les cloches de la dix-huitième heure. Alors il exultera : la France saura si le président de la République a « gagné son pari ». Entendre par là si les mesures décidées par François Hollande durant l’année 2013 auront ou non pour conséquence « une inversion de la courbe du chômage ».

Tympans ouverts

Etienne Klein est le seul physicien français à être présent sur les ondes radiophoniques. Il tente d’y traduire la physique (pour l’essentiel quantique) pour des tympans intellectuels et grands ouverts : ceux des auditeurs de France Culture. En septembre dernier Etienne Klein s’est énervé : il avait, durant l’été, entendu parler de l’inversion de la courbe du chômage. Et il a, simplement, démontré en quoi cette expression était une absurdité. On l’entendra ici-même :

http://www.franceculture.fr/emission-le-monde-selon-etienne-klein-inverser-une-courbe-2013-09-05

Réduire n’est pas inverser

Où l’on comprend que François Hollande aurait dû dire « réduire le taux de chômage en France ». Où l’on pressent qu’il ne pouvait pas, politiquement, être aussi clair. Où l’on entend que tout ceci est bien flou, ce qui fait irrémédiablement penser à un chaperon de petite taille et de la couleur que l’on sait.

A écouter Etienne Klein on connait la suite de l’histoire du jour : quel que soit le chiffre de 18 h l’absurdité mathématique de départ conduira à toutes les interprétations sémantiques et politiques.

Numerus clausus

Mais écouter ce physicien laisse aussi songeur quant aux méthodes de sélection à l’embauche des futurs médecins destinés à exercer en France. Il faut ici se pencher sur la seconde partie de sa chronique et l’histoire qu’il rapporte concernant les méthodes de sélection de son confrère italienEnrico Fermi (1901-1954):

http://www.franceculture.fr/emission-le-monde-selon-etienne-klein-inverser-une-courbe-2013-09-05.

Nous connaissons l’incurie chronique française concernant la maîtrise des flux de la démographie médicale (mémoire-blog). Viendra bientôt la grande réforme de la formation médicale (elle n’a jamais été aussi proche). Il faudra alors songer que  la sélection n’est pas qu’une affaire de nombre. L’ inversion de la courbe ? Une absurdité, nous dit le physicien Klein. C’est enregistré. Et le numerus clausus ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s