Mourrons-nous (avant l’heure) du cœur devant nos ordinateurs ?

Bonjour

Connaissez-vous ou non les  #statalacon  ? Sous cette dénomination assez limpide (et peut-être déposée – voir Dominique Dupagne) prend forme un mouvement assez salutaire de contestation. Il entend dénoncer certaines outrances statistiques présentes dans le champ médiatique des publications scientifiques en général, notamment biomédicales.

Assureur géant

Sans être pleinement dans le cœur de cible une publication récente de la revue Circulation Heart Failure  vient d’entrer dans le paysage. On trouvera ici cette publication, à la fois in extenso et gracieusement. Mais en langue anglaise. Elle est signée de  Deborah Rohm Young (100 S Los Robles, 2nd Floor, Pasadena, CA 91101.  deborah.r.young@kp.org ) et que de ses collègues des départements de cardiologie de Kaiser Permanente, l’un des géants américains de l’assurance (9 millions d’assurés)  comme on peut le voir ici.

Cinq heures d’écrans par jour 

Cette publication vient d’être exposée et analysée dans les colonnes du Figaro (Damien Mascret).  Comme on peut le lire ici. On peut rapidement résumer le travail californien. Il nous dit en substance que passer plus de cinq heures par jour assis devant un écran augmenterait de 34 % le risque d’insuffisance cardiaque. Des chiffres issus d’un travail conduit sur une dizaine d’années auprès de plus de 84.000 hommes, âgés de 45 à 69 ans résidant  en Californie.

Hôtel-Dieu

«C’est intéressant d’avoir choisi cette maladie, commente dans les colonnes du Figaro le Pr Jacques Blacher  (Centre de diagnostic et de thérapeutique de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, Paris). Il s’agit en effet d’une maladie grave et relativement fréquente. D’ailleurs, dans cette étude, il y avait environ 0,5 % de risque de survenue d’une poussée d’insuffisance cardiaque tous les ans alors que la population était relativement jeune: 58 ans d’âge moyen.»  D’autres spécialistes soulignent  la durée et l’ampleur du travail californien.

Sédentarité à géométrie variable

Les chercheurs-assureurs californiens  ont constitué des groupes d’une part en fonction de l’intensité de l’activité physique  pratiquée chaque semaine et de l’autre selon le nombre d’heures passées chaque jour assis devant un écran plat, tactile ou pas. Les heures passées aussi (comme jadis) devant des pages de papier imprimé. Où l’on voit que la sédentarité n’est pas toujours là où l’on croit – le travail y prenant souvent une large part.   Résultats californiens : sur huit ans les personnes qui passent plus de cinq heures par jour assis ont un risque d’insuffisance cardiaque accru de 34 % par rapport à celles qui le sont moins de deux heures par jour.

Causalité inversée

S’inquiéter ? Se lever ? Alerter ? Tout débrancher ? Savoir raison garder. Le Pr Blacher rappelle, toujours dans Le Figaro,  qu’il ne s’agit ici que d’une étude d’observation et que l’on ne peut donc pas écarter l’hypothèse d’une causalité inverse.  Mais encore ?  « Le fait que ce ne soit pas l’absence d’activité physique et la présence de loisirs sédentaires qui explique la survenue d’une insuffisance cardiaque, mais l’inverse».  Dans ce cas, conclut Le Figaro,  on réduirait son activité physique parce que l’on commencerait à devenir insuffisant cardiaque. Mais cela, il faudra une autre étude pour le savoir.

Lire debout

Dans l’attente ces réflexions chiffrées ne sont pas sans faire songer (mémoire-blog) aux récentes affirmations (publiées dans Le Monde) selon lesquelles le fait de rester trop assis trop longtemps tuerait finalement plus le tabac. Un propos que l’on conseillera  ne pas lire en étant essoufflé. Et encore moins debout.

(A demain)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s