Le Dr House est vivant – mais il est Allemand

Bonjour

N’ayez pas peur. On peut avoir confiance en l’homme-médecin. En voici une nouvelle preuve bien vivante. Souvenons-nous de notre célèbre confrère.  On le croyait disparu. Or, miracle : voici que le Dr House entre dans les colonnes et sous les ors anglais du Lancet. Ce n’est plus tout à fait le même, certes. Il a perdu son flegme et gagné en rigidité. On ne l’imagine plus drogué, pervers,  libidineux et claudicant. Sans parler de ses dernières sorties musicales dans les brouillards de Londres.

Aujourd’hui il a gagné en stature, cheveux blonds en brosse avec des passions que l’on imagine simples : Goethe,  Bach et Habermas, vins de glace et Costa Brava. Sans oublier des voitures de qualité.  Il est sur le Vieux Continent et il est Allemand. Il était Dr House. Il est Dr Haus.

Maladies non diagnostiquées

Résumons. L’édition datée du 8 février du Lancet publie un case report (1) dans lequel cinq médecins et toxicologues allemands expriment leur reconnaissance envers leur célèbre confrère de la série américaine.

Comme le Dr House le Dr Jüergen R. Schäefer est un spécialiste de médecine interne. Comme lui c’est un médecin intellectuel, un as de l’impossible. Il dirige le centre des maladies « non diagnostiquées » de l’hôpital universitaire de Marburg. Là, il travaille avec les Drs Kirsten Dahms, Yulia Sharkova et Sabine Pankuweit. Son toxicologue préféré est le Pr Peter Heitland (Medizinisches Labor, Bremen).

Un jour de mai 2012 l’équipe de Marburg voit arriver  un homme de 55 ans souffrant d’une insuffisance cardiaque (classe IV – registre  New York Heart Association). Pas d’antécédents notables hormis deux prothèses de hanche, une maladie coronarienne et une cardiomyopathie vraisemblable. Il souffrait aussi de surdité et d’une  cécité prononcée.

Ce patient était adressé à l’équipe du Dr Schäefer  pour une fièvre d’origine inconnue associée à hypothyroïdie, une oesophagite par reflux et des ganglions lymphatiques médiatinaux.  A noter : la présence de d ganglions au niveau de l’aine gauche. Sa prothèse datait de novembre 2010. Prothèse métal, tête suisse (Zimmer, Winterthur), tige allemande (Aesculap, Tuttlingen). Elle avait été posée en remplacement d’une prothèse céramique de qualité totalement allemande (tête et tige Aesculap) implantée en décembre 2001et qui s’était brisée.

Tous les symptômes dont souffrait le malade en mai 2012 étaient apparus en 2011 et aucun des nombreux médecins consultés n’avaient trouvé la clef du mystère. Tel ne fut pas le cas du Dr Juergen R Schaefer et de son équipe. Hypothèse : intoxication au cobalt.  Radiographie de la hanche, dosages du cobalt et du chrome dans le sang et les urines. Diagnostic confirmé. Traitement au 2,3- dimercaptopropane -1- sulfonate. Retour immédiat à la clinique d’origine, retrait de la prothèse en métal étranger et pose d’une céramique de qualité entièrement allemande.  Disparition rapide des symptômes infectieux, cardiaques et digestifs. En juillet 2013 les fonctions visuelles et auditives n’avaient toutefois été que partiellement récupérées.

Buveurs de bière

Dans sa correspondance au Lancet l’interniste allemand a l’honnêteté de reconnaître ce qu’il doit au personnage incarné par l’Anglais Hugh Laurie et a ses créateurs américains. Lui-même use d’ailleurs, à Marburg, de la série comme support d’enseignement de sa discipline. Et certains médias, comme Die Welt, ont même vu en lui une sorte de  Dr House allemand.

Face à son patient fiévreux et ganglionnaire le Dr Schüefer a aussitôt  songé à « Family Practice » (saison 7 épisode 11).  « L’intoxication au cobalt est une cause bien connue de cardiomyopathie depuis plus d’un demi siècle, rappelle l’équipe allemande dans le Lancet. Elle a surtout était étudiée au Québec chez des buveurs de bière  ainsi que dans des contextes professionnels chez des travailleurs de l’acier. La stabilité du cobalt  associé au chrome et du molybdène a fait de ce métal un composé excellent dans les prothèses de la hanche. » Les auteurs ajoutent  toutefois que de très graves problèmes d’intoxication au cobalt peuvent apparaître dans certaines situations. C’est souvent le cas avec le remplacement, de plus en plus fréquent, des prothèses en céramique fracturées.

Amours empoisonnées

Dans l’épisode « Family Practice » (première diffusion en 2011 aux Etats-Unis et en mars 2012 an France) le Dr House (qui souffre lui-même de la hanche) a une peur bleue de : il doit prendre en charge Arlene Cuddy (Candice Bergen, 67 ans). Or Mme Cuddy est la mère de Lisa Cuddy directrice-doyenne de l’hôpital de Princeton-Plainsboro. Et l’on sait le genre de relations troubles que Hugh Laurie entretient avec Lisa Edelstein  C’est un épisode assez passionnant où il est question d’amour, d’éthique et d’empoisonnement.

Mais encore ? Comment les choses se trament-elles outre-Rhin ? La publication du Lancet ne fait aucun parallèle sur ce point entre le médecin chef du service de médecine interne et la direction de l’hôpital universitaire de Marburg. Aucune raison, donc, d’avoir peur.  Et toutes les raisons, désormais, de faire confiance à l’homme-médecin. Même d’outre-Rhin..

A demain

(1) Ce « Case report » publié par le Lancet est  visible ici.

Une première version de ce texte médicalisé a été publiée sur Slate.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s