Ne pas le dire aux fumeurs : arrêter le tabac, c’est retrouver le bonheur

Bonjour

Dans une France idéale les conseillers de la ministre de la Santé auraient déjà sauté sur l’occasion. Trop belle pour être gâchée. On phosphorerait avenue de Ségur. Face à l’Ecole militaire on bâtirait de nouveaux plans contre l’ennemi Tabac. Bientôt, avant Pâques, des pigeons 2.0 s’envoleraient pour dire la bonne nouvelle aux millions de fumeurs et à leurs proches.

La bataille perdue de la e-cig

Nous ne savons pas ce qui se trame entre les Invalides et l’Ecole militaire. Peut-être y phosphore-t-on. Avoir perdu (pour l’heure) la bataille de la cigarette électronique ne signifie pas la fin de la guerre. Et ce d’autant que le chef des armées vient d’annoncer une prochaine offensive planifiée.

Pour l’heure  ce sont les messages 2.0  du site lemondedutabac.com qui sont à l’œuvre. Ce sont ces pigeons qui assurent la vulgarisation du British Medical Journal auprès des buralistes français. Avec ce billet titré à la manière du Canard : « le bonheur est dans l’après ».

BMJ

Résumons, comme vient aussi de le faire, pour les professionnels, le site sante.log.  La publication  du BMJ est intitulée “Change in mental health after smoking cessation: systematic review and meta-analysis”. Elle est signée de six spécialistes travaillant dans de prestigieuses institutions universitaires anglaises de Birmingham, Oxford et Londres. On trouvera le résumé et l’étude originale en cliquant ici.

Les auteurs y passent à la moulinette statistique  vingt-six  études ayant radiographié les psychismes de fumeurs avant et après l’arrêt. Travaux menés en population générale mais aussi en milieu psychiatrique. Chez des fumeurs « moyennement dépendants ». Moyenne d’âge 44 ans. Des suivis de six mois.

Foi en l’avenir

Conclusion : association significative entre l’arrêt du tabac et des améliorations dans les syndromes de dépression, les manifestations anxieuses, le stress, la perception de sa qualité de vie. Et plus généralement dans sa foi en l’avenir. Sans même parler du porte-monnaie. La puissance de cette association est similaire pour les personnes en bonne santé et celles souffrant  de troubles psychiatriques.

Malades mentaux

En d’autres termes le sevrage n’est pas que la  vallée  de larmes que l’on aime tant et tant décrire. Et ce message vaut aussi pour celles et ceux (les « malades mentaux ») dont on dit qu’ils ne peuvent pas se passer de leur cigarette. Ou plus exactement que celle-ci  les calme.  Comme on le dit des prisonniers. Comme s’il devait y avoir, pour ces exclus, une double ou triple peine.

Supérieur à un antidépresseur

On peut le dire autrement, latéralement, à l’anglaise : l’arrêt du tabac est comparable voire supérieur à la prise d’un traitement antidépresseur : ‘’The effect sizes are equal or larger than those of antidepressant treatment for mood and anxiety disorders’’.

Ou en français : C’est là une autre très bonne raison pour arrêter de fumer. Avec de notables avantages qui plus rapidement ressentis que ceux somatiques, également incontestables mais nettement plus tardifs.

Sevrage relaxant

L’Agence France Presse a interrogé la première signataire  de l’étude, Genma Taylor (School of Health and Population Sciences, University of Birmingham). Elle dit espérer que les résultats permettront de dissiper quelques idées fausses. A commencer par celles conférant  au tabac des vertus anti-stressantes ou relaxantes. On ne peut exclure que ce message sera un jour prochain relayé, amplifié par les canaux publics 2.0 de l’éducation à la santé.

Confiance en soi

Pour l’heure il l’est par le site lemondedutabac.com des buralistes français. Le rédacteur de permanence prend soin de souligner ce que Mme Taylor oublie de préciser : « que la réussite sur soi-même – quel que soit le domaine – est, de toutes façons, source de satisfaction et de reprise de confiance en soi ».

Vous avez bien vu : cette conclusion est actuellement lue par les professionnels du tabac.

A demain

Une réflexion sur “Ne pas le dire aux fumeurs : arrêter le tabac, c’est retrouver le bonheur

  1. Article vraiment intéressant, la volonté est de rigueur pour arrêter de fumer, et je ne pense pas que la cigarette électronique comblera le manque pour des fumeurs, mais plutôt des méthodes touchant le comportement, et le psychisme des fumeurs.
    D’ailleurs les géants du tabac essaye de rebondir sur cette vague de cigarette électronique en proposant une révolution…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s