Rien ne va plus avec Carmat®, le premier cœur « bio-prot-éthique »

Bonjour

Renvoyées plus loin et à plus tard les prochaines implantations du cœur-Carmat® ? Maintenues quoi qu’il en coûte ? Dimanche on croit avoir tout compris. Lundi tout est à reprendre. Qui croire ? Le Pr Alain Carpentier, icône française de la chirurgie cardiologique ou Philippe Pouletty, co-fondateur et directeur général de Truffle Capital, l’une des sociétés fondatrices de la société Carmat ?

« M. Carpentier n’est pas un ingénieur »

A l’heure où nous écrivons ces lignes l’action est en recul de 6%. Hier le Pr Carpentier levait le voile sur les raisons pour lesquelles le premier patient implanté (« Carmat® : scoops post-mortem ». Aujourd’hui Philippe Pouletty dit sa colère dans Le Figaro : « M. Carpentier n’est pas ingénieur. Rien ne permet de dire ce qui s’est passé ».

Hier le Pr Carpentier parlait dans le Journal du Dimanche de « court-circuit ». « La mort n’est pas liée à une complication » expliquait-il. Ni une complication du malade, ni une complication du matériel : « pas le moindre caillot dans la prothèse ni dans la circulation ». « En ce sens l’essai est un succès, soulignait encore  le Pr Carpentier. Pour autant le cœur s’est arrêté brusquement. Il y a eu un court-circuit. Cela entraîne un arrêt cardiaque identique à celui que peut présenter un cœur naturel pathologique. Nous cherchons à comprendre d’où vient ce problème électronique et pourquoi. »

Composant électrique défaillant

C’est peut dire que l’affaire irrite en interne. « Le court-circuit est une hypothèse, mais ce n’est pas la seule » explique au Figaro Piet Jansen, directeur scientifique chez Carmat. Ce responsable des études cliniques n’en dira pas plus. Il refuse de «donner des détails» tant que la faille (électronique, due au logiciel qui pilote le cœur, ou toute autre raison…) n’a pas été définitivement identifiée.

« Court-circuit » ? Pour le Pr Daniel Duveau, l’un des chirurgiens ayant participé à l’implantation ce terme ne doit pas induire en erreur. « Pendant deux heures, à chaque arrêt du dispositif, la machine faisait tout ce qu’elle pouvait pour faire repartir la pompe. Malgré un dysfonctionnement probable sur l’un des composants électriques, l’intelligence du dispositif a donc fait ses preuves.»

Dévissage

On ne connaît pas la cause de la mort. L’action Carmat dévisse. En pratique qu’en est-il des trois prochains essais prévus ? Les trois prochaines implantations sont-elles, comme on le dit, remises à plus tard ? «Nous attendons de savoir ce qu’il s’est passé», explique Piet Jansen. Si des défaillances de la machine sont découvertes, elles seront corrigées avant qu’« un collège d’experts indépendants et le comité de sécurité de Carmat ne prennent la décision de continuer ou pas».

« Nous continuons le recrutement mais la deuxième implantation ne sera faite que lorsque l’analyse sera finie», confirme Philippe Pouletty. Le concert est à plusieurs voix. « Carmat interrompt les inclusions comme prévu dans le protocole de l’essai, jusqu’à ce que le ­problème soit appréhendé et réglé, commente de son côté l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Nous n’aurons donc pas à le faire et il est toujours sage que l’initiative vienne du promoteur, qui a fait un travail très sérieux.»

Le journaliste a écrit quelque chose qui ne veut rien dire

Il y a quelques heures Philippe Pouletty s’est exprimé longuement sur Europe 1, qui, comme Le Journal du Dimanche est capitalistiquement proche de la société Carmat.  On peut l’entendre ici. Entretien musclé.

On fait observer à M. Pouletty que le père de  Carmat® parle de « court-circuit » pour expliquer la mort. Réponse :

« Disons que le journaliste a écrit court-circuit, ce qui ne veut strictement rien dire en la matière : ce n’est pas un train électrique, pas un fer à repasser (…) le cœur peut être implanté, il a battu 7 millions de fois, il a pompé 600.000 litres de sang. Ce malade en état grave est malheureusement décédé. Aujourd’hui, nous ne savons pas quelle est la cause, j’insiste là-dessus : les dizaines d’ingénieurs de Carmat extrêmement compétents, et leurs sous-traitants et les cliniciens font une analyse approfondie comme il se doit dans un essai clinique comme celui-là, avant de passer à la prochaine implantation des malades qui sont en recrutement. La prochaine implantation sera faite lorsque les malades en évaluation seront sélectionnés, et quand Carmat et les cliniciens auront fini l’analyse. L’analyse sera finie d’ici quelques semaines. S’il y a des corrections mineures à faire, elles seront faites pour comprendre le problème (…) ».

Le Dr Lemoine d’Europe 1

On fait observer à M. Pouletty qu’un communiqué daté du18 février de l’hôpital européen Georges Pompidou indique  que le malade n’avait plus d’assistance respiratoire, qu’il se soumettait volontiers aux exercices de rééducation physique… Réponse et prise de distance d’avec la communication en général et de celle du médecin de la station Europe 1 en particulier.

« Je n’ai aucune raison de remettre en cause le communiqué de l’hôpital Georges-Pompidou qui était totalement véridique. Il y a des hauts et des bas, des améliorations, des complications : c’est ça un suivi post-chirurgical très lourd (…) Jamais le business n’a pris le pas sur le médical : souvenez-vous, moi qui suis actionnaire, j’ai toujours incité à la prudence. Quand le Dr Lemoine d’Europe 1 disait ici dans ce studio : « C’est gagné », je disais « Attention  ce n’est que quelques jours et qu’un seul malade »… Peut-être que moins de communication aurait été souhaitable mais la presse s’est aussi emballée. Il y a eu un communiqué, la presse s’est emballée. Mais cette grande aventure scientifique, médicale, technologique française va se poursuivre. »

Un visionnaire, un génie

La prochaine implantation expérimentale se fera « dans les prochaines semaines ». « Des malades sont en évaluation à Georges-Pompidou, à l’hôpital Marie-Lannelongue, à Nantes…  On va attendre pour cette signature d’avoir fini l’analyse des données qui permettent de comprendre ce qui s’est passé (…) Nous travaillons tout le temps avec le Pr Carpentier qui est un visionnaire, un génie, qui a su concevoir il y a 25 ans un cœur bioprotéthique qui mimait le cœur humain normal. »

On notera l’orthographe utilisée pour la retranscription. Le cœur-Carmat® est « bio-prot-éthique ». L’inconscient collectif n’est plus seulement entre les lignes. Il en est, ici,  à faire bouger les consonnes.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s