Hôtel-Dieu de Paris : « après les municipales, la casse reprendra » (CGT)

Bonjour

« Le Mutualiste ». C’est notre revue. Pas d’une fausse mutuelle comme on en voit tant. Celle de la mutuelle « de la presse, du spectacle et de la communication ». Groupe Audiens. L’abonnement annuel est offert pour 7 euros. Le siège 29, rue de Turbigo, dans ce qui fut jadis le quartier de la presse, du livre et du beaujolais nouveau.

Aujourd’hui c’est le n° 110 (avril-mai-juin 2014).  Tiré à 40 000 exemplaires papier. Il y a le « mot du président ». Laurent Joseph évoque les récents scandales autour de plusieurs médicaments. Il rappelle les interdits de Prescrire  sur soixante-hui spécialités pharmaceutiques. Et il souligne la raisons d’être du mouvement mutualiste en général, de la Mutualité française en particulier.

Un hôpital-emblème

M. Joseph réclame un bilan critique de la loi « Hôpital, patient, santé et territoire » et dénonce la déstructuration des soins au sein de l’hôpital public. Le sujet fait la Une et il est précisément traité en page 22, rubrique « mieux comprendre. Il s’agit de l’Hôtel-Dieu de Paris, des attaques et de la « casse » dont il est l’objet.  Le papier résume le feuilleton de la fermeture des urgences de cet hôpital mythique. L’auteur voit dans ce projet de l’AP-HP un cas « emblématique » d’un mouvement plus général : le mouvement de démantèlement de l’hôpital public sur l’ensemble du territoire français.

Bonnes consciences

Principale référence citée : le Pr André Grimaldi, l’un des animateurs du « Mouvement de défense de l’hôpital public » (MDHP) et auteur de « L’hôpital malade de la rentabilité » (Editions Fayard). Grille de lecture unique : l’Hôtel-Dieu permettait aux bourgeois et aux nobles du Moyen Age de se donner bonne conscience en finançant les soins apportés aux pauvres ». Puis vint la prise de la Bastille et bientôt la santé publique remplaça la charité du même nom.

Rêver d’absurdités

Au chevet de Notre-Dame et de la Préfecture de Police, l’Hôtel-Dieu était toujours debout. Le troisième millénaire de l’ère chrétienne débutait quand on supprima les salles Saint-François et Saint-Robert. La déliquescence programmée avançait. A deux pas de là, Avenue Victoria, on rêvait d’absurdités : un hôpital dit « debout », sans malades hospitalisés ! La victoire de l’université et de la santé publique sur la chrétienté.  Mireille Faugère, ancienne de la SNCF, alors directrice de l’AP-HP, invoquait la nécessité d’une « dynamique de l’offre de soins ».

Que veut Martin Hirsch ?

Tout cela cachait mal des opérations spéculatives souterraines des bords de Seine. L’abcès grossissait au rythme de la consolidation d’un contre-projet destiné à contrer les intentions destructrices de l’administration. Contre-projet détaillé par Le Mutualiste de la presse, du spectacle et de la communication. Des Parisiens et des élus ont signé par milliers la pétition.  Puis Marisol Touraine ministre socialiste de la Santé décida que tout cela n’avait que trop duré. Exit Mireille Faugère, remplacé par Martin Hirsch, père du RSA, dont les opposants « attendaient beaucoup ».

Anne Hidalgo n’a rien dit

Nombreux échanges. Création d’un groupe de travail. Suspension du transfert du siège de Victoria à Notre-Dame. Evocation, lors de ses vœux de la métamorphose en un « grand centre médico-économique ». Un représentant de la CGT commente : « Il ne rétablit rien et se contente de paroles. Martin Hirsch maintient la politique de Mireille Faugère. Les urgences de reviennent pas, et il couvre ce qui a été fait jusqu’à maintenant. »

Pour ce syndicaliste anonyme il semble que Martin Hirsch a un objectif : « calmer le jeu jusqu’aux municipales – après quoi la casse reprendra ». Entretemps ni Anne Hidalgo ni Nathalie Kosciusko-Morizet ne se sont exprimées. Trop risqué.

Après les municipales, précisément c’est ici et c’est maintenant. La « casse » reprend ?

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s