Hépatite C : le Sovaldi® est à 60.000 euros le traitement. 200.000 malades. On fait comment ?

Bonjour

C’est une histoire difficile à croire qui peut être aisément résumée. Elle concerne le virus de l’hépatite C. Virus transmissible par le sang. Infection chronique pouvant évoluer vers une cirrhose et un cancer du foie (voir ici). 150 millions de personnes infectées à travers le monde. La recherche en biologie élabore un antiviral capable de débarrasser  l’organisme humain de ce virus. Cette découverte est bientôt achetée par une société pharmaceutique américaine aux dents longues (Gilead).

La molécule  est expérimentée sur des volontaires  par des médecins experts. Bientôt les résultats des essais cliniques convergeront : le sofosbuvir est d’une efficacité hors de l’ordinaire. Une guérison obtenue chez environ  90% des personnes infectées. Son propriétaire baptise Sovaldi ® son sofosbuvir. On trouvera ici ce que dit la fabricant Gilead sur son précieux produit .

Inabordable 

Les virologues comme les cliniciens sont aux  anges. Pour un peu on en viendrait à percevoir l’eldorado  de l’éradication. C’est d’ailleurs précisément ce que viennent de dire aux journalistes les experts  qui étaient hier réunis à Londres (voir ici  ce qu’en dit Europe 1) . Une éradication que l’on pourrait imaginer fixer à l’horizon 2030. Conditionnel de rigueur.  Car il faut entendre un coup de tonnerre dans un ciel  jadis plus serein : l’argent. Le prix du Sovaldi®  est suffisamment inabordable pour ruiner les espoirs. Environ 60 000 euros le traitement de 12 semaines. Ce qui conduit immanquablement à la nécessité du rationnement. Un problème « d’accès au traitement » disent les pudiques. Ou les politiques.

Il faut ajouter que cette efficacité n’est obtenue  qu’en combinaison (notamment avec le simeprevir de Janssen) ce qui peut conduire à un coût réel du traitement  de l’ordre de 90.000 euros.

Gérer la pénurie

Selon l’INRS on estime en  France que 370 000 personnes  sont porteuses d’anticorps anti-VHC dont environ les deux tiers sont virémiques et seulement la moitié  savent qu’elles son infectées. Le nombre annuel de décès attribuables au VHC est d’environ 2 600. Des médecins ( comme le Pr Yazdan Yazdanpanah, service de maladies infectieuses, hôpital Bichat-Claude-Bernard, Paris) ont cherché à  gérer la pénurie en élaborant un modèle mathématique pour savoir si le traitement pouvait être coût-efficace. C’est le cas si l’on sélectionne les malades sur des critères plus économiques que virologiques. Il faut notamment pour cela calculer le prix des années de vie. Rien de scandaleux a priori, du moins si les livres de compte sont ouvert au public ?

60 000 euros par tête

Cette équation impayable a été parfaitement explicitée par notre confrère Jean-Daniel Flaysakier, il y a peu au 20 heures de France 2. Comme on peut le voir ici. Tout est dit de l’absurdité de la situation. On veut dire par là que l’erreur majeure est de considérer le prix du médicament comme une donnée fixe. Or ce prix n’est pas un invariant. C’est, du moins en théorie, le fruit d’une négociation entre la firme et le gouvernement. Comment imaginer que le gouvernement français donne son aval pour un prix (60 000 euros le traitement individuel) qui conduira notre collectivité à ne pas pouvoir traiter (et guérir)  la grande majorité de celles et ceux qui pourraient l’être ?

Actionnaires gourmands

Est-ce à notre collectivité et à la Sécurité sociale (exception française) de financer la recherche et de développement des géants pharmaceutiques ?  Est-ce à notre collectivité et à la Sécurité sociale  de financer les retours sur investissement et les dividendes des actionnaires gourmands de Big Pharma ? L’affaire ne concerne pas que le Sovaldi ® . Mais ce Sovaldi ® fournit un exemple actualisé d’un mal pernicieux que personne de veut ni décrire ni soigner : le mystère épais de la fixation des prix des médicaments. Nous l’avons déjà évoqué. Nous y reviendrons. 

Dramatiquement cocasse

Concernant l’hépatite C et le Sovaldi® la situation est d’autant plus dramatiquement cocasse que la France est engagée depuis plusieurs années (dans la foulée des affaires du sang contaminé) dans une vaste entreprise de dépistage des personnes infectées par le virus de l’hépatite C. (Voir ici les synthèses actualisées de l’InVS). En 2011, plus de 2,6 millions de dépistage (sérologies anti-VHC) ont été réalisées en France entière et remboursées par l’ensemble des régimes d’Assurance maladie.

Nous découvrons ainsi progressivement le nombre est l’identité de personnes infectées que les médecins ne pourront pas guérir. On peut s’y résigner. Ou pas. La ministre de la Santé se tait. Il est vrai que les clefs de l’affaire Sovaldi®  sont ailleurs.  Reste à savoir où. A Bercy ? A Matignon ? A l’Elysée ? A Bruxelles ?

A demain

6 réflexions sur “Hépatite C : le Sovaldi® est à 60.000 euros le traitement. 200.000 malades. On fait comment ?

  1. Si la question est juste, le prix n’est pas de 60 000 euros les 12 semaines (ou devrais-je dire ne sera pas). Le prix en ATU etait inferieur de quelques milliers d’euros, et les prix d’ATU sont toujours tres superieurs aux prix consentis par le CEPS. 🙂

  2. Mon épouse devait suivre le traitement Sovaldi-Ribavirine-Interferon mi-mars 2014.
    N’ayant pas pu le commencer à cette date pour des raisons personnelles, elle aurait du démarrer le traitement le 10 avril 2014. Malheureusement, ce traitement n’est plus disponible dans les Alpes-Maritimes, les fonds sont bloqués !
    Qu’en est-il dans les autres départements ?
    Nous attendons un appel nous annonçant le déblocage de la situation depuis plus d’un mois…
    Contaminée par le scandale du sang, et maintenant mise à l’écart alors que le traitement est disponible, est un moment très dur à traverser pour mon épouse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s