Gérard Depardieu n’est plus alcoolique : voici comment, voici pourquoi

Bonjour

Il faut, parfois, lireTélérama. A la veille de Cannes et du film qui fait scandale (1) Gérard Depardieu accorde un entretien au magazine (n°3356) de la télévision. « Depardieu parle » titre Télérama . Les propos sont recueillis par Fabienne Pascaud (directrice de la rédaction) qui est allée jusqu’à rencontrer l’ogre en sa caverne de la rue parisienne du Cherche-Midi.

Fabienne Pascaud tente le tout pour le tout : interroger l’ogre sur la fameuse question des petits enfants. « Pourquoi les comédiens boivent-ils tant ? » demande-t-elle. « Parce qu’ils sont fragiles, répond Gérard. Ça commence par un whisky à 5 heures pour se donner le courage de jouer le soir. C’est presque un médicament. Ça rallume la chaudière. Mais ça amène au mensonge. Peu à peu les alcooliques se cachent, ils ont honte. C’est pour ça que je ne suis pas un alcoolique, je ne me cache jamais. »

« Excès de vie »

Les spécialistes du déni apprécieront le syllogisme, ici poussé à la perfection. La rédactrice en chef ne relance pas l’ours pris la main dans le pot de miel. D’ailleurs l’ours enchaîne. « Si je bois – j’ai arrêté depuis cinq mois – c’est par excès de vie. Je suis une nature comme on dit. Un peu con parfois… Il m’est arrivé de tenir à peine debout pendant les représentations de La Bête dans la jungle avec Fanny Ardant ; même l’oreillette que je devais porter pour être capable de dire mon texte tombait par terre … Dans Le Tartuffe aussi, monté par Jacques Lassalle, avec François Périer.»

Fernet-Branca

Suit une histoire assez peu confraternelle où il est question de Fernet-Branca et de lotion pour les cheveux. « Un soir j’étais si ivre que lors de la scène de séduction avec Elmire, c’est elle, Elisabeth Depardieu, qui a dû me souffler chaque mot de ma déclaration d’amour. Finalement ça donner une certaine perversité à la scène… »

La directrice ne relance pas. Point n’est besoin. «  Mais trop boire tue peu à peu le côté festif de la chose, ça isole, renferme sur soi, sur ses douleurs narcissiques. Et ça marque, ça fatigue. Pourtant Marguerite Duras m’a souvent avoué qu’elle regrettait de ne plus boire. »

Rebouteuse

On raconte que Sylvio Berlusconi, dans l’intérêt général de l’Italie, passe du temps avec des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Un jour peut-être verra-t-on parler à des fins thérapeutiques sous l’égide de SOS Addictions. On bavardera alors, peut-être, autour de quelques ombres. Celles de Châteauroux  (avant et après l’arrivée de Jean et Sophie Bardet). Celle, bretonnante, de Jean Carmet.  Celles des deux grand-mères berrichonnes un peu sorcières, l’une rebouteuse, l’autre panseuse de plaies « qui lui ont sûrement passé quelque chose ».

« En vérité »

Puis l’heure viendra de la vodka, de l’âme slave.  Aujourd’hui l’ours en son gîte de la rue du Cherche-Midi confie à quel point il aime la Russie : « J’aime sa folie, sa violence, ses paradoxes. « Ivan le Terrible tue son fils parce qu’il n’a pas aimé la manière dont s’est habillée sa belle fille. » Gérard, terrible : « J’ai tout fait pour revenir Guillaume de Roumanie où il était hospitalisé. Vainement. Là-bas on lui a même volé la prothèse de sa jambe. Non la mort n’est plus un mystère. A la manière de saint Augustin je m’interroge davantage sur cette manière qu’avait le Christ de répéter ‘’en vérité’’. ‘’En vérité, en vérité, je vous le dis.’’ Y a-t-il une autre vérité dans la vérité ? Et quelle est-elle ?  Et qu’est-ce qu’on fait de la vérité ? Quand il n’y a pas de réponse il faut trouver la force d’attendre. »

« A Moscou on dit que je ressemble à Tosltoï. » Et à Châteauroux, Gérard, que dit-on de toi ? De ton trop plein de vie ? De ton arrêt depuis cinq mois ? Cinq mois, déjà.

 

A demain

(1)     Welcome to New York, d’Abel Ferrara. Dans ce film Gérard Depardieu joue le rôle  de Devereaux chez qui certains distingueront DSK. Obsessionnels ou pas les cinéphiles ne manqueront pas de faire un lien avec le célèbre André Devereaux de L’Etau d’Hitchcock sorti en 1969.

Une réflexion sur “Gérard Depardieu n’est plus alcoolique : voici comment, voici pourquoi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s