VIH-Sida : aux Etats-Unis le Truvada® devient une prévention comme une autre. Et en France ?

Bonjour

L’affaire n’a pas encore fait grand bruit de ce côté de l’Atlantique. Pourquoi ? C’est un évènement à la fois pratique et médical. Historique aussi : une thérapeutique est recommandée comme méthode préventive. Les CDC viennent officiellement de recommander le recours au traitement antirétroviral en tant que prévention préventif contre l’infection par le VIH. On verra ce qu’il en est ici sur le site des CDC. On trouvera d’autre part l’information et le guide pratique qu’en donne The New York Times (voir ici et voir ici) et la chaîne CNN (voir ici).

Un comprimé par jour

Cette décision vise en priorité tous les groupes à risque (notamment les hommes homosexuels et les toxicomanes séronégatifs). Elle ne concerne, de fait, que la seule spécialité pharmaceutique Truvada®  On sait que cet antirétroviral est autorisé depuis 2012 par la FDA à titre préventif dans le cadre de la  PrEP (pre-exposure prophylaxis). Célèbre produit de  Gilead Sciences, le Truvada® est constitué d’une association de deux antirétroviraux déjà commercialisés séparément. Il doit être pris quotidiennement.

Selon les CDC, jusqu’à 500.000 Américains pourraient bénéficier de ce traitement. En pratiques les nouvelles directives des CDC visent essentiellement quatre groupes: les hommes homosexuels qui ont des relations sans préservatif, les hétérosexuels ayant des partenaires à hauts risques comme des utilisateurs de drogues injectées, les hommes bisexuels ayant des rapports non protégés, ainsi que toute personne qui a des relations sexuelles régulièrement avec des partenaires dont la séropositivité est connue. Enfin, « quiconque qui partage des seringues et s’injecte de la drogue ». Les CDC recommandent aussi un test de dépistage avant de commencer ce traitement et tous les trois mois ensuite.

Recommandations suivies ou pas ?

Les autorités sanitaires américaines sont confrontées à un problème de taille : le nombre de nouvelles infections VIH ne change pas depuis vingt ans : 50.000 cas supplémentaires annuellement, et ce malgré les campagnes pour l’utilisation des préservatifs. Les CDC reconnaissent aussi que ne garantit que ces recommandations en faveur du Truvada® soient suivies par les groupes concernées, reconnaissent-elles. Une des CDC publiée en novembre 2013 parmi ce groupe montrait ainsi une augmentation de 20% du nombre de rapports sexuels non protégés entre 2005 et 2011.

« Je pense que ces directives des CDC sont une bonne idée car nous avons besoin de toutes les formes de prévention possible, et ce médicament est très efficace, a déclaré le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national de l’allergie et des maladies infectieuses (NIAID) dans un entretien accordé à l’AFP.

Allergie US aux préservatifs

L’AFP ajoute toutefois que  certaines organisations se montrent très critiques vis-à-vis de l’initiative des CDC, comme AIDS Healthcare Foundation, la plus grande ONG américaine de soins médicaux pour les personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Son président Michael Weinstein estime que cette approche « va entraîner une diminution de l’usage des préservatifs » déjà en recul et « augmenter les autres maladies vénériennes comme la syphilis qui connaît une forte résurgence ». Selon lui, les CDC feraient mieux d’user de leur autorité pour un dépistage et le traitement de 20% des 1,3 million de personnes séropositives aux Etats-Unis qui n’ont jamais été testées pour l’infection.

« La Food and Drug Administration avait créé la surprise en modifiant en juillet 2012 l’indication de Truvada®  afin qu’il puisse être prescrit chez les sujets présentant un risque très important d’infection par le VIH en raison de leurs pratiques, rappelle l’AFP. C’était la première fois qu’était autorisée l’utilisation d’un antirétroviral dans un cadre préventif, une décision qui avait été à l’époque très critiquée par certaines associations de lutte contre le Sida aux Etats-Unis et qui avait été observée avec circonspection dans plusieurs pays, notamment la France. Aujourd’hui, les prescriptions à titre préventif du Truvada®  restent limitées : elles concerneraient 10 000 personnes. »

Ubu en France

« En France, la prophylaxie pré-exposition (PrEP) est à l’origine d’une situation quelque peu ubuesque… et bien française, écrit le Journal International de Médecine.  Avant l’annonce de la FDA, l’Agence nationale de recherche du sida avait lancé un essai destiné à évaluer l’efficacité de la PrEP reposant sur l’utilisation du Truvada. Après la décision de l’agence américaine et tandis que le Conseil national du Sida (CNS) en France se déclarait lui aussi favorable à l’extension d’indication du médicament pour les sujets très à risque, certains estimaient que l’étude de l’ANRS n’avait plus lieu d’être et notamment que son « bras placebo » paraissait de plus en plus contestable éthiquement. Cependant, l’agence décida fin 2012 de poursuivre son essai ! Nouveau rebondissement au cours de l’été 2013, le ministre de la Santé appuya la demande formulée par plusieurs associations d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du Truvada à titre préventif. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) n’a à notre connaissance, quasiment neuf mois plus tard, toujours pas donné sa réponse sur ce dossier. »

520 euros les 30 comprimés

On trouvera ici le dossier à plusieurs voix de Slate.fr sur les différents épisodes, en France, de l’affaire Truvada®.

On lira ici les dernières informations de l’Ansm disponibles sur le sujet Truvada®. Elles datent de deux ans. En France le Truvada est commercialisé à titre thérapeutique  dans le cadre officiel défini ici. Soit à un prix de 520 euros le flacon de 30 comprimés.

Que fera le gouvernement ?

L’association Aides a lancé une enquête en ligne pour tester l’état de l’opinion sur le sujet. « Sida : une pilule qui réduit les risques de contamination… ça vous parle ? »C’était en avril dernier. Elle court jusqu’au 31 mai. Il n’est peut-être pas trop tard pour y participer. Que décidera, ensuite, le gouvernement ? Recommander ou pas le Truvada® à titre préventif ?  Et, si oui, qui paiera ?

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s