Une expérience alcoolique à la télévision déclenche de bien étranges passions

Bonjour

Des injures, des condamnations, des suffocations, des vomissures. Pourquoi ? Pour une émission de télévision que personne n’a vue mais sur laquelle une petite fraction de la médiasphère parisienne  crache. Pourquoi tant de haine ? La peur d’un spectacle centré sur l’addiction alcoolique ? Cela ne suffit pas à comprendre.

L’affaire a été « révélée »sur Europe 1 et sans garnde finesse par Jean-Marc Morandini. « Révélation » : une  émission en préparation sur France 4 où des jeunes viendraient « se saouler devant des caméras ». Le Dr Jean-François Lemoine   a pris la suite du « spécialiste des médias ». C’était une nouvelle fois sur Europe 1. On ne peut plus écouter ici , bien malheureusement, son « coup de gueule »

« Tombé de ma commode »

Que nous a dit le Dr Lemoine ? Qu’il n’a pas vu l’émission mais qu’il en est « tombé de sa commode ». Que tout cela ne servira à rien. Que cela peut-être dangereux. Qu’on sait tout sur l’ivresse des jeunes. Que des jeunes saouls on en voit quand on veut dans la rue. Que la télévision publique (France 4 !) n’est pas destinée à cela. Que trop c’est trop. Et que tant pis s’il prenait des risques en disant tout cela. Que le lobby de l’alcool ne le raterait pas.

On force à peine le trait. Le soudain déchaînement des passions. La pré-exécution en règle d’une émission. Quelle émission ? Un documentaire de France 4 programmé pour la rentrée et dont l’existence et le contenu alimentent soudain bien des fantasmes. En substance (Morandini dixit), des jeunes filmés « en train de se saouler pour la science et sous le parrainage du service public ». La quête forcenée de l’audience (au risque de fouler au pied cette « morale du spectacle » que les télévisions privées sont parfois bien loin de respecter). De la « télé-poubelle » …Du sale voyeurisme offert avec de l’argent public….

Remonter sur sa commode

A chercher de quoi il retourne l’affaire apparaît  un peu plus compliquée. La quête de l’audience ? Sans doute.  Mais sans doute pas au prix d’une redoutable et régressive émission de téléréalité. Sans aller jusqu’à  une « expérience médicale » il semble que l’on s’oriente plus d’une émission pédagogique montrant, images et chiffres à l’appui, les effets subtils et potentiellement délétères, de doses relativement faibles d’alcool sur les performances cognitives. Ce documentaire est réalisé sous l’égide et avec la caution de l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) et du Dr Philippe Batel , psychiatre, responsable de l’unité de traitement ambulatoire des maladies addictives (hôpital Beaujon) et membre du conseil scientifique de SOS Addictions.

« Il est bien évidemment hors de question de réaliser ce dont parlent les détracteurs d’une émission qu’ils n’ont pas vue, nous a déclaré le Dr Batel. Je suis même stupéfait d’en venir à devoir me justifier. Nous sommes aux antipodes de ces extrémités. Au point que certains risquent d’être bien déçus…  Ils trouveront même un côté un peu naïf, un peu ‘’cul-cul’’ à cette émission. Rien d’un spectacle dégradant, bien évidemment. Pas de vomissements, de comas … Nous cherchons notamment à  montrer ce qu’il en est vraiment de l’impact d’un peu d’alcool dans le sang sur les performances intellectuelles, sur la créativité etc. »

Voir « Tout est permis » (Coline Serreau)

Une forme de démonstration publique, clinique,  de ce qu’il en est de la réalité alors que le déni est là – déni individuel et déni collectif. Un spectacle bien loin de dégrader ceux qui sont volontaires. Un spectacle qui peut faire sens. Et faire effet. Comme on le voit avec la conduite automobile dans le remarquable film-documentaire  « Tout et permis » dont nous avons parlé ici.

Pourquoi, dès lors, tant de passions ? Pourquoi tenir pour acquis que ce qu’est devenue  la télévision ne peut qu’être vomissures dès lors qu’il y est question d’alcool ? Et que si Jean-Marc Morandini  parle d’émission poubelle c’est que l’on sera bien en dessous du vaste local qui les héberge.

Patience. Tout le monde pourra juger à la rentrée.

Les leçons de Charcot

En attendant, une question pour esprits éclairés :

« Quels impacts aurait eu, sur la société française de l’époque la diffusion (documentarisée dans d’étranges lucarnes) des célèbres leçons de Charcot sur l’hystérie ? Une sorte de ‘’Médicales, en direct de La Pitié ’’ ? »

Les copies seront ramassées à la fin de l’été. Avant « Drunk (France 4 ) ».

 

A demain

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s