« L’Equipe » et la sodomie passive, football et Motilium® : c’est dans « Prescrire »

Bonjour

Ce soir la France affronte l’Allemagne. Cent ans plus tard. Dans Prescrire Luc Cifer griffe. Comme toujours, avec sa patte et une extrême clairvoyance. Il y a, chez lui, comme une forme féline, pharmacologique, de sprezzatura. Une nonchalance acérée. Une aisance raide dans le maniement du mot,  un détachement clinique qui lui permettent de tout dire. A commencer par le pire. C’est une forme de quintessence de Prescrire.

Luc Cifer griffe, même en été.  Mondial 2014 aidant, il dribble et tacle méchamment. A l’heure où nous écrivons ces lignes tous les médias évoquent un France-RFA de légende. Séville, millésime 82.  Prescrire venait de naître. Ou allait voir le jour. On veut croire que Luc Cifer s’échauffait déjà.

Séville, 1982.

« (….) Le gardien allemand n’avait pas le choix. Il fallait sortir. Mais Schumacher n’alla pas jouer le ballon. II alla délibérément assommer Battiston, une ou deux secondes après que celui-ci eu tiré. Comme il avait tenté de frapper Six auparavant. Comme il tentera de  » descendre  » Rocheteau après. A ce geste scandaleux, et non sanctionné, Schumacher ajouta l’indécence de ne pas même aller s’enquérir de l’état du joueur français. Battiston, K.O., commotionné, deux dents brisées, fut évacué sur une civière.( …) » Pierre Georges (Le Monde, 10 juillet 1982).

Prescrire, juillet 2014.

« Foutaise » : Luc Cifer revient quatre années en arrière. « Syndrome du bus de Knysna ». 17 juin 2010. Monsieur Domenech demande au dénommé Anelka de se repositionner  (le Mexique mène 2 à 0). Le joueur profère des insultes. Exclusion immédiate. Grève itou. Le lendemain L’Equipe donne sa version linguistique. Plus tard, audience devant la 17èmeL’Equipe est jugée, accusée qu’elle est de diffamation. Anelka réclame 150 000 euros : « Quand le coach m’a dit de rester devant, ça m’est monté direct au cerveau… Mais en aucun cas j’ai dit les mots que j’ai pu lire dans L’Equipe ».

Luc Cifer revient sur l’affaire, distingue la diffamation de l’offense et de l’injure. Il observe que le plaignant sait lire. Non sans risque (1). Il fallait aussi faire le tri. Entre (nous citons) « va te faire enculer fils de pute » ; « va te faire enculer avec ton équipe ; monsieur Domenech aurait semble-t-il quant à lui entendu : « enculé, t’as qu’à la faire tout seul, ton équipe de merde ». Il est le seul. Mais il était particulièrement bien placé sur le terrain.

« Un point commun note Luc Cifer : la référence à la sodomie passive. Seul le quotidien mentionne l’allusion à une pratique de la prostitution visant la mère de monsieur Domenech. » Que l’on se rassure : la presse sortira gagnante. Elle reste libre de traiter une information, même en lui donnant une importance exagérée, au risque de l’inexactitude – dès lors que son enquête s’avère sérieuse et de bonne foi. On observera que Prescrire ne s’en prive heureusement  pas (2).

Une vieille corrida

Séville, et ces bouffées d’une corrida aujourd’hui vieille de 32 ans :

«  Et, comme si cela ne suffisait pas, ce bonheur gaspillé, la France s’offrit un nouveau ratage dans l’épreuve des tirs au but. Ettori, en arrêtant le troisième tir, celui de Stielike, offrit à nouveau la finale à ses camarades. Didier Six, d’un tir de collégien, la refusa. Et le meilleur des Français, Maxime Bossis, contraint et forcé d’opérer en sixième position, eut le malheur de briser définitivement le rêve. Mais qui pourrait vraiment leur en vouloir ? »

A qui en voudrons-nous (ou pas) le 4 juillet 2014, au sortir du Maracanã ?

A demain

(1)  Ce qui pourrait bien mériter à Prescrire d’être poursuivi en diffamation, du mois s’il existe des fans d’Anelka chez les lecteurs de ce mensuel (à supposer que Nicolas Anelka ne soit pas personnellement abonné).

(2)  On se souvient de l’affaire dompéridone-morts subites  (« Mort Motilium®. Les dessous de l’action de Prescrire »). C’était en février dernier. On lira ici la morale tirée par le mensuel de cette petite tentation médiatique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s