Morale de l’affaire Cahuzac : un médecin qui ment à la France est privé de clients pendant trois mois

Bonjour

Le Dr Jérôme Cahuzac (ancien ministre démissionnaire du Budget) peut partir en vacances : il  ne peut plus exercer la médecine jusqu’en septembre. Une sanction de l’Ordre des médecins révélée il y a quelques heures par BFM-TV et aussitôt  confirmée auprès du conseil national ordinal. Le cabinet et le bloc de chirurgie esthétique du Dr Cahuzac pourront rouvrir dès le 1er octobre : la sanction court jusqu’au 30 septembre minuit.

Amoralité et confraternité

Le Dr Cahuzac avait été sanctionné en janvier d’une interdiction d’exercer la médecine pendant six mois, dont trois avec sursis. L’Ordre départemental de la ville de Paris avait étrangement justifié cette sanction par le fait que  ce médecin-ministre avait menti devant la représentation nationale. « Nous estimons que c’est amoral et qu’il a déconsidéré la profession de chirurgien », avait alors indiqué à l’AFP la présidente de l’instance ordinale, Irène Kahn-Bensaude. L’amoralité est en quelque sorte incompatible avec la confraternité.

Amoral ou pas le Dr  Cahuzac avait fait appel de cette décision de la chambre disciplinaire, repoussant du même coup son application. Puis, pour des raisons inexpliquées il s’était finalement désisté. La sanction va donc commencer à s’appliquer

Le diagnostic de Plenel

Une bien étrange histoire décidemment, que celle du Dr Jérôme Cahuzac chez qui le journaliste d’investigation Edwy Plenel, président-fondateur de Mediapart a cru pouvoir diagnostiquer chez lui comme un grain de folie. (« Jérôme Cahuzac continue à cacher la vérité vraie. Edwy Plenel parle de folie ») C’est notamment Mediapart qui avait été à l’origine du départ du Dr Cahuzac du gouvernement le 19 mars 2013. Le médecin ancien ministre est aujourd’hui mis en examen, notamment pour « fraude fiscale » et « blanchiment de fraude fiscale ».

Ainsi donc on peut, docteur en médecine, être sanctionné par l’Ordre sans avoir commis de faute dans le strict exercice de sa profession.  Ici c’est le mensonge qui fait foi : devant l’Assemblée nationale le 5 décembre 2012, le Dr Cahuzac affirmait qu’il ne détenait pas de compte en Suisse. La France entière sait désormais ce qu’il en était.

Pas de vie privée

« Jérôme Cahuzac n’a pas menti dans le cadre de sa profession mais en tant que médecin devant l’Assemblée nationale, explique le Dr Irène Kahn-Bensaude citée sur le site egora.fr. Il existe un code de déontologie auquel tout médecin doit se soumettre, y compris dans sa vie privée. » Ce code dispose que « le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine » [article 3], et qu’il « doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci » [article 31].

Le Dr Irène Kahn-Bensaude estime précisément que l’ancien ministre a « déconsidéré sa profession » en mentant « devant la France ». Est-ce dire que si son mensonge n’avait pas été télévisé il n’aurait pas été sanctionné ? L’Ordre, dans sa sagesse, ne nous le dit pas.

Tourner en rond

Et maintenant ? La rumeur veut que le Dr Cahuzac semble rencontrer quelques difficultés pour exercer la médecine. Difficultés aussi pour reprendre une autre activité professionnelle. En mai, il démentait avoir accepté un emploi dans « l’immobilier de luxe ». Une autre rumeur laissait entendre que le député (et ancien ministre socialiste de l’Agriculture) Jean Glavany aurait dit que Jérôme Cahuzac « tournait en rond ». Comme dans une cellule ?Rumeur non confirmée. Et aucune information concernant les décisions ordinales à venir visant le Dr Aquilino Morelle.

A demain

2 réflexions sur “Morale de l’affaire Cahuzac : un médecin qui ment à la France est privé de clients pendant trois mois

  1. Je ne sais s’il est bon de pouvoir sanctionner un médecin pour un comportement extérieur à sa profession, mais c’est le cas d’autres professions : les fonctionnaires peuvent ainsi faire l’objet de sanctions disciplinaires pour des actes ou comportements commis en dehors de l’exercice de leurs fonctions, par exemple une fraude, y compris pour des actes non pénalement répréhensibles (exemple : être acteur/actrice dans un film… porno).

  2. Il a menti, comme d’autres bien avant lui. S’il fallait que tous les menteurs perdent leur travail, il n’y aurait plus grand monde qui travaillerait.

    Qu’il paye ce qu’il doit, et qu’on le laisse tranquille.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s