Rebondissement dans l’affaire Lambert : cinq membres de sa fratrie demandent qu’il meure

Bonjour

Combien de temps encore ? Peser via les médias, sur la marche de la justice ? Aujourd’hui 24 juillet c’est une « tribune transmise à l’AFP  qui relance la polémique. Une affaire de vie refusée (de mort administrée). Et c’est Le Monde qui, en premier, relaie cette tribune : des frères et sœurs de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif dont le sort déchire sa famille, demandent à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de déclarer irrecevable le recours des parents pour son maintien en vie.

Le fond de l’affaire

On se souvient que la CEDH avait demandé, le 24 juin, aux autorités françaises de suspendre une décision du Conseil d’Etat qui conduisait à la mort (par arrêt d’alimentation et d’hydratation associé à l’administration de sédatifs) de Vincent Lambert. En pratique le Conseil d’Etat venait de juger conforme à la loi la décision médicale d’arrêter l’alimentation de cet homme. La CEDH entendait se donner le temps d’examiner la recevabilité de cette requête et le fond de l’affaire.

Pour certains c’était trop demander.

« Nous demandons à la Cour européenne des droits de l’homme de déclarer irrecevable [ce recours qui] constitue un acharnement thérapeutique et judiciaire en totale contradiction avec ses demandes », déclarent dans la tribune Joseph Lambert, frère de Vincent, Marie Lambert, sa sœur, Frédéric Philippon, Guy-Noël Philippon et Dominique Lambert, demi-frères de Vincent Lambert.

Sa fille de 6 ans

Les signataires ajoutent : « Il est maintenant acté qu’il  ne peut plus communiquer avec ses proches et particulièrement avec sa fille de 6 ans. Les lésions irréversibles plusieurs fois établies nous ont tous convaincus de ce qu’il voudrait qu’on fasse pour lui maintenant : le laisser partir. Vincent ne souhaiterait pas “survivre” dans les conditions actuelles de sa situation médicale. L’intime conviction que nous partageons tous est que sa vie actuelle n’en est plus une dès lors que Vincent ne l’aurait lui-même plus considérée comme une vie. »

Ou l’on revient, une nouvelle fois, sur la définition de la vie. Ou plus précisément sur la définition de la vie qui en est une (qui vaut la peine d’être vécue). « La dernière expertise médicale a permis de lever notre doute légitime : ressent-il une souffrance ? Non, puisqu’il n’a plus de conscience, même si son corps est douloureux et que son état se dégrade. Cette question levée nous a libérés d’un poids qui nous accablait tous », écrivent les six membres de la fratrie de Vincent Lambert.

Interprétation impossible

C’est là une forme d’extrapolation des conclusions des trois médecins-experts  (Prs Marie-Germaine Bousser, Lionel Naccache et Jacques Luauté). « L’interprétation de ces réactions comportementales comme un vécu conscient de souffrance ou comme l’expression d’une intention ou d’un souhait à l’égard de l’arrêt ou de la prolongation du traitement ne nous paraît pas possible », affirment ces experts en réponse à la quatrième question posée par les magistrats du Conseil d’Etat. Ils ajoutaient à leur attention : « Le degré de l’atteinte de la conscience ne saurait constituer le seul élément déterminant de la mise en route d’une réflexion concernant un éventuel arrêt de traitement. »

 « Nous pensons qu’il est grand temps de préserver sa liberté de conscience, la plus ultime et la plus difficile pour nous. Nous souhaitons laisser partir celui qui n’est déjà presque plus là, le libérer de ce corps et de cette tête qui ne répondent plus, en laissant maintenant à la Cour européenne des droits de l’homme garantir ses dernières volontés », concluent quant à eux les auteurs de la tribune adressée à l’AFP.

Etrange requête

Ancien infirmier en psychiatrie de 38 ans, Vincent Lambert a été hospitalisé au CHU de Reims après un accident de la route en 2008 qui a causé, selon les médecins Ses parents, Pierre et Viviane Lambert, ainsi qu’un frère et une sœur, réclament qu’il soit maintenu en vie au motif, notamment, qu’il n’est pas « en fin de vie ».

La CEDH n’a pas encore fait savoir quelle suite elle entend donner à cette étrange requête.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s