Ebola : le 2 août, à Atlanta, Dieu était bien là

Bonjour

Le feuilleton Kent Brantly commence. Ce médecin de 33 ans, contaminé par le virus Ebola au Libéria, est arrivé le 2 août à Atlanta. Et ce dans une parfaite mise en scène à l’américaine (voir ici). On le donnait pour condamné, ou presque. Or voici que son état « paraît s’améliorer ».

« C’est encourageant car son état de santé paraît s’améliorer (…) et nous espérons qu’il va continuer à aller mieux », a dit le Dr Tom Frieden, directeur des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), interrogé sur la chaîne CBS – sans toutefois vouloir se prononcer à ce stade sur le pronostic. Il a ajouté : « Je ne peux pas prédire l’évolution de l’état de chaque personne malade mais nous suivons cela de très près », a-t-il ajouté.

Au-delà du rationnel

Le Dr Kent Brantly était vendredi  dans un état  jugé stable mais grave. Or dès le lendemain il est sorti de l’ambulance en marchant  à son arrivée à l’hôpital de l’Université Emory, enveloppé dans une épaisse combinaison et aidé par une autre personne également protégée qui l’a guidé jusqu’à l’entrée du bâtiment (voir ici). Des images qui ont fortement surpris celles et ceux qui attendaient un homme à l’article de la mort.

Mais sans doute faut-il ici compter avec des forces qui dépassent les sphères du rationnel- comme souvent aux Etats-Unis. Amber Brantly, l’épouse du médecin malade, a dit dans un communiqué avoir pu s’entretenir avec son mari, qui s’est dit « heureux d’être aux Etats-Unis ». A l’ombre des CDC Mme Brantly  a aussi « remercié Dieu de lui avoir donné la force de marcher pour entrer à l’hôpital ».

« A woman of faith »

Les mêmes remerciements à Dieu tout puissant ont été publiquement faits par Franklin Graham, président de l’association caritative chrétienne Samaritan’s Purse (1). Plus précisément Franklin Graham a remercié Dieu d’avoir fait que son employé ait pu avoir accès aux meilleurs soins pouvant être dispensés dans le monde. Outre Dieu, M. Graham a aussi remercié le département d’Etat américain, les CDC, les Instituts nationaux américains de la Santé, l’OMS et l’ Emory University Hospital.

Les médias américains  attendent désormais l’américaine Nancy Writebol, une aide soignante qui a contracté le virus Ebola dans les mêmes conditions que le Dr Brantly. CNN : « Nancy Writebol is a loving mother. A devoted wife. A woman of faith. A missionary who has traveled the world to help others. »

Mme Writebol sera elle aussi être rapatriée aux Etats-Unis dans les prochains jours. Pour être mise à l’isolement  dans le même hôpital.

A demain

(1) « Samaritan’s Purse» est une organisation d’aide humanitaire chrétienne créée en 1970 qui œuvre parallèlement à un travail de missionnaire. Son nom provient de la parabole du Bon Samaritain. Basée à Boone, en Caroline du Nord, elle a des antennes en Australie, au Canada, en Allemagne, en Irlande, à Hong Kong, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. L’organisation fournit de l’aide dans plus de 100 pays. Pour en savoir plus voir ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s