Ebola : « ZMapp », anticorps monoclonal extrait du tabac expérimenté sur les deux premiers malades américains

Bonjour

Spectaculaire, l’information vient d’être donnée par la BBC , peu après CNN . Sans oublier l’International Business Times. Ou encore par Business Insider qui parle de « serum secret ». De même que le Los Angeles Times Tous les projecteurs médiatiques grand public vont donc rapidement se tourner vers « ZMapp ». Avec les conséquences économiques, politiques et éthiques que l’on peut imaginer.

Armée américaine

« ZMapp » ? Il s’agit d’une molécule expérimentale, propriété de  Mapp Biopharmaceutical Inc., une société de San Diego créée il y a dix ans. Cette molécule  a été développée dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par l’armée américaine. « ZMapp »  est considérée comme un  traitement potentiel de l’infection par Ebola mais n’avait  encore jamais été testé sur l’homme. Ses concepteurs-développeurs sont Larry Zeitlin et Kevin Whaley.

D’autres molécules expérimentales  avaient été testées ces dernières années, dont une développée par Tekmira Pharmaceuticals Corporation, une société de Colombie britannique dont les actions ont grimpé de 30% ces cinq derniers jours. L’attitude de la FDA quant à l’expérimentation sur l’homme et en urgence de « ZMapp » reste à préciser. Tekmira venait précisément d’obtenir  l’autorisation officielle pour un essai de phase I.

Extrait du tabac

« Zmapp » ? Tout ou presque est déjà sur Wikipédia (voir là). A savoir un anticorps monoclonal « humanisé » doté de propriétés antivirales de nature à conférer une protection contre l’infection par le virus Ebola. Il n’avait jusqu’à présent été testé que sur des animaux de laboratoire (publication de 2011 et publication de 2012). Son principe actif est élaboré à partir d’un extrait du tabac (Nicotiana tabacum), une plante qui doit naturellement se défendre contre diverses infections virales.

Après des essais relativement concluants chez quelques singes les autorités sanitaires ont, urgence aidant, décidé de traiter avec le « ZMapp » le Dr Kent Brantly, médecin américain contaminé par le virus Ebola au Libéria et qui vient d’être rapatrié dans hôpital d’Atlanta.

Amélioration spectaculaire ?

L’administration de ZMapp (par voie intraveineuse) au Libéria aurait été suivie d’une amélioration spectaculaire de son état, et ce alors même qu’il commençait à souffrir d’une insuffisance respiratoire.  Et c’est cette amélioration qui expliquerait son arrivée « sur ses deux pieds » à Atlanta. D’autres sont plus septiques quant au rôle joué par « ZMapp ».

Il en irait de même, selon les mêmes sources, pour Nancy Writebol, une aide-soignante américaine contaminée au même moment que le Dr Brantly et qui est attendue sous peu aux Etats-Unis.

A demain

Une version de ce texte a été initialement publiée sur Slate.fr

Une réflexion sur “Ebola : « ZMapp », anticorps monoclonal extrait du tabac expérimenté sur les deux premiers malades américains

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s