GPA: suite de la bien triste histoire de la mère porteuse et de « son » enfant trisomique

Bonjour

On se souvient de Gammy (voir ici). Un bébé trisomique et cardiaque de sept mois porté par une jeune femme thaïlandaise (24 ans, deux enfants). Un portage in utero moyennant 15 000 euros et pour le compte d’un couple hétérosexuel australien. En réalité la mère porteuse avait porté deux enfants. Informé que l’un d’entre eux était trisomique elle avait refusé d’avorter. Et le couple australien avait refusé de prendre l’enfant, n’acceptant que sa sœur faussement jumelle  et indemne de la maladie chromosomique. Ce couple était jusqu’à présent anonyme. Ce n’est plus le cas et voici que l’affaire se complique comme vient d’en témoigner le Bunbury Mail  (Shanelle Miller) quotidien région australien.

Fausses allégations

Dans un communiqué transmis par au journal par une amie vivant au sud de Perth, le couple australien (Wendy et David Farnell) dénonce comme fausses les allégations de la mère porteuse thaïlandaise. Ils ne lui auraient jamais  demandé d’avorter en apprenant que « leur fils Gammy » était trisomique. Ils n’auraient  pas choisi d’abandonner leur petit garçon pour ne repartir qu’avec sa sœur (« leur fille ») en bonne santé.

Ils reconnaissent qu’ils savaient que « leur fils » souffrait de problèmes cardiaques. « Gammy était très malade à la naissance. On a dit aux parents biologiques qu’il ne survivrait pas, qu’il avait au mieux un jour à vivre et qu’il fallait venir lui dire au revoir » explique l’amie du couple.

Viol de l’accord

On apprend encore, via le Bunbury Mail que l’accouchement devait avoir lieu dans un « grand hôpital international de Thaïlande » mais la mère porteuse, Pattaramon Chanbua, s’est rendue dans un autre établissement, « violant ainsi l’accord passé avec les parents biologiques ». Les enfants sont nés avec deux mois d’avance à cause de complications médicales. L’accord rompu, le couple n’avait plus en principe aucun droit sur les enfants. La mère porteuse (bouddhiste et opposée à l’avortement aurait qui voulu garder Gammy et lui organiser des funérailles thaïlandaises) a néanmoins accepté de leur donner « sa » (« leur ») fille. Elle affirme désormais qu’elle n’abandonnera jamais « son » (« leur » ?) bébé Gammy.

Le « cœur fendu » d’un ministre

C’est là une affaire « à fendre le cœur » a avoué le ministre australien de l’immigration Scott Morrison. « Bien sûr, beaucoup d’Australiens attendent désespérément de devenir parents, a-t-il reconnu. Mais je pense que cela ne peut pas justifier ce que nous voyons ici. » La Thaïlande est l’une des destinations privilégiées par  de nombreux couples étrangers pour utiliser les services de cliniques de fécondation in-vitro et des mères porteuses rémunérées. Le recours payé à une mère porteuse n’est pas autorisé en Australie et des centaines de couples australiens  se rendent chaque année à l’étranger pour trouver des mères porteuses. C’est une information de la société Surrogacy Australia – qui travaille pour sa part ouvertement avec l’Inde et les Etats-Unis , comme on peut le voir ici. Et voici une petite idée des prix.

Silence en France

Les explications du couple pèseront-elles sur la collecte de fonds mise en place pour la mère porteuse et baptisée « Hope for Gammy » A l’heure où nous écrivons ces lignes elle a dépassé les 230 000 dollars.  En France les partisans de la légalisation de la GPA (comme Irène Théry qui s’exprimait il y a peu sur ce sujet dans Libération) ne se manifestent guère.

Sur cette tragédie moderne  Paris Match propose des images qui ne marquent que par le poids de la légende.

A demain

2 réflexions sur “GPA: suite de la bien triste histoire de la mère porteuse et de « son » enfant trisomique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s