Mort de Zacharie, 10 ans, aux urgences de Saint-Denis : la seconde autopsie parlera-t-elle ?

Bonjour

L’autopsie du corps de Zacharie, 10 ans décédé le 3 août aux urgences du Centre hospitalier de Saint-Denis (700 lits) , sera pratiquée « dans la journée du 8 août » vient de faire savoir le parquet de Bobigny. Et ce « dans un institut médico-légal ». C’est bien le moins : elle sera pratiquée dans le cadre de l’ouverture d’une information judiciaire pour « homicide involontaire » et « non-assistance à personne en danger ». Mieux encore, elle sera « pratiquée sous le contrôle d’un juge d’instruction ». La confiance règne et les résultats ne seront pas connu  « avant plusieurs jours».

On se souvient que Zacharie, qui se plaignait de douleurs au ventre depuis le 1er août, a été transporté aux urgences hospitalières par ses parents dans la nuit du 2 au 3 août, après que les pompiers, le Samu et les compagnies de taxis ont, avec une certaine obstination, refusé de se déplacer.

« Gastro-entérite »

Sa mère l’avait initialement emmené  voir un médecin qui aurait diagnostiqué une gastro-entérite. Malgré les médicaments, la douleur augmente et elle  finit par appeler les pompiers. « Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas d’urgence », explique-t-elle au Parisien.  Elle  est alors orientée vers le Samu. Même réponse que les pompiers assure-t-elle. « En aucun cas les pompiers refusent d’intervenir quand il s’agit d’une cité sensible. Nous n’avons commis aucune erreur. Lorsque l’on demande un avis médical, la situation n’est ensuite plus de notre ressort, sauf si on nous contacte de nouveau pour intervenir », se dédouanent les sapeurs-pompiers, joints par BFMTV.com.

Desespérée, la mère appelle une compagnie de taxis. Refus catégorique. « A cette heure, on ne vient pas à Orgemont à cause des agressions », lui répond-t-on. Il est trois heures du matin, la famille décide de partir à l’hôpital à pied. Sur le chemin, un taxi les prend en charge, direction les urgences hospitalières.

« Problème au cœur »

L’enfant y est aussitôt pris en charge. Un radiologue évoque une appendicite. Entrée au bloc opératoire. On raconte que le chirurgien aurait mis « plus de deux heures à arriver ». A 8h30, Zacharie est en arrêt cardio-respiratoire. Mort peu avant  9h. Une autopsie scientifique  est demandée par le centre hospitalier. Le 6 août  les parents de Zacharie sont reçus par le chef de service des urgences. Selon lui, l’enfant souffrait d’un « grave problème au cœur ». Il a aussi qualifié la mort de « brutale et inattendue ». Que dira la seconde autopsie ?

La mère assure n’avoir jamais eu connaissance d’une affection cardiaque. Elle a du mal à y croire. Elle veut comprendre et demande  « toutes les preuves et les examens médicaux ». Elle est convaincue que tout son malheur vient du fait qu’elle vit « dans le mauvais quartier », (celui d’Orgemont, voir ici) d’Epinay-sur-Seine (55 000 habitants). Elle est persuadée que l’arrivée des secours aurait pu changer les choses. C’est bien possible. La seconde autopsie parlera-t-elle ?

A demain

2 réflexions sur “Mort de Zacharie, 10 ans, aux urgences de Saint-Denis : la seconde autopsie parlera-t-elle ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s