Ebola : l’OMS vient d’autoriser l’utilisation des traitements « non autorisés »

Bonjour

C’est une étape majeure qui dépassera la lutte contre l’Ebola : Le comité d’éthique  réuni les 11 et 12 août par l’OMS a approuvé l’emploi de traitements « non homologués » dans la lutte contre la fièvre hémorragique Ebola. Il s’agit pour l’heure essentiellement du ZMapp.

Conditions à remplir ?

« Devant les circonstances de l’épidémie et sous réserve que certaines conditions soient remplies, le comité a abouti au consensus estimant qu’il est éthique d’offrir des traitements non homologués – dont l’efficacité n’est pas encore connue ainsi que les effets secondaires – comme traitement potentiel ou à titre préventif »  explique l’OMS. Il faudra encore attendre pour savoir quelles sont les conditions qui doivent être remplies.

Cette annonce a été faite quelques minutes seulement  après l’annonce de la mort de Miguel Pajares, le prêtre espagnol qui avait contracté le virus Ebola au Liberia, où il effectuait une mission pour une ONG. Il avait été traité par le ZMapp, médicament « non autorisé » qui fourni au Libéria après le feu vert donné par Barack Obama, la FDA américaine et Maragaret Chan, la directrice générale de l’OMS.

Evacuations japonaises

La barre des mille morts (sur 1848 cas recensés) a été franchie le même jour en Afrique de l’Ouest où l’on observe ici ou là des débuts de mouvements de panique. Le Japon a décidé, mardi 12 août, d’évacuer ses vingt-quatre  coopérants actuellement présents en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Les autorités nippones ont indiqué qu’aucun d’eux ne présentait de symptômes ni ne s’était trouvé dans des situations risquées, notamment au contact de malades.

Huit soignants chinois en quarantaine

L’annonce de leur rapatriement intervient alors que huit agents de santé chinois viennent d’être placés en quarantaine. Tous avaient soigné des malades d’Ebola. Parmi eux figurent six médecins et un infirmier qui travaillaient à l’hôpital sino-sierra-léonais de Jui, dans la périphérie est de la capitale. Ils y avaient soigné un patient, mort depuis. Le huitième ressortissant chinois placé en quarantaine est un médecin de l’hôpital public de King Harman Road, dans la périphérie ouest de Freetown.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s