Ebola : « Ebolathon » scientifique britannique. La France absente.

Bonjour

L’initiative ne pouvait venir que des Britanniques, ces pragmatiques chroniques. C’est donc le Wellcome Trust qui, le premier en a eu l’idée. A l’aube du 21 août il a lancé (sans prononcer le nom) un appel à un « Ebolathon ». On verra ici (en anglais) de quoi il retourne.  Mondialisation aidant CNN a aussitôt pris le relais et tout indique que l’affaire, contagieuse,  n’en restera pas là.

Magnat de la pharmacie

Mal connu en France le Wellcome Trust est, après la Fondation Bill-et-Melinda-Gates , la plus riche des institutions caritatives (plus de 30 milliards de dollars d’avoirs). Sa création remonte à 1936 avec pour objet d’administrer la fortune du magnat britannique de la pharmacie sir Henry Wellcome  Sa mission générale est d’« encourager et promouvoir la recherche dans le but d’améliorer la santé de l’homme et des animaux » ; au-delà de son financement dans la recherche biomédicale il tente d’améliorer la compréhension de la science par le grand-public.

L’annonce du Wellcome coïncide avec la publication, dans Nature, d’un texte annonçant une nouvelle perspective chiffrée de la situation épidémiologique africaine. (« Ebola : les chiffres dramatiques que personne n’avait encore osé publier (Nature) »). Ce texte est signé d’Olivier Brady  épidémiologiste britannique de l’Université britannique d’Oxford. Difficile de voir là une simple coïncidence. Il existe bien un nouvel empire britannique, un empire scientifique et biologique.

Futures éclosions épidémiques 

Selon Olivier Brady «des dizaines de milliers de doses de médicaments expérimentaux » sont nécessaires pour lutter contre l’épidémie africaine d’Ebola. Le « all call » pour une recherche de grande ampleur sur Ebola et les virus des fièvres hémorragiques est lancé conjointement par le Wellcome Trust et le  Department for International Development du gouvernement britannique.

«Nous croyons que la recherche rapide dans les interventions humanitaires et thérapeutiques peut avoir un impact sur ​​le traitement et le confinement de la flambée actuelle, souligne le Dr Jeremy Farrar (Wellcome Trust) Ce que nous apprenons pourrait aussi changer la façon dont nous abordons les éclosions épidémiques futures, en nous fournissant des outils et des techniques éprouvées qui, aujourd’hui, ne sont pas disponibles. »

« Appel d’urgence » à projets

Un premier fonds britannique pour la recherche Ebola a été créé (plus de dix millions de dollars). Le Wellcome Trust s’engage pour un complément sur cinq ans  de 66,5 millions de dollars pour le développement de la prochaine génération de scientifiques d’Afrique subsaharienne travaillant sur des maladies infectieuses et tropicales. Un appel à projet est d’ores et déjà lancé. Pour l’heure l’ « appel d’urgence » se focalise sur la recherche concernant l’Ebola et sa propagation.

« Cela va nous aider à mieux équiper ceux qui travaillent sur ​​le terrain afin qu’ils puissent faire face à la flambée de manière aussi efficace que possible et éviter que d’autres personnes ayant contracté cette terrible maladie » explique Justine Greening Secrétaire au Développement international  britannique.

Brouillons Etats-Unis

L’initiative britannique fait suite à la manifestation (brouillonne mi-intéressée et mi-messianique) des Etats-Unis pour faire du terrain africain une sorte de champ expérimental pour des substances encore non sorties du pipe-line de leurs start-ups. Les premiers essais cliniques d’un nouveau genre sont d’ailleurs lancés (ou sur le point de l’être) d’abord au Libéria puis en Sierra Leone et au Nigéria – la Guinée semblant nettement plus réticente.

 Dans ce contexte force est de constater que la France est absente. Après avoir brillamment isolé et caractérisé la souche du virus Ebola (comme on peut le voir dans The New England Journal of Medicine) (1) elle fait silence. Le gouvernement français semble totalement absent dans l’actuelle  mobilisation internationale. Aucun spécialiste français dans le comité d’éthique constitué en urgence par l’OMS.

Ethique en panne

Aucune manifestation  gouvernementale concrète de solidarité avec les quatre pays africains touchés, à commencer par la Guinée. Aucune manifestation du Comité national d’éthique français sur la question, fondamentale, de l’usage de médicaments et de vaccins non homologués en terre africaine.

 Pourquoi un tel silence ? Et jusqu’à quand ?

 A demain

(1) L’édition datée du 21 août du New England Journal of Medicine consacre quatre papiers de « Perspective » à l’épidémie d’Ebola. Dont un signé du Dr Margaret Chan – article dans lequel la directrice générale de l’OMS reconnaît les vertus de l’intense couverture médiatique à laquelle donne lieu l’actuelle épidémie africaine. Un évènement.

 

Une réflexion sur “Ebola : « Ebolathon » scientifique britannique. La France absente.

  1. Bonjour,
    Ebolathon n’est pas une bonne nouvelle.
    Le Téléthon était déjà une catastrophe… éthique (http://docteurdu16.blogspot.fr/2012/12/larrivee-du-telethon-un-cauchemar-kitsch.html)
    Quant au Wellcome Trust il s’agit d’un « machin » qui fonctionne en sous main de big pharma. Il est à fond, par exemple, pour les vaccins anti HPV.
    Récupération, quand tu nous tiens…
    La fondation Melinda Bill Gates mériterait une enquête approfondie sur ses liens avec les fonds de pension, les grands groupes pharmaceutiques et alimentaires… et sur la façon que Bill gates a trouvée de s’enrichir encore plus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s