Ebola : traité par ZMapp, le Dr Abraham Borbor a rendu l’âme à Monrovia

Bonjour

Tenir la chronique de l’Ebola c’est aussi, pour l’heure, suivre un à un le devenir des cas auquel du ZMapp a été officiellement administré. Soit, pour l’heure, six malades. Quatre sont vivants (dont deux, américains, sont guéris). Deux sont morts. Sans que l’on sache, dans tous les cas, quel a été l’effet de ces anticorps monoclonaux humanisés.

La première mort était celle d’un prêtre espagnol. La deuxième est celle du Dr Abraham Borbor. Elle est survenue dans la nuit du 24 au 25 août  et elle a été annoncée par Lewis Brown, ministre libérien de l’Information. « Le Dr Abraham Borbor montrait des signes de progrès, mais il a finalement rendu l’âme. Le gouvernement regrette cette perte et présente ses condoléances à la famille », a déclaré le ministre. Il a ajouté que deux autres praticiens libériens étaient toujours  soignés avec le ZMapp et qu’il y avait « des signes d’espoir ».

Question de virulence

On sait peu de chose, en Occident, du Dr Borbor. Sinon qu’il était le deputy chief medical doctor du  John F. Kennedy Medical Center, le  plus grand hôpital du Libéria (voir ici). On se souvient que face à l’ampleur croissante de l’épidémie, un comité d’experts réuni par l’OMS a jugé, le 12 août, « éthique » d’expérimenter directement sur l’homme des candidats-médicaments à l’efficacité et aux effets secondaires encore inconnus (1). Les stocks  de ZMapp sont épuisés. Officiellement du moins.

Une question commence à poindre : pourquoi autant de soignants infectés dans les quatre pays africains touchés? Ces soignants prennent-ils, consciemment, des risques démesurés ? Est-ce là la conséquence de manque de moyens de protection ? Est-ce dû à une virulence plus grande de cet agent pathogène ? Quand pourra-t-on commencer à faire les comptes ? Et à les rendre ?

A demain

(1) On peut prendre connaissance ici de la composition du comité d’éthique de l’OMS présidé par le Dr Philippe Calain (Suisse, MSF) ; on observera que sur les douze membres ne figurait que deux experts africains. Et aucun des pays touchés. L’OMS ne donne aucune précision sur la manière dont ce comité a été créé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s