Un TripAdvisor psychiatrique est-il éthique ?

Bonjour

Une nouveauté, cette année, dans ce qui est devenu un marronnier de la rentrée : le grand classement des hôpitaux du magazine Le Point. On connaît l’entreprise. Souvent imitée, jamais égalée.

Nouveauté, donc, pour le millésime 2014 : « Dépression, schizophrénie : les meilleurs services psy ». Avec, en Une, le visage avenant du Dr Nathalie Strek, psychiatre dans le pôle 3 du Centre hospitalier des Pyrénées (Pau).

Entreprise banalisée

Nous avons vu ce qu’il pouvait en être des projets de « TripAdvisor » pour les médecins. L’idée de la notation des praticiens par les patients fait rugir la profession. L’idée d’un classement des établissements hospitaliers (publics et privés) par des journalistes a été une affaire de longue haleine. Est-elle d’ailleurs pleinement acceptée ? Disons qu’elle s’est quelque peu banalisée. 

Reste l’équipe des historiques du Point constituée de Philippe Houdart, Jérôme Vincent, et François Malye. Leur savoir-faire, leur rigueur ; leur expérience font que nul ne songe plus (ce fut le cas il n’y a pas si longtemps) à les poursuivre devant la juridiction ordinale.

Psychiatrie basée sur les preuves

Privée de Philippe Houdart l’équipe s’attaque donc aujourd’hui aux établissements psychiatriques. On imagine l’émoi que ceci peut susciter dans une communauté encore peu rompue à la médecine fondée sur des preuves. Classer les varices comme la dépression, les anévrysmes comme la schizophrénie. Ils ont osé. Et ils en rajoutent  avec, comme titre : « Psychiatrie, Kafka à l’hôpital ».

Dépression : on doit se réjouir à l’Hôpital Sainte-Anne (1er) et se morfondre au CHU de Lille (50ème). Sur 361 établissements évalués.

Schizophrénie : CHU de Montpellier en tête. Ch de Saint-Quentin 50ème.  Sur 364 établissements évalués. Où est la clinique de La Borde (Cour Cheverny), cet établissement-phare que vient de quitter le Dr Jean Oury, qui l’avait fondée ?

Sur le site du Point, Jérôme Vincent et François Malye reviennent aujourd’hui sur le sujet. Retour sur expérience et conférence critique au vu du courrier reçu :

«  Il y a ceux qui se félicitent que Le Point ait pris l’initiative d’intégrer la psychiatrie dans le palmarès 2014 des hôpitaux et des cliniques. « Considérer la psychiatrie comme toute autre spécialité, la maladie mentale comme toute autre maladie est un signe de progrès tant ces troubles demeurent stigmatisés », nous écrivent les Prs Raphaël Gaillard et Jean-Pierre Olié du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. « Le dossier est peut-être encore plus intéressant que le classement lui-même […] et reflète des réalités incontestables, estime le Pr Antoine Pelissolo du groupe hospitalier Henri-Mondor-hôpital Albert-Chenevier à Créteil. 

On peut en tirer deux enseignements importants : l’inégalité des ressources et des modes d’organisation selon les territoires, qui pose un vrai problème politique de santé publique et même, dans une certaine mesure, de démocratie. Et par ailleurs le manque de lisibilité et de coordination des structures de soins existantes. »

« Certaines rencontres ont manifestement permis aux journalistes de toucher du doigt la précarité de certains patients… et le dénuement de certaines équipes, dont l’investissement professionnel est d’autant plus remarquable », relève le Pr Marie-Odile Krebs, également du centre hospitalier Sainte-Anne. Laquelle par ailleurs se montre très critique : « Quel dommage finalement que, dès les premières lignes de l’article, certains stéréotypes stylistiques orientent le lecteur dans une représentation négative de la psychiatrie. Kafka à l’hôpital, quelle lecture en auront les lecteurs ? Celle de la poétique de l’angoisse kafkaïenne d’un monde qui a perdu son âme ? Ou celle plus commune qui associe Kafka à une situation sinistre, absurde, dérisoire ? […] Le discours sur les maladies psychiatriques doit changer si l’on souhaite réellement aboutir à l’objectif essentiel de la déstigmatisation et de la réintégration des patients souffrant de troubles psychiatriques dans notre société. […] Patients, famille, médecins, contribuables…, nous avons tous à y gagner : il est vain d’imaginer que les gens consultent à temps si l’on associe systématiquement une image négative à la psychiatrie (asile, internement, etc.), alors que l’on sait que la précocité de la prise en charge est un facteur majeur de meilleur pronostic, limitant les conséquences médicales et sociales. »

 Enfin, il y a des demandes de correction, comme celle du centre hospitalier spécialisé d’Ainay-le-Château dans l’Allier à propos duquel nous avons publié qu’il prenait en charge les patients dépressifs hospitalisés pendant 126 jours en moyenne, alors que cette durée s’établit à 40 jours au niveau national. Les responsables de cet hôpital estiment cette mise en cause erronée : « L’établissement est spécialisé en accueil familial thérapeutique et prend en charge des pathologies mentales sévères, essentiellement des schizophrénies graves […], écrivent le Dr François Petitjean, président de la commission médicale d’établissement, et Jean-Claude Lardy, directeur. Les patients souffrant de dépression ne constituent qu’une très faible proportion des cas traités au CHS d’Ainay-le-Château et le chiffre de 126 jours d’hospitalisation en moyenne pour cette pathologie paraît totalement fantaisiste. » Mais ils n’indiquent pas quelle serait la bonne durée de séjour. »

Il fallait que cela soit écrit.

Que prévoient nos spécialistes du Point pour le millésime 2015 ? Une suggestion qui fera un tabac : après la psychiatrie, le classement des Ehpad et, en 2016, celui des unités de soins palliatifs. Chiche ?

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s