Affaire Lambert : le Dr Kariger devient salarié de maisons de retraite « haut de gamme »

 

Bonjour

C’est la rentrée et le Dr Kariger s’en va. Disons plus précisément qu’il quitte le service des soins palliatifs du CHU de Reims où il s’est amplement illustré via sa gestion très particulière du dossier de Vincent Lambert. « Après 23 ans d’exercice dans l’établissement, le médecin qui soignait le tétraplégique Vincent Lambert a raccroché sa blouse blanche ce jeudi 28 août 2014, apprenait-on il y a quelques jours sur France 3 Champagne-Ardennes. Eric Kariger, qui dirigeait le service des soins palliatifs, explique qu’il ne supportait plus la pression autour du cas de son patient. »

La « pression », c’est le mot trouvé par le Dr Kariger. Il l’avait utilisé avant l’été. Puis il y a quelques jours quand il s’était « confié »  au micro de Thomas Sotto dans la matinale d’Europe 1. « A un moment j’ai franchi mes limites »  dit-il.  Le Dr Kariger a aussi des mots malheureux, comme lorsqu’il parle d’y laisser sa peau :  

Vilaines pensées

« Je me suis retrouvé à avoir de vilaines pensées. Je me suis dit que ça allait trop loin. J’ai eu beaucoup de menaces de mort. Je suis allé jusqu’à mes limites, voire au-delà. Je ne regrette rien : ce combat de respecter un patient, en faveur d’une certaine médecine qui ne s’obstine pas, je ne regrette pas de l’avoir conduit mais je crois que cela ne méritait pas que j’y laisse ma peau (…) ».

Le Dr Kariger parle volontiers de lui :

Si je devais me qualifier je me qualifierai volontiers de pro-life. Mais je n’ai jamais été intégriste. Je me sens mieux parmi les modérés (…) donc oui je suis un défenseur de la vie, mais je suis aussi déontologiquement contre l’acharnement thérapeutique, lorsque le sens de la vie a atteint sa limite, la médecine doit laisser mourir. La mort n’est pas un échec médical, la mort fait partie de la vie, et tout médecin qui ne reconnaît pas ça serait dangereux pour ses pairs. »

Christine Boutin

Il dit encore s’être retrouvé tiraillé entre ses convictions profondes et sa conscience professionnelle. Catholique pratiquant et membre du parti de Christine Boutin, il s’est retrouvé opposé aux parents de Vincent Lambert, un couple de catholiques traditionalistes s’oppose à l’arrêt des soins.

Aujourd’hui  1er septembre le voici longuement invité au journal de 13 heures de France Inter. Il y redit ce qu’il avait dit sur Europe 1. Ses certitudes, ses « vilaines pensées », sa fierté etc. Il redit son parcours de soignant (vingt-trois ans de CHU), sa spécialité de gériatre et de « palliatologue », son envie d’aller voir ailleurs « les plus fragiles des plus âgés de notre  société » pour les faire bénéficier « de toute son expérience », de « toute son expertise ».

Conflit d’intérêt

Il le fera dans le groupe « Maisons de famille » un gros groupe privé de maisons de retraites « haut de gamme » dont il vient d’être nommé directeur médical (1). « Un groupe, prend-il soin de souligner sur France Inter, qui revendique une exigence en matière de qualité et de soins sur des valeurs humaines dans lesquelles je me retrouve ». « J’ai eu cette opportunité que j’ai bien évidemment choisie » dit –il, sans redouter un conflit d’intérêt que personne ne lui reprochera.  France Inter lui a souhaité « bonne route pour la suite  de sa carrière ».

A demain.

(1) Lu sur le site : Le projet « Maisons de Famille » est le fruit de l’association d’anciens dirigeants de grands groupes qui, sous l’égide d’Hugues Harmel, Président et fondateur du groupe Maisons de Famille, ont souhaité créer un nouvel opérateur privé dans le secteur de la dépendance.  Hugues Harmel  s’appuie pour cela dès fin 2003 sur la société d’investissement (CREADEV) de l’Association Familiale Mulliez (AFM). L’entrée de cette grande famille entrepreneuriale comme actionnaire de référence, assure non seulement la capacité financière du groupe à mener à bien ses projets, mais aussi garantit l’attention qui sera portée à la qualité et au professionnalisme de nos maisons. Depuis 2008, le Groupe « Maisons de Famille » est implanté en Italie via LA VILLA spa, sa filiale Italienne.  Les vingt-quatre maisons (près de 2000 lits) sont situées essentiellement dans les régions du nord de l’Italie.

Certaines de ces maisons sont des cliniques qui accueillent des résidents atteints de pathologies lourdes (états neurologiques invalidants, comas dépassés…). D’autres accueillent des patients souffrants de troubles psychiatriques.  Depuis décembre 2013, le Groupe « Maisons de Famille » est aussi implanté en Espagne via Adavir.  Les maisons sont situées dans la province de Madrid.

3 réflexions sur “Affaire Lambert : le Dr Kariger devient salarié de maisons de retraite « haut de gamme »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s