L’affaire du « très grand prématuré » réanimé au CHU de Poitiers vient de se terminer.

Bonjour

« L’accompagnement de fin de vie est engagé ». C’est la formule retenue par la « direction de la communication » du CHU de Poitiers. Elle vient, dans la soirée du 18 septembre, de publier un communiqué qui met un terme à l’affaire dite du « grand prématuré » du CHU de Poitiers.

Voici ce communiqué destiné à la presse :

« L’enfant, très grand prématuré, né à Saintes le 31 août dernier, a été transféré dans les heures qui ont suivi sa naissance au CHU de Poitiers, en tant que centre régional de référence en Poitou-Charentes. Il a été pris en charge par l’équipe de réanimation néonatale et pédiatrique.

Ecouter

Tout au long de sa prise en charge, des réunions collégiales ont très rapidement conduit l’équipe médicale à exclure tout acharnement thérapeutique. Cette attitude s’est fondée sur les données cliniques du nouveau né et l’avis des parents a été entendu.

Comme il est d’usage dans ce type de situation, le cas de l’enfant a été soumis à une autre équipe de réanimation néonatale, en l’occurrence celle du centre hospitalier Antoine-Béclère à Clamart.

Sérénité

Un avis a ensuite été sollicité auprès de l’espace de réflexion éthique régional de Poitou-Charentes. La réflexion a été conduite dans la sérénité. Les parents ont toujours été informés des différentes étapes qui ont jalonné la réflexion de l’équipe médicale.

L’évaluation clinique de ce très grand prématuré s’est poursuivie et l’équipe médicale de l’unité de réanimation néonatale a tenu une réunion collégiale aujourd’hui.

Dégradé

L’état de santé du nouveau né s’est par ailleurs dégradé ces dernières heures et les modalités d’accompagnement de fin de vie ont été définies en associant la famille. Le chemin de prise de décision médicale de fin de vie s’est donc poursuivi selon des pratiques recommandées intégrant un avis extérieur, un avis éthique et une nouvelle réunion collégiale de l’équipe.

Ces discussions se sont déroulées selon une procédure normale dans ces situations toujours éprouvantes, en faisant abstraction du contexte médiatique (…) »

Abstraction

Aucun commentaire. Toutes les informations sur ce dossier sont données, et c’est très bien ainsi. Une question néanmoins. On aimerait toutefois savoir, au vu de l’émotion nationale créée par les images télévisées et les déclarations radiophoniques des parents, comment on peut mener de telles discussions médicales et éthiques « en faisant abstraction du contexte médiatique ». Et comment on trouve les ressources pour discuter « en toute sérénité ».

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s