Ebola : le taux de mortalité pourrait descendre de 50 % à 15 %. Voici comment

Bonjour

Sous la santé publique, le questionnement éthique. Questionnements plus précisément, exacerbés par la rapide dynamique épidémique d’Ebola. L’OMS s’y est essayée qui a « autorisé » l’usage de substances non homologuées en territoire africain. Au nom de l’urgence. Aujourd’hui c’est le Pr Jean-François Delfraissy qui s’y risque. Il le fait dans un entretien accordé au Monde daté 21-22 septembre (propos recueillis par Audrey Garric).

Le Pr Delfraissy est un spécialiste des maladies infectieuses à l’Inserm, par ailleurs directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales. Il ne voit « aucun problème éthique » dans le traitement à deux vitesses des soignants (rapatriement des soignants occidentaux contaminés et utilisation chez eux,  en priorité, des traitements expérimentaux).

« Pas choquant »

« Les soignants occidentaux font un effort pour aller aider, dans une situation de grande crise sanitaire, les pays du Sud. MSF et d’autres ONG mènent une action très positive et dans le même temps très risquée. Car cette maladie a de graves conséquences pour les personnels médicaux, avec un taux de mortalité de 50 % qu’on n’avait pas connu depuis plus de soixante ans, explique-t-il. Dans le cas d’Ebola, on envoie donc des soignants, jeunes le plus souvent, avec un don d’eux-mêmes très important, prendre des risques majeurs dans les pays d’Afrique de l’Ouest – même s’ils font très attention. Il ne me semble donc pas choquant qu’on assure à ces jeunes que tout sera fait pour qu’ils soient pris en charge dans les meilleures conditions s’ils sont infectés. »

Perfusions

Mais là n’est peut-être pas le plus important. Ce n’est pas tant le rapatriement  des soignants occidentaux qui est choquant. « Au-delà des traitements expérimentaux, ce sont surtout les meilleurs systèmes de soins occidentaux qui peuvent permettre de sauver les soignants expatriés et justifier qu’on les rapatrie, ajoute le Pr Delfraissy. Dans les pays d’Afrique de l’Ouest touchés par Ebola, les systèmes sanitaires sont tellement précaires que la moindre opération de réanimation, de pose de perfusion ou d’hydratation des patients – essentielle pour lutter contre le virus – est difficile à mener. »

Et il ajoute : «  En France, les mêmes cas d’Ebola, bénéficiant de mesures de réanimation standard, enregistreraient une mortalité très réduite : elle serait de l’ordre de 15 % au lieu de plus de 50 %. Si vous faites un choc septique au fond de la brousse africaine ou à Paris, votre chance de survie n’est pas la même. »

« Fond de la brousse »

Reste qu’il ne s’agit pas toujours ici de « fond de la brousse » – et encore moins de chocs septiques. Il s’agit de milliers d’Africains (de dizaines de milliers peut-être demain) vivant dans des villes, au Libéria, en Guinée, en Sierra Leone, pour qui la seule hydratation, la seule pose de perfusion rencontrent des obstacles considérables, parfois insurmontables. Une situation qui fait qu’une personne contaminée sur deux meurt, en moyenne, en Afrique alors que cette proportion pourrait-être considérablement réduite. Une situation qui fait que tous les soignants rapatriés en Occident sont vivants quand d’autres, africains, meurent sur le sol africain. Une situation difficilement acceptable, intolérable pour certains, scandaleuse pour quelques uns.

« Luxe » malvenu

« En cas de maladie très grave, les soignants sont des gens très précieux, conclut, dans Le Monde, le Pr Delfraissy.  Le Liberia compte seulement un médecin pour 100 000 habitants. Or on a besoin de médecins pour la poursuite de la prise en charge de l’épidémie. Donc qu’il y ait une prime pour traiter en priorité les soignants peut interpeller et pourtant c’est réaliste. Nous ne pouvons pas nous offrir le luxe de perdre le peu de soignants dont nous disposons. »

Nous offrir le luxe ? La formule n’est peut-être pas des plus heureuses.

A demain

Une réflexion sur “Ebola : le taux de mortalité pourrait descendre de 50 % à 15 %. Voici comment

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s