Mères porteuses : Delors, Jospin, Roudy etc. sont-ils trop vieux pour parler ? (Libération)

Bonjour

La procréation déchaîne les passions. Donne-t-elle le droit de dire tout et, plus encore, n’importe quoi ?

Dans le Libération-nouvelle-manière daté de ce 29 septembre on  trouve une étrange tribune en forme d’entretien (propos recueillis par Marie-Joëlle Gros). La parole est donnée « aux Mennesson ». « Les Mennesson » sont « parents de jumelles nées grâce à une mère porteuse ». Ils veulent ici repartir au combat, ouvrir une nouvelle fois le débat.

Intérêt de l’enfant

On connaît l’état des lieux : la France, condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) le 26 juin. Condamnée non pas parce qu’elle interdit la pratique des mères porteuses sur son sol mais au nom de « l’intérêt supérieur de l’enfant ». Elle se doit de transcrire dans ses registres d’état civil français les actes de naissance des enfants nés selon des procédés que son droit et son éthique condamnent. Une France dont le gouvernement Valls II et le président de la République ont décidé de ne pas faire appel – et ce en dépit des appels et des pétitions.

Des appels et des pétitions venus, sans surprise de la droite plus ou moins catholique. Mais des appels et des pétitions venus aussi d’une large fraction de la gauche. Au nom d’une certaine idée des droits de l’homme et de la non-marchandisation du corps de la femme. Au nom d’un refus absolu d’un nouvel esclavagisme.

Droit à procréer

L’un de ses appels, le plus forts, a été lancé dans Libération, un appel d’autant plus marquant que ce quotidien milite ouvertement en faveur de la GPA présentée comme un nouveau droit à procréer. C’était le 13 juillet dernier et François Hollande était directement interpellé par de nombreuses personnalités. On trouvera ici le texte de l’appel et la liste des signataires.

Deux mois et demi plus tard, et après la confirmation que la France ne ferait pas appel de sa condamnation par la CEDH, Libération donne donc la parole aux Mennesson (le délai de l’appel courait jusqu’à vendredi 26 septembre). Que nous dit ce couple qui élève deux jumelles nées par GPA et dont l’action est à l’origine de la condamnation de la France ? Extraits :

Vociférations torrentielles

« Jusqu’à vendredi, on a assisté à un torrent de vociférations, d’insultes, d’arguments fallacieux venant d’une partie de la droite et aussi de féministes comme Sylviane Agacinski ou Marie-Josèphe Bonnet, mais on a voulu rester à l’écart. Nous appelons à un vrai débat sur la GPA, pas à une guerre de tranchées. L’urgence, pour nous, c’est que les actes de naissance américains de nos filles soient transcrits dans les registres français. »

Voix au chapitre

Une GPA éthique en France ? «Il faut le consentement éclairé de la femme qui va porter l’enfant, c’est-à-dire la connaissance des conséquences légales, des risques, des enjeux. Et une collaboration entre le couple des parents et la gestatrice : une relation humaine forte. Il ne faut pas le cacher aux enfants. Il faut aussi une prise en charge des frais médicaux, comme pour la PMA.».

La GPA, pensez-vous  un jour légale en France ? «  Les oppositions sont bruyantes, mais elles ne font pas consensus. Que valent 10 députés PS qui veulent renforcer l’interdiction de la GPA contre 65 sénateurs de droite comme de gauche qui ont déposé deux propositions de loi pour légaliser la GPA en janvier 2010 ? Jacques Delors, Lionel Jospin, Yvette Roudy et toutes les personnalités qui ont signé la pétition demandant à Hollande de faire appel à la condamnation par la CEDH ont un certain âge [nous soulignons]. Il y a un fossé générationnel. Un jour, les enfants qu’ils prétendent défendre en les traitant de «chiots» ou de «choses» seront aux manettes. »

Vieillard(e)s

« Un certain âge » ? Comme c’est étrange. Un « fossé générationnel » qui interdirait de s’exprimer sur des questions relatives à l’éthique et au droit ? Faut-il revoir la liste de l’appel lancé il y a deux mois dans Libération, demander leur âge aux signataires et biffer les noms de celles et ceux (1) qui n’auraient plus voix au chapitre ? Menacer ouvertement ces « vieillard(e)s » de l’époque (qui ne tardera guère) où les enfants nés par mère porteuses rémunérées seront « aux manettes » ? Voilà des arguments assez extrémistes qui ne donnent guère envie d’ouvrir le débat avec ceux qui les manient.

A demain

(1) PARMI LES PREMIERS SIGNATAIRES JACQUES DELORS PRÉSIDENT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE DE 1985 À 1994, LIONEL JOSPIN ANCIEN PREMIER MINISTRE, YVETTE ROUDY MINISTRE DES DROITS DES FEMMES DE 1981 À 1986, NICOLE PÉRY SECRÉTAIRE D’ETAT AUX DROITS DES FEMMES (1998-2002) ET VICE-PRÉSIDENTE DU PARLEMENT EUROPÉEN (1984-1997),MARIE-GEORGE BUFFET DÉPUTÉE DE SEINE-SAINT-DENIS, ANCIENNE MINISTRE, SECRÉTAIRE NATIONAL DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS (2001-2010),CATHERINE TASCA ANCIENNE MINISTRE, PREMIÈRE VICE-PRÉSIDENTE DU SÉNAT, NICOLE NOTAT SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE LA CFDT DE 1992 À 2002, PRÉSIDENTE DE VIGEO, Bernard Poignant Ancien maire de Quimper, Eliette Abécassis écrivain, Sylviane Agacinski Philosophe, Marie-Josèphe Bonnet Historienne des femmes, Jocelyne Fildard, Marie-Josèphe Devillers et Catherine Morin Le Sech Coprésidentes de la Coordination lesbienne en France, Martine Segalen Ethnologue, José Bové Député européen, Pierre Courbin Psychiatre, Marie-Anne Frison-Roche Professeur de droit à Sciences-Po, Alice Ferney Ecrivain, Brice Couturier Producteur de radio et écrivain, Laurent Bouvet Professeur de sciences politiques à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Fabrice d’Almeida Professeur d’histoire à l’université, Pierre-Michel Menger Professeur au Collège de France, Suzanne Rameix Philosophe spécialiste de l’éthique médicale, Olivier Poivre d’Arvor Directeur de France Culture, Marie Balmary Psychanalyste et essayiste, Odile Macchi Membre de l’Institut, Aude de Thuin Fondatrice du Women’s Forum, Nathalie Heinich Sociologue, directeur de recherche au CNRS, Catherine Labrusse-Riou Professeur émérite à l’école de droit de l’université Panthéon-Sorbonne (Paris-I), Jean-Noël Tronc Directeur général de la Sacem, Manuel Maidenberg Pédiatre, Hervé Chneiweiss Neurobiologiste, président du comité d’éthique de l’Inserm, Catherine Paley-Vincent Avocat à la cour, Jean-Pierre Winter Psychanalyste et essayiste, Sylviane Giampino Psychanalyste et psychologue, spécialiste de la petite enfance, Emmanuelle Jardin-Payet Maire-adjointe à Hermanville-sur-Mer, Catherine Dolto Médecin pédiatre, haptothérapeute et écrivain, Myriam Szejer Pédopsychiatre, Christine Angot Romancière et dramaturge, Jérôme Vignon Président des Semaines sociales de France, Maurice Ronai Chercheur, membre de la Cnil, Ursula del Aguila Chroniqueuse et formatrice, Sylvia Serfaty Mathématicienne, lauréate du prix Henri-Poincaré, Véronique Baltaksé Pédiatre, Dorith Galuz Psychanalyste, Asma Guénifi Présidente du mouvement Ni putes ni soumises, Leili Anvar Productrice sur France Culture, Geneviève Couraud Présidente de l’observatoire droits des femmes CG-13, Christophe Charle Historien et professeur des universités, (Paris-I-Sorbonne), Carol Mann Anthropologue et sociologue, Geneviève Duché Présidente de l’amicale du Nid, Jacques Testart Biologiste, René Frydman Gynécologue obstétricien, Laurence Dumont Vice-présidente de l’Assemblée nationale, députée du Calvados, groupe Socialiste, républicain et citoyen (SRC), Huguette Bello Députée de la Réunion, groupe GDR, Marie-Odile Bouillé Députée de la Loire-Atlantique, groupe SRC, Marie-George Buffet Députée de Seine-St-Denis, groupe Gauche démocrate et républicaines (GDR), Martine Faure Députée de la Gironde, groupe SRC, Thierry Solère Député des Hauts-de-Seine, groupe UMP, Jean-Philippe Mallé Député et conseiller général des Yvelines, groupe SRC, Armand Jung Député du Bas-Rhin, groupe SRC, Alain Claeys Député de la Vienne, groupe SRC, membre du CCNE.

Associations signataires : Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (Cadac), Collectif national pour le droit des femmes (CNDF), Réseau «Encore féministes, aussi longtemps qu’il le faudra», Cercle d’étude de réformes féministes (Cerf), Coordination lesbienne en France (CLF), Réseau féministe «ruptures», Mouvement Ni putes ni soumises (NPNS).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s