Ebola : première contamination aux Etats-Unis. Nouvelle affaire Thomas Eric Duncan

Bonjour

L’épidémie progresse comme dans les livres d’épidémiologie. Après le premier cas de contamination sur le Vieux Continent (Espagne, Madrid) voici le premier cas connu survenant dans le Nouveau Monde (Etats-Unis, Texas, Dallas). L’annonce vient d’en être faite le 12 octobre. Il s’agit d’un soignant travaillant au Texas Health Presbyterian (près de 900 lits « aigus »). A Madrid il s’agissait d’une soignante ayant pris en charge un missionnaire contaminé en Afrique. A Dallas il s’agit d’un soignant qui a pris en charge Thomas Eric Duncan, 42 ans, le malade libérien qui vient de mourir au terme d’une incroyable histoire. L’affaire texane est rapportée dans le détail par The New York Times.

Silence à Dallas

Les responsables ne cèdent pas au catastrophisme. « Nous savions qu’il pouvait y avoir un second cas, et nous nous sommes préparés à cette éventualité, vient de déclarer le Dr David Lakey, chef des services de santé du Texas. Nous renforçons notre équipe à Dallas et nous travaillons avec une extrême diligence pour éviter une propagation du virus. »

Le soignant avait un peu de fièvre dans la soirée du 10 octobre. Il a été mis en isolement et soumis à des examens, ont indiqué les services de santé du Texas. Et à Madrid comme à Dallas la même question : comment des soignants parfaitement informés des risques et des procédures ont-ils pu se contaminer ? A Madrid on croit avoir un début d’explication. A Dallas on sèche. Ou on préfère garder le silence (1).

Quarante-huit personnes

Et les mêmes cause produisant généralement les mêmes effets  les autorités sanitaires disent avoir interrogé le patient (dont le nom n’a pas –encore- été rendu public) et tentent d’identifier toutes les personnes ayant été en contact avec lui et susceptibles d’avoir été exposées au virus.

A la suite de la découverte (tardive) de la contamination de Thomas Eric Duncan les responsables sanitaires texans ont identifié quarante-huit  personnes dans la région de Dallas qui ont pu entrer en contact direct ou indirect avec lui alors qu’il était contagieux. Dix des quarante-huit personnes ont été considérés comme à haut risque, dont sept soignants, la fiancée de M. Duncan et deux autres parents et membres de la communauté.  Les autres sont considérés comme à faible risque d’exposition à Ebola.

39,4° et non 37,8°

Et voici qu’aujourd’hui une nouvelle affaire Duncan commence.  Josephus Weeks un neveu de Thomas Eric Duncan a transmis le 10 octobre à l’Associated Press des éléments de son dossier médical. Or ces éléments soulèvent de nouvelles questions sur la responsabilité de l’hôpital texan quant au fait qu’il n’ait pas été hospitalisé lors de sa première visite aux urgences le 25 septembre. Des urgences où il est resté quatre heures avant de repartir  avec une prescription d’antibiotiques (sic). Lors de cette première visite, sa température était de 103° F (39,4°C). Et Thomas Eric Duncan avait signalé une douleur intense qu’il situait à 8 sur une échelle de 1 à 10.

Or ces éléments contredisent la description initialement faite par de l’hôpital de l’état de M. Duncan : l’établissement hospitalier avait dit que sa température était de 100,1°F (37,8°C) et que ses symptômes « n’étaient pas graves ». Ces éléments sont largement développés par les médias américains – dont The New York Times . A ce stade rien n’interdit de penser que Thomas Eric Duncan était contagieux  dans cette salle d’attente des urgences où il est resté quatre heures avant d’être renvoyé chez lui. Et ce alors qu’il avait bien expliqué qu’il arrivait du Libéria. Comprenne qui pourra.

A demain

(1) Dans la soirée du 12 octobre (heure de Paris) les autorités sanitaires américaines ont attribué cette l contamination par Ebola  à une faille du protocole de protection. L’établissement de soins a néanmoins insisté sur le fait que cette patiente (seul son sexe a été révélé) portait l’équipement (masque, gants, tenue de protection) recommandé par les Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

« Nous sommes très inquiets par l’annonce que des tests préliminaires montrent qu’un professionnel de santé au Texas a été infecté par Ebola, a déclaré le Dr. Thomas Frieden, directeur des CDC, lors d’une conférence de presse. Nous ignorons ce qui s’est passé au cours du traitement du patient de référence, c’est-à-dire le premier cas traité à Dallas, mais à un certain moment, il y a eu une faille dans le protocole qui a causé l’infection. »

2 réflexions sur “Ebola : première contamination aux Etats-Unis. Nouvelle affaire Thomas Eric Duncan

  1. Si dans 2 pays qui ont un système de santé de qualité des soignants sont contaminés par le 1º malade traité on ne peut qu’être impressionné par l’efficacité qu’on réussi à avoir les soignants (locaux ou expatriés) dans les pays africains et dans des conditions précaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s