Aux antipodes des buralistes, pourquoi les tabacologues ne sont-ils pas plus violents ?

Bonjour

Dans quelques jours se tiendra le  8e Congrès national de la Société française de tabacologie (SFT). Ce sera les 6 et 7 novembre 2014 à l’Espace Charenton à Paris. Thème : « Tabagisme : un enjeu majeur de santé publique ! ». Le point d’exclamation n’est pas de trop. On rêverait même d’un coup de point sur la table. Quelle spécialité est, comme celle-ci, directement en charge d’un sujet qui fait 70 000 morts prématurées chaque année ?  Quelle discipline est, comme celle-ci, confrontée à un pathogène parfaitement ciblé, légal et taxé ? Quelle pratique est, à ce point, bousculée  par un outil qui bouleverse le paysage de cette addiction massive. Plus encore que l’alcoologue le tabacologue est un médecin aux prises avec la politique. Il se situe à l’exact opposé du buraliste.

Deux mondes

Dans quelques jours se tiendra le Salon des buralistes. Ce sera les 8 et 9 novembre à Porte de Versailles. « Losangexpo est un évènement qui s’adresse à tous les buralistes de France. Plus de 150 exposants sont présents et des milliers de visiteurs sont attendus durant cette nouvelle édition de Losangexpo, unique salon professionnel de ce métier. Depuis 1991, les fabricants, fournisseurs, prestataires de services et partenaires institutionnels s’y retrouvent. »

Deux mondes que seul le tabac réunit. L’un le vend, l’autre tente de faire que les acheteurs des premiers ne le soient plus demain.

François Hollande

A l’Espace Charenton on retrouvera la Fédération Addiction. « Dans le cadre de ses missions de promotion de la formation à la tabacologie, la SFT, en réponse à un appel d’offres, a déposé en 2013 un projet visant à favoriser et valoriser l’enseignement de la tabacologie auprès des professionnels de santé, explique Nathalie Wirth, présidente de la Société française de tabacologie (…) Plus récemment, François Hollande, dans son annonce du Plan cancer III, a lancé un Programme national de réduction du tabagisme s’inscrivant dans une loi de santé qui insiste également sur l’implication des professionnels de santé et sur l’intérêt d’une meilleure prise en charge du traitement de l’addiction à la nicotine. Si la prise en charge est soutenue financièrement pour les femmes enceintes, pour les jeunes de vingt à trente ans, pour les bénéficiaires de la CMU et pour les patients atteints de cancer, elle reste néanmoins encore très insuffisante. »

Euphémisme

« Très insuffisante » est, tout simplement un euphémisme. Quant au « soutien financier » pour le traitement de l’addiction à la nicotine il est, tout simplement, incompatible avec l’idée que l’on peut raisonnablement se faire d’une maladie à ce point difficile à soigner. Et nous usons, ici aussi, d’euphémisme. D’autres ne résisteraient pas à être plus violents ; et on leur pardonnerait sans doute volontiers quand on connait conséquences humaines et financières désastreuses pour notre pays. On en viendrait même, pour tout dire, à souhaiter un mouvement de révolte thérapeutique dans les rangs des tabacologues. Les voir réclamer la prise en charge intégrale de tout ce qui peut aider à la fin de l’esclavage du tabac. Et en finir avec ces subsides distribués aux « femmes enceintes », aux « jeunes de vingt à trente ans », aux « bénéficiaires » de la CMU et aux …. « patients atteint de cancer ».

Buraliste

La violence, les buralistes la connaissent et savent en parler quand leurs intérêts sont menacés ; aujourd’hui ils observent, de leur civette, les tabacologues et leur réunion parisienne –comme on peut le lire sur le site lemondedutabac.com  « Ce sera la première grande réunion des professionnels de la tabacologie après la présentation du Plan national de Réduction du Tabagisme de Marisol Touraine, écrivent-ils. Outre les nombreuses sessions cliniciennes, le congrès compte ouvrir le débat sur des pistes d’action efficace et le renforcement de l’implication des professionnels de santé. Dans son éditorial de présentation des deux journées, Nathalie Wirth, présidente de la SFT, se fait déjà critique sur l’insuffisance de la prise en charge du traitement de l’addiction à la nicotine.

Marisol Touraine

La présence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine ne semble pas programmée, elle serait représentée par Benoit Vallet, Directeur Général de la Santé. Comme il y a deux ans … À l’époque, Bertrand Dautzenberg, président de l’Office français de Prévention du Tabagisme chargé de l’organisation du Congrès, avait déploré son absence, déjà. Cette fois-ci, dans le contexte du Programme national contre le Tabagisme, ce serait moins compréhensible. »

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s