Ebola : la contamination, à Madrid, de María Teresa Romero Ramos. Et ce qui en résulta

Bonjour

Dieu n’est jamais très loin au-delà des Pyrénées. Surtout avec Ebola. « Quand je me sentais mourir, je me suis accrochée à mes souvenirs, à ma famille, à toute la société espagnole qui luttait contre Ebola. » Ce sont les mots de María Teresa Romero Ramos l’aide soignante espagnole qui vient de sortir de l’hôpital Carlos III de Madrid où elle avait été admise le 6 octobre dernier.

Saint Jacques

María Teresa Romero Ramos, 44 ans, amaigrie et poussée sur un fauteuil roulant, portant un gros pull à col-roulé noir et blanc comme nous la montre The New York Times. Elle vient de s’exprimer publiquement, pour la première fois depuis son hospitalisation, devant une foule de journalistes, au cours d’un bref point de presse.

María Teresa Romero Ramos s’est accrochée à toute la société espagnole qui luttait contre Ebola. Et puis elle a invoqué  Dieu et l’apôtre Jacques, patron de l’Espagne. Puis elle a élargi encore la focale : « Cette maladie n’a pas compté pour le monde occidental tant que la contagion n’est pas arrivée ici ». Il n’en reste pas moins vrai qu’elle s’est contaminée au décours de soins prodigués à un missionnaire qui s’était lui-même contaminé en Sierre Leone avant d’être rapatrié à Madrid- où il a été rappelé à Dieu le 25 septembre 2014.

Fatalité vs causalité

« Je ne sais pas ce qui a cloché, et peut être que rien n’a cloché », a dit María Teresa Romero Ramos, refusant ainsi de nourrir  la polémique sur les causes de sa contamination. Refus de faire la part entre une  imprudence de sa part ou une négligence des autorités sanitaires qui n’auraient pas bien protégé le personnel soignant. La fatalité de préférence à la causalité.

Très émue, peinant à contenir ses larmes, María Teresa Romero Ramos  a remercié ses collègues, l’équipe qui l’a soignée et les Espagnols pour les milliers de messages d’encouragement qu’ils lui ont adressés. Elle a ensuite assuré qu’elle souhaitait que son sang, désormais porteur d’anticorps protecteurs, puisse servir pour soigner d’autres patients. Le sang d’une survivante. L’aide-soignante prie aussi en espérant  que son cas rendrait service à la science.

Le cas Excalibur

Javier Limon, son mari, a quant à lui dénoncé en son nom l’euthanasie de leur chien, Excalibur, alors même qu’elle luttait pour la vie. Le cas d’Excalibur avait mobilisé sur les réseaux sociaux des centaines de milliers de défenseurs de la cause animale. Ce qui n’a nullement empêché  les autorités sanitaires de Madrid de le faire abattre au motif que lui vivant il risquait de propager le virus. Pour Javier Limon cette bête  a été « exécutée » avant même que l’on sache s’il était contaminé.

« María Teresa Romero Ramos, patiente et professionnelle de notre hôpital, va pouvoir sortir aujourd’hui, ce qui est une excellente nouvelle après un mois très compliqué pour nous tous », avait auparavant annoncé le directeur de l’hôpital Carlos III de Madrid, Rafael Perez-Santamaria, avant de remercier la centaine de professionnels qui ont travaillé à sa guérison.

Favipiravir et religion

« Elle pourra mener une vie tout à fait normale, il n’y a plus une trace de virus dans son organisme », a ajouté le Dr José Ramon Arribas. Il a précisé que cette patiente aurait encore besoin de temps pour se remettre « complètement », l’infection virale s’étant compliquée rappelant de difficultés respiratoires.

L’équipe médicale madrilène a aussi indiqué avoir eu recours à  l’antiviral antigrippal japonais favipiravir ainsi qu’à une sérothérapie passive à partir du sérum d’un survivant à l’infection. A quoi tient la guérison ? Nul ne le dira. La médecine ne se prononce pas sur les raisons psychologiques, collectives et religieuses invoquées par María Teresa Romero Ramos.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s