Alcoolisme : des images de fœtus malformés sur les bouteilles de vin de Champagne ?

Bonjour

Petit texte  nourri de bonnes intentions dans L’Express de la semaine (Cécile Casciano). Il y est question de grossesse, d’alcool et de punition. Question de la maladie alcoolique d’une femme enceinte et des sanctions qu’elle encourt : à quoi condamne-t-on une femme responsable du syndrome d’alcoolisation fœtale de sa fille ? Est-on coupable de ce handicap on ne peut plus congénital ?

Géniteur innocent

La question pourrait se poser en France. Aujourd’hui elle est soulevée, en appel, au Royaume-Uni. Elle l’a déjà été aux Etats-Unis. C’est le vieux dilemme du droit de la femme opposé au droit de l’enfant à qui elle donne la vie. On observera qu’en matière d’alcoolisme fœtal la question de la responsabilité du  géniteur n’est jamais soulevée, qu’il s’agisse de la dimension « psycho-sociale » ou de celle, hautement plus troublante, de la dimension « biologique ». On dit que des travaux sont en cours sur le sujet. Il faudra songer à en parler aux juges spécialisés.

« C’est incroyable que l’on s’attaque à cette femme, s’insurge, dans L’Express, le Dr Denis Lamblin, pédiatre et président de l’association SAF (Syndrome d’alcoolisation foetale) France. Au lieu de faire culpabiliser les mères, il faut prendre conscience que la responsabilité n’est pas entièrement la leur mais aussi celle de la société qui rend taboue la maladie de ces femmes, des alcooliers qui ciblent de plus en plus les femmes en âge de procréer, du manque de prévention… »

« Logo zéro »

L’hebdomadaire explique encore que ce médecin a suivi des centaines de femmes malades de l’alcool  a souvent entendu que la boisson était pour elles « un médicament en vente libre, le médicament de la souffrance en l’absence d’interlocuteur vers qui se tourner ». On peut aussi relire Zola. Sous d’autres formes L’Assommoir a nettement moins vieilli que les progressistes auraient pu espérer. En France, plus de 8000 enfants seraient  victimes chaque année de la consommation d’alcool pendant la grossesse de leur mère.  « C’est un enjeu de santé publique urgent »  estime le Dr Lamblin.

Il y a huit ans déjà était instauré  le logo « zéro alcool pendant la grossesse », On se souvient peut-être de son objet : une pastille invisible imprimée sur chaque étiquette de boisson alcoolique  et représentant de profil une femme enceinte buvant une main sur la hanche et entourée d’un sens interdit.

Xavier Bertrand

Une image née de l’« arrêté du 2 octobre 2006 relatif aux modalités d’inscription du message à caractère sanitaire préconisant l’absence de consommation d’alcool par les femmes enceintes sur les unités de conditionnement des boissons alcoolisées ». Ce document est visible ici. Il a été signé  par Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé et des Solidarités du gouvernement Villepin . Extraits :

« Art. 1er. − A l’importation et à la commercialisation, toutes les unités de conditionnement des boissons alcoolisées portent au moins l’un des deux messages sanitaires annexés au présent arrêté, préconisant l’absence de consommation d’alcool par les femmes enceintes. Cette disposition est également applicable aux unités de conditionnement de boissons alcoolisées distribuées à titre gratuit.

Art. 2. − Le message sanitaire visé à l’article 1er figure dans le même champ visuel que l’indication obligatoire relative au titre alcoométrique volumique.

Art. 3. − Le message sanitaire exigé conformément à l’article 1er du présent arrêté est inscrit sur fond contrastant, de manière à être visible, lisible, clairement compréhensible, indélébile. Il ne doit en aucune façon être dissimulé, voilé ou séparé par d’autres indications ou images.

Art. 4. − Les produits non conformes aux dispositions du présent arrêté peuvent encore être commercialisés jusqu’à écoulement des stocks, à condition d’avoir été mis sur le marché ou étiquetés avant le délai d’un an suivant la date de publication du présent arrêté au Journal officiel de la République française.

Art. 5. − Le directeur général de la santé est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. »

Bières à l’absinthe

Le Dr Benoît Vallet, actuel directeur général de la santé est-il toujours en charge de l’exécution de cet arrêté ? Envisage-t-il une évaluation de son efficacité ? Ce sont là des questions d’actualités qui valent également pour les images qui ornent les paquets de cigarettes. Images horribles qui ne semblent guère avoir freiné la consommation de tabac en France.

Pour le Dr Lamblin il faut aller plus loin côté alcool. « Aujourd’hui, c’est à qui réussira le plus à  camoufler le logo sur son étiquette, alors qu’il faudrait imposer une taille standard, dit-il. Pourquoi des photos de fœtus  mal formés sur les paquets de cigarettes alors que les conséquences du tabac lors d’une grossesse sont moins dramatiques que celles de l’alcool? ».

C’est une bonne question. Il faudra ensuite songer à imposer l’étiquette neutre sur les canettes de bière à l’absinthe. Et puis revoir Tartuffe,et ses coupables pensées.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s