Le Téléthon 2014 lancé avec 25 jours d’avance : première mondiale sur France-Info

Bonjour

Voilà une mise en scène qui ne se cache pas. Directement du laboratoire au don pour le Téléthon. C’est une « exclusivité France-Info » déjà déclinée sur les réseaux sociaux. Aucun embargo à respecter. En substance : « des chercheurs ont pu redonner de la force musculaire à des chiens atteints de myopathie de Duchenne ». « Une première mondiale qui ouvre un espoir pour les personnes touchées par cette maladie d’origine génétique ».

Auditeurs pressés

L’information a été donnée par la responsable du travail : Caroline le Guiner, chercheuse au laboratoire Atlantic Gènes Therapies situé à Nantes. C’est elle qui qualifie son travail sur France-Info : « une première mondiale dans le  traitement de cette maladie ».

Le contexte, pour auditeur pressé : « La myopathie de Duchenne est la maladie neuromusculaire d’origine génétique la plus fréquente chez l’enfant. Elle détruit les muscles à cause de l’absence d’une protéine indispensable à leur bon fonctionnement, la dystrophine. Chez une personne ou un chien malade, la dystrophine est absente parce qu’une partie du gène qui synthèse cette protéine est déficiente et bloque sa fabrication. Pour soigner ces chiens, les chercheurs ont utilisé ce que l’on appelle la technique du saut d’exon. Elle consiste à ignorer cette partie déficiente du gène. Ils ont donc injecté dans les pattes antérieures de dix-huit  chiens un gène médicament qui permet ce saut d’exon. »

Trois mois et demi

Résultat, en bref : « Ces chiens ont été suivis pendant trois mois et demi. Ils n’ont montré aucune réponse immunitaire contre la nouvelle dystrophine synthétisée grâce à cette thérapie génique. Mais surtout 80 % des fibres musculaires de ces chiens se sont mis à exprimer la nouvelle dystrophine ce qui est un excellent résultat quand on sait que 40 % suffisent pour améliorer la force musculaire. Autre bonne nouvelle, avec une seule injection, la protéine a continué à être fabriquée pendant les trois mois et demi de l’étude. »

Perspective : « Des premiers essais préliminaires sur l’homme sont prévus dès l’année prochaine. » Plus précisément : « Les perspectives très prochaines sont de démarrer un essai clinique sur un petit nombre de patients atteints de cette maladie. Dans un premier temps, on injectera les patients dans le bras pour essayer de retrouver la force musculaire de ce bras-là. »

5 et 6 décembre

Ce n’est pas assez : France-Info explique que ce travail a été financé grâce aux dons du Téléthon. Puis donne la parole à un responsable scientifique de cette  puissante institution. Il nous explique que le temps des chercheurs n’est pas celui des malades. Mais que nous sommes dans une bonne période. Que des nouvelles de ce type peuvent donner de l’espoir et du courage aux malades. Et que le AFMTéléthon 2014 se tiendra les 5 et 6 décembre sur France Télévisions.

L’info nantaise a été donnée le 10-12-2014 à J-25. On ne sait pas encore dans quelle revue scientifique sera publiée cette première mondiale. Il suffit de patienter. Dans l’attente on peut déjà donner. En sachant que nous participons tous  à l’opération : avec la remise de 66% d’impôts, en donnant 70 € il ne vous en coûtera que  23,80 €.  Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min). Les legs sont possibles.

A demain

3 réflexions sur “Le Téléthon 2014 lancé avec 25 jours d’avance : première mondiale sur France-Info

  1. Contrairement à ce que vous écrivez, il semblerait que la « découverte » de Caroline Le Guiner ait fait l’objet de deux publications scientifiques, en août et novembre, dans Molecular Therapy : http://www.nature.com/search/executeSearch?sp-q-1=MT&sp-q=le+guiner&sp-c=25&sp-m=0&sp-s=&sp-a=sp1001702d&sp-sfvl-field=subject|ujournal&sp-x-1=ujournal&sp-p-1=phrase&sp-p=all&submit=go
    S’agit-il d’une erreur de votre part ou considérez-vous ces publications comme peu sérieuses ?

    • Ceci n’est en rien contradictoire avec ce que j’ai écrit. J’ai fait état des déclarations de cette chercheuse et de responsables du Téléthon concernant le caractère « premier » de ce travail. Des déclarations d’autant plus surprenantes qu’elles ne renvoyaient à aucune référence bibliographique (ce qui par définition interdisait d’en situer la nouveauté). C’est là une situation inhabituelle qui ne me semble guère saine quant au futur des relations entre chercheurs et journalistes (sans oublier, ici, les malades concernés, les producteurs d’un spectacle caritatif et in fine, les donateurs).
      Cordialement
      J.-Y. N.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s