Rectificatif : le prix du Sovaldi ® ne sera désormais que de 500 euros le comprimé

Bonjour

C’était trop simple. L’annonce faite, ce matin, par Marisol Touraine, d’un accord sur le Sovaldi ® entre le gouvernement français et la firme américaine Gilead Sciences (1) n’a pas déclenché les applaudissements des principaux concernés, prescripteurs et patients potentiels. Loin de là.

Sovaldi ® = « 13 667€ HT la boîte de 28 comprimés » avait fait savoir Marisol Touraine. Il existe aussi une autre manière de présenter l’addition. On peut aussi se reporter à la lecture du Collectif Intersassociatif sur la Santé (CISS) qui rappelle que  Gilead réclamait  56 000 euros pour un traitement de trois mois.

Hold-up!

« A  ce prix-là, c’est un véritable hold-up ! » avait dit, en juillet dernier  Frédéric Van Roekeghem, alors directeur général de la Caisse nationale de l’assurance-maladie (aujourd’hui dans le privé à la tête de MSH International). Au tarif annoncé  ce matin sommes-nous encore face à des braqueurs ? On aimerait une réponse de son successeur, Nicolas Revel (fils de Jean-François Revel et de Claude Sarraute), 48 ans, jusqu’ici secrétaire général adjoint de François Hollande en charge des politiques publiques.

La firme américaine n’a certes pas eu gain de cause. L’accord trouvé par les deux parties conduit à fixer le prix de ce traitement à un prix de 41 000 euros pour  un traitement de trois mois contre l’infection par le virus de l’hépatite C. Soit une différence bien modeste. Pas loin de 500 euros le comprimé quotidien. Sans parler du sous-accord opportun obtenu via Harvoni® la future version, améliorée, du  Sovaldi ® elle-aussi commercialisée par Gilead Sciences.

Rien ne bouge

« Ainsi donc, rien ne bouge dans la fixation du prix d’un médicament : alors que de nombreuses voix se sont élevées, dans le monde associatif comme dans celui des responsables publics, pour protester contre de tels prix, le gouvernement a cédé, estime le CISS. Il a cédé à tort  car d’autres médicaments très efficaces pour d’autres maladies vont arriver dans les prochains mois et prochaines années. Les meilleurs observateurs du domaine, et les pouvoirs publics eux-mêmes, parlent d’une vingtaine de molécules nouvelles. A ce niveau de prix, notre assurance maladie n’y résistera pas. »

Pour le CISS, aucun doute : il fallait se saisir du cas Sovaldi ® et en faire un exemple, un véritable cas d’école, pour changer le mode de fixation du prix du médicament. Il fallait parvenir, sur ce front capitaliste, que le gouvernement socialiste parvienne à innover. Soit à véritablement prendre en compte , dans la fixation du prix, « le coût réel de son développement et de sa fabrication ».

Copié-collé

Le cas Sovaldi ® était d’autant plus intéressant que la molécule est loin, contrairement à ce qui est ici ou là copié-collé, le pur fruit de la recherche et du développement de Gilead Sciences. L’affaire financière avait été racontée dès le mois d’avril dernier, au 20 heures de France 2 par notre confère Jean-Daniel Flaysakier . Sept mois plus tard on est toujours à la case départ. « C’est terrible » déplore le CISS.

La décision du gouvernement laisse pleine et entière ce que le CISS nomme « le tri des malades ». « A ce prix-là, le traitement sera réservé aux cas les plus graves d’hépatite C – soit à des stades médicalement qualifiés de F4, F3 et « F2 sévères. Les autres cas devront donc se passer de traitement innovant, en attendant que leur situation ne s’aggrave et au risque que l’épidémie continue à se répandre. »

Menaces

Conséquence pratique : les médecins prescripteurs spécialisés devront eux mêmes « faire la police de l’accès à l’innovation ». Il n’est jamais simple de gérer la pénurie. Y parviendront-ils sans difficultés ?  « Il ne faudra pas s’étonner que rapidement, ou d’ici quelques années, des patients se voyant refuser le traitement, ou leurs ayants droit en cas de décès, fassent des procès pour mise en danger de la vie d’autrui » prévient le CISS.  Cette menace porte-t-elle encore dans les sphères politiques ?

A demain

(1) Cet accord fait l’objet d’un arrêté paru ce jour au Journal Officiel

Une réflexion sur “Rectificatif : le prix du Sovaldi ® ne sera désormais que de 500 euros le comprimé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s