Scandale littéraire : Louis-Ferdinand Céline a été censuré par « La Presse Médicale »

Bonjour

C’est un beau scoop suisse : Dans La Tribune de Genève Antoine  Grosjean révèle  qu’un citoyen de Genève a découvert un inédit du Dr Destouches. Extraits :

« Ce ne sont que quelques feuillets, mais pour les inconditionnels de Céline, la découverte d’un texte inédit de leur auteur fétiche est toujours excitante. Ces pages signées par l’auteur du Voyage au bout de la nuit ont été trouvées à Genève, un peu par hasard, dans les archives de la Société des Nations (SDN), l’ancêtre de l’ONU. On doit cette trouvaille à Alexandre Junod, juriste et écrivain genevois de 35 ans. Elle a été publiée en octobre, sous le titre On a les maîtres qu’on mérite, dans le mensuel belge consacré à Céline, Le Bulletin célinien. (N° 367)»

Hommage à Semmelweis 

L’inédit retrouvé est le début d’un article écrit en 1924 pour la revue La Presse Médicale et intitulé « La Vie, Pasteur, Semmelweis et la Mort ». Il est signé Louis Destouches. Agé de trente ans, jeune  diplômé de médecine, le futur Céline travaille alors depuis peu à la section d’hygiène de la SDN, à Genève, où il vivra jusqu’en 1927. Son texte est un hommage à Louis Pasteur et à Ignace Semmelweis, un médecin hygiéniste hongrois du XIXe siècle. Semmelweis auquel Destouches vient de consacrer sa formidable  thèse de doctorat en médecine  (disponible avec une préface de Sollers chez Gallimard).

« La Presse Médicale publie cet article en juin 1924, mais en le tronquant du premier tiers, jugé trop philosophique et pas assez médical, écrit La Tribune.  Ce sont justement ces quelques pages mises de côté, et restées inconnues depuis, qui font aujourd’hui le bonheur des céliniens. Huit ans avant le Voyage, on y découvre déjà les thèmes de l’œuvre future: l’absurdité de l’existence, la désillusion, l’horreur de la guerre, la défiance aux hommes de pouvoir (..). Le ton est donné, même si le style rabelaisien qui fera le succès de Céline, sa «petite musique» comme il se plaisait à le dire, n’est pas encore à son sommet. »

Papier carbone

«La découverte d’Alexandre Junod est importante car les textes inédits de Céline sont rarissimes, à l’exception de sa correspondance», explique Marc Laudelout, éditeur du Bulletin célinien et grand spécialiste de l’écrivain.

Les circonstances de la découverte ? Alors qu’il mène un projet de recherche sur Céline, Alexandre Junod fouille dans un vieux carton d’archives de la SDN. De la paperasserie administrative, des coupures de presse, un rapport d’une mission aux Etats-Unis – laquelle inspirera certains des plus beaux passages du Voyage – mais jusque-là, rien de très nouveau. Soudain, il tombe sur une quinzaine de pages tapées sur papier carbone qui attirent son attention. «J’avais déjà épluché le dossier de Céline il y a cinq ans et ce tapuscrit ne s’y trouvait pas, raconte-t-il. D’ailleurs, son principal biographe, qui est également passé par les archives de la SDN, ne le mentionne jamais. Apparemment, ce document a été déclassé entre mon premier passage en 2009 et la reprise de mes recherches en 2013. On peut y lire des corrections de la main de Céline, dont l’écriture manuscrite est très reconnaissable.»

Trop philosophique

Pendant quelques mois, le Genevois garde sa découverte pour lui, pensant la réserver pour son projet personnel. «Puis, je me suis dit que ça devait être rendu public.» Il montre le texte à Marc Laudelout, qui consulte à son tour un autre célinien réputé, Eric Mazet. «Ils m’ont confirmé que c’était un inédit. J’étais très ému, mais j’ai surtout eu de la chance.»

Dans Libération de demain 5 décembre Edouard Launet  revient sur ce sujet. Il précise que si La Presse médicale  a publié l’article en juin 1924 amputé du premier tiers du texte, c’est qu’il avait été « jugé trop philosophique ». Trop philosophique ? La Presse médicale s’expliquera-t-elle, quatre-vingt dix ans plus tard ?On l’espère.

Céline et l’alcool

« Les textes inédits de Céline sont devenus rarissimes hors correspondances, ajoute Edourad Launet.  En mai 2012, Artcurial avait mis aux enchères un manuscrit autographe de quatre pages daté de 1937 et titré «la Vigne au vin», destiné, selon l’auteur du catalogue de la vente, à aider Gen Paul qui s’était engagé à peindre une grande fresque de 100 personnages destinée au Palais des vins de France à l’exposition universelle de 1937. Cette apologie par Céline du vin et de l’esprit bachique était singulière, notait le Bulletin célinien, dans la mesure où l’ancien médecin hygiéniste s’était toujours revendiqué buveur d’eau et dénonçait l’alcoolisme. »

Ce dernier point est rigoureusement exact. La preuve : «Rien n’est gratuit en ce bas monde. Tout s’expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard. Le bien c’est beaucoup plus cher forcément.»

A demain

2 réflexions sur “Scandale littéraire : Louis-Ferdinand Céline a été censuré par « La Presse Médicale »

  1. Difficile de vous joindre en direct. Je voulais vous demander votre avis sur l’émission Allo Docteurs sur France 5 qui accueille des experts dont on peut douter de leur totale indépendance (Lecerf de l’Insitut PAsteur de Lille), des pubs dont on peut aussi douter de leur totale sincérité et des articles de ce http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-cancer-quand-les-medecines-douces-parasitent-le-traitement-15035.asp?1=1#xtor=EPR-1000002224rs
    Cordialement,
    Babette Leforestier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s