Santé publique : dernières nouvelles de la prochaine usine à gaz française

Bonjour

Les dernières informations sur ce chantier dataient déjà du 1er octobre. On apprenait alors que François Bourdillon était chargé d’une mission de préfiguration du futur « Institut pour la prévention, la veille et l’intervention en santé publique ». Ce jour là  Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes avait chargé François Bourdillon, directeur général de l’Institut de veille sanitaire (InVS), d’une mission de préfiguration de ce futur Institut construit au service de la santé publique.

Aucune date

La nomination d’un « préfigurateur » marquait « une étape essentielle dans le lancement de la création du nouvel établissement, inscrit dans la future loi de santé ». Pour la première fois, la France serait dotée, à l’instar des Etats-Unis, de l’Angleterre ou du Québec, d’un établissement regroupant à la fois les missions de prévention et  de promotion de la santé, d’alertes et de surveillance, et d’intervention et de réponses. Ce « préfigurateur » serait chargé de « proposer le cadre organisationnel du nouvel établissement à partir de l’analyse des besoins et d’une étude approfondie de l’environnement ». Il mènerait  « sa mission en concertation avec l’ensemble des personnels concernés et de leurs représentants. Aucune date n’est avancée ».

Par intérim

Le préfigurateur a bien poursuivi sa mission de préfiguration. Deux mois et demi plus tard nous apprenons que François Bourdillon est nommé directeur général par intérim de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

 « Par arrêté du 12 décembre 2014, publié au Journal officiel du 13 décembre, François Bourdillon, directeur général de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et préfigurateur du futur institut pour la prévention, la veille et l’intervention en santé publique, est nommé directeur général par intérim de l’Inpes » nous indique-t-on.

Alertes sanitaires

On ajoute que cette nomination confirme le rapprochement de l’InVS, l’Inpes et l’EPRUS, au sein d’un établissement regroupant à la fois les missions de prévention et de promotion de la santé, d’alertes et de surveillance, et d’intervention et de réponse aux alertes sanitaires. François Bourdillon assure cette nouvelle fonction à compter de ce lundi 15 décembre 2014.

Turbines sans hic

Seul petit hic : la construction ce cette usine à gaz rationalisée est « inscrite dans la future loi de santé » ; or cette loi devait être examinée par le Parlement  en janvier. Et cet examen est reporté à plus tard. Autant dire que nul ne sait plus quand le chantier sera achevé, quand les rubans seront coupés, quand les tubulures de la santé publique turbineront à plein gaz dans le ciel de la capitale.

A demain

2 réflexions sur “Santé publique : dernières nouvelles de la prochaine usine à gaz française

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s