« La ministre, le chanvre électronique et l’ivresse cannabique » ( Dr William Lowenstein)

Bonjour

Nous publions ci-dessous le texte qu’a inspiré au Dr William Lowenstein la petite mais hautement symptomatique histoire de « la cigarette électronique au cannabis qui n’en contenait pas ». Une « cigarette électronique que la ministre de la Santé veut faire interdire parce qu’elle suppose que ce chanvre électronisé sera une incitation à consommer du cannabis ». Un cannabis officiellement interdit mais par ailleurs très largement consommé sur le territoire français.

Voici le texte du Dr William Lowenstein, interniste et addictologue, président de SoS Addictions. (Les intertitres sont de notre fait)

« La commercialisation  d’une cigarette électronique permettant de vapoter un composant du chanvre,  le CBD, ouvre ce jour la porte à bien des exagérations et à des approximations dangereuses.

Le cannabis décidément ne rend pas intelligents, aussi bien ceux qui en fument trop et trop tôt que ceux qui n’en fument pas mais en parlent, droits dans leurs petites bottes.

Passe encore (ou pas !) que plusieurs journalistes préfèrent l’accroche (« le joint électronique ») à l’analyse des effets du composant proposé à la vente et de sa faible concentration, mais comment comprendre la sortie immédiate de notre pourtant éclairée ministre de la Santé ?

Une équipe qui perd

Interdire, il faut interdire !  Pour qui, pourquoi ? Pour protéger notre jeunesse du cannabis, évidemment…Mieux vaut tard que jamais et on ne change pas une équipe, une méthode  qui perd…

Notre pays ne laisse décidément aucune possibilité à un ou une responsable politique de nuancer ses propos dès que le mot cannabis est prononcé. Il faut vite dégainer sous peine de se voir accuser de laxisme ou d’irresponsabilité. Tout ceci frôle le réflexe pavlovien. A tel point qu’on peut imaginer qu’un bon stratège en communication ou en marketing a joué sur ce réflexe conditionné pour assurer la promotion de son produit.

Animaux domestiques

Précisément, parlons du produit. Il ne s’agit de THC ou de 9-delta-THC dont les effets psychoactifs modifient la pensée, l’humeur, la relation aux autres, le sommeil et la sensorialité – des effets recherchés par la plupart des usagers de joints. Ici le liquide proposé au vapotage est du CBD dont les actions psychoactives sont bien plus limités, avec des effets « anti-stress »  qui restent à démontrer par cette voie, à cette chaleur et à cette concentration.

Puisque les comparaisons sont faites pour les petits animaux domestiques que nous devenons dès que nous parlons du cannabis ou chanvre,  j’en proposerai deux :

– Crier au sabotage de la lutte contre l’alcoolo-dépendance si apparaissait sur le marché une bouteille d’une nouvelle forme contenant du jus de raisins ?

– Assimiler, du point de vue addictif, la mastication de feuilles de coca et la consommation de cocaine basée (ou crack) ?

Saisir la réalité

Supposons que cette cigarette de CBD dite « électronique » ait quelque effet sédatif ou anxiolytique. Pourquoi ne pas s’en saisir  pour poursuivre notre réflexion scientifique -et non plus politique- sur les différentes molécules du chanvre et leurs possibilités thérapeutiques ? Marisol Touraine l’avait pourtant bien compris  en promouvant (en janvier dernier) la commercialisation du Sativex® pour l’année 2015.

N’est ce pas aussi l’occasion de se saisir de la réalité des usages persistants  malgré nos grandes proclamations et nos interdictions à répétition ? L’occasion d’initier des stratégies de réduction des risques face au cannabis fumé dont les filtres « marocains » ou cartonnés n’empêchent en rien les inflammations des voies aériennes et le potentiel cancérigène ?

Irrecevable

Que ce soit pour la e-cigarette (principale, pour ne pas dire première , avancée efficace contre les méfaits du tabagisme) ou pour le cannabis,  la frilosité ne peut plus être une approche sanitaire recevable pour ce qui nous concernent tous : la prévention et la réduction des risques des addictions.»

Dr William Lowenstein

Interniste et addictologue

Président de SoS Addictions

www.sos-addictions.org

Une réflexion sur “« La ministre, le chanvre électronique et l’ivresse cannabique » ( Dr William Lowenstein)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s