Le Château de Chambord et un abattoir de porcs : les visites surprises de la République

Bonjour

19 décembre 2014. La France va mal.

Le président de la République est attendu en fin de matinée à Chambord pour une visite surprise du fameux château de la Renaissance et de son domaine national, placé sous la « haute protection » du chef de l’Etat. L’information vient d’être donnée par le Palais de l’Elysée. Le président, rentré à Paris dans la nuit de Bruxelles après un sommet européen écourté, a « saisi l’occasion » pour visiter le domaine où il devait être accueilli vers 11H00 par des élus locaux et son directeur général, Jean d’Haussonville. L’information vient d’être diffusée par l’AFP.

Le président de la République visitera le château puis le vaste domaine de Chambord, conçu par François Ier, avant de déjeuner sur place avec les élus. « Joyau de la Renaissance, classé au patrimoine de l’Unesco, l’immense chef d’œuvre de quelque 440 pièces et 365 cheminées ainsi que ses jardins anglais et à la française font l’objet depuis deux ans d’un ambitieux programme de restauration qui doit s’achever l’an prochain » nous rappelle l’AFP.

Longtemps prisé des chasses présidentielles, le parc giboyeux de 5.500 hectares est ceint d’un mur de 32 km qui en fait le plus grand parc forestier clos d’Europe. Le Palais de l’Elysée ne nous dit rien quant aux festivités qui, l’an prochain, célèbreront le demi-millénaire de la bataille de Marignan.

19 décembre 2014. La France va bien.

 

Le Premier ministre, Manuel Valls a rendu une visite surprise, ce matin, à l’abattoir de porcs Gad, situé à Josselin (Morbihan) – un laboratoire repris, « après des semaines de tourmente », par le groupe Intermarché. L’AFP était là. Elle a vu le Premier ministre « voir et rencontrer les salariés et la direction ».

L’AFP raconte : « M. Valls, en visite en Bretagne depuis jeudi 18 décembre, a quitté Rennes très tôt. Sa visite, effectuée en compagnie du ministre de la Défense, le Breton Jean-Yves Le Drian, avait été tenue secrète.

« C’est un symbole de la Bretagne », a déclaré le Premier ministre en arrivant à l’abattoir, qui, comme nombre d’entreprises bretonnes de l’agroalimentaire, a connu ces deux dernières années, de grandes difficultés. »C’est très important de soutenir l’ensemble de ces filières qui ont été en difficulté, qui ont encore des problèmes, et ici ce qui a été fait, de notre point de vue, est exemplaire », a dit Manuel Valls.

Le Premier ministre a pris la parole devant le personnel et la direction de l’abattoir, affirmant: « On est attentif, dans le cadre de l’embargo russe, à soutenir la filière, (…) à la question de l’engorgement des marchés, à assouplir les normes…, à accompagner l’ensemble de la filière ». Évoquant la question des prix, il a reconnu que « si cette crise se poursuit, nous allons au-devant de difficultés. Mais en revanche, si l’État, les collectivités, la profession, en liaison avec les partenaires sociaux, font de cette filière une priorité, on pourra alors regarder l’avenir avec davantage d’optimisme », a-t-il dit.

« Ici, c’est un symbole de la réussite du Pacte d’avenir » pour la Bretagne. On n’a pas laissé tomber une entreprise qui était en difficulté il y a quelques mois, a-t-il dit. Pour « les 220 salariés (de l’abattoir non repris par le groupe Intermarché, ndlr), on trouvera une solution ». »

19 décembre 2014. Comment va la France ?

« L’espoir revient, le cochon breton a un bel avenir », a affirmé le Premier ministre.  Et pour le reste ? Manuel Valls, devant la presse, est revenu sur le faux-pas du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, qui avait parlé de « salariées illettrées » en évoquant le personnel de l’entreprise Gad. « Il faut tourner la page de la polémique », a-t-il dit, présentant sa visite comme « un hommage aux forces productives de ce pays ». Manuel Valls poursuit vendredi à Rennes sa visite dans la région, entamée la veille à Brest à l’occasion du premier anniversaire du Pacte d’avenir pour la Bretagne.

Les salariées illettrées ne lisent pas les dépêches de l’AFP. Espérons en l’avenir du cochon breton. Pour le reste, prenez vos crayons et écrivez : « Dans les laies du parc de Chambord, les sangliers et leurs laies regardent le cortège présidentiel s’avancer en majesté. »

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s