Mme Touraine : « Le tiers payant est la colonne vertébrale de la loi ». Que se passe-t-il si une majorité n’en veut pas ?

Bonjour

A la veille de Noël les médias sont à la peine : comment expliquer aux Français les turbulences à venir dans le monde de la santé. France Culture s’y emploie ce matin en invitant (une nouvelle fois) Patrick Pelloux, chef gréviste et jeune décoré de la Légion d’honneur. Pesant exercice de louvoiement pour le vieux leader charismatique de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) – à l’origine du mouvement de grève avec la CGT-Médecins.

Roselybe Bachelot

Pour lui les choses vont mieux avec l’actuel gouvernement (si l’on compare à l’époque où Bachelot occupait le poste de Marisol Touraine), Martin Hirsch fait des choses intéressantes à l’AP-HP. Pour autant l’inverse 75% des urgentistes sont en burn out (sondage anonyme). Lui et ses collègues travaillent trop et ne sont pas assez payés. (1)

Le salarié urgentiste gréviste prend des pincettes idéologiques pour évoquer la grève de ses confrères libéraux. Rien de nouveau sous le soleil libéral dit-il en substance : les cabinets sont toujours plus ou moins fermés au moment des fêtes de Noël et du Nouvel An. Et le tiers payant ? Il fonctionne très bien à l’hôpital. Quant à la loi-Santé de Marisol Touraine, Patrick Pelloux et l’Amuf  la trouvent « globalement positive ». L’étatisation de la médecine ? Mais la médecine est déjà étatisée !

Patrick Pelloux

Le tiers payant, voilà pourtant l’abcès. Qui va le percer ? Pour l’heure il va gonfler : Dans Le Parisien de ce matin Marisol Touraine, ministre de la Santé, déclare qu’elle est « fermement attachée à la généralisation du tiers payant ». Pour qui ? « Car cela permettra de lever les obstacles et les inégalités d’accès aux soins dans notre pays ». « C’est la colonne vertébrale de la loi » prophétise-t-elle. Quant  aux grèves à venir Mme Touraine est « confiante, mais vigilante ». Patrick Pelloux est aux côtés de la ministre, à quelques exceptions techniques près. Il ne veut manifestement pas s’étendre sur le sujet. Ses intérêts du jour : la prévention des accidents du travail et celle des accidents domestiques, l’archaïsme des facultés de médecine et du monde hospitalo-universitaire, le vieillissement de la population etc.

Marisol Touraine

Retour aux grèves à venir : « Des informations seront disponibles sur Internet, précise Marisol Touraine. Le 15 sera accessible 24 heures sur 24 en cas de difficulté. Nous veillerons à ce que les grévistes remplissent leur obligation déontologique d’information des patients sur les lieux où se soigner durant la grève. » Les médecins libéraux dénoncent son projet de loi-Santé  (dont l’examen par le Parlement a été reporté par le gouvernement) – un projet qui conduira, selon eux, à une « étatisation insupportable » de la médecine qui bénéficiera au secteur public.

Gérard Vincent

Problème : 63%  des Français soutiennent la grève des médecins, selon un sondage OpinionWay publié lundi par Le Figaro. Dans Libération la parole est donnée à Gérard Vincent, délégué général de la Fédération hospitalière de France. Il y « répond aux médecins libéraux qui reprochent à l’hôpital public de prendre trop de place dans l’univers de la santé ». Il y dénonce aussi les insuffisances de la loi-Santé : « elle ne traite pas ce problème de fond : elle ne modifie pas la régulation des installations des médecins de ville, elle ne règle pas non plus les participations des libéraux à la permanence des soins. Bref, elle ne modifiera pas la tendance que l’on dénonce. »

Patrick Pelloux

Gérard Vincent comprend le malaise des généralistes ; « Mais ils sont aussi responsables des dysfonctionnements. Car, je le redis, ce n’est pas l’hôpital qui va chercher les patients, c’est parce que la médecine de ville ne répond pas à leurs demandes ». Il prend ses distances avec Patrick Pelloux : « Les médecins urgentistes ne sont pas les plus mal lotis, et les salaires des médecins hospitaliers sont tout à fait convenables, sauf en début de carrière ».

Il condamne sans appel le mouvement de grève à venir dans les cliniques privées : « Je le trouve indigne, et leurs slogans honteux. Comment peut-on revendiquer des missions de service public quand on est capable de fermer du jour au lendemain son établissement ? Et ils le font pour défendre leur chiffre d’affaires et leurs dividendes (…). »

Les usagers du système de santé peuvent-il comprendre ?

A demain

(1) Le 22 décembre, en milieu de journée, Marisol Touraine annonçait une « issue favorable des négociations » avec les urgentistes. Elle prévoyait aussitôt la levée du préavis de grève entamé le jour même, après des propositions sur « l’organisation de leur temps de travail ». « Je viens de signer l’instruction concernant l’organisation de leur temps de travail qui va leur permettre de lever leur préavis (…) Je me réjouis de l’issue favorable de ces discussions », déclarait  Marisol Touraine à l’issue du conseil des ministres.

3 réflexions sur “Mme Touraine : « Le tiers payant est la colonne vertébrale de la loi ». Que se passe-t-il si une majorité n’en veut pas ?

  1. Une couverture sanitaire doit être assuré par les vétérinaires quelque soit la densité des cabinets de véto , si un véto est seul dans un secteur insuffisamment couvert , il a peu de chance de partir en congé.
    Quid de la couverture sanitaire des êtres humains ? je ne crois pas que les médecins soient soumis aux mêmes impératifs , d’ailleurs même en grève , ils ne ferment pas leurs cabinets (je parle surtout des véto ruraux )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s