Prélèvement d’organes à Nantes, après le drame de la « voiture folle » du marché de Noël

Bonjour

Combien de temps y aura-t-il encore, en France, des journaux papiers datés du 25 décembre ?

Cette année on ne trouve guère que  Le Parisien Aujourd’hui en France. Squelettique, certes, mais toujours vivant. Marronnier laïque sur le sapin. « Noël est l’une des rares occasions de se retrouver ensemble et de s’offrir des présents qui, parfois, restent inoubliables ». Pourquoi pas ? Sports d’hiver : « Soyez prudents en attendant l’arrivée de la bonne neige ». Les lecteurs pisteurs attendront.

Valérie Trierweiler

Mais encore ? Valérie Trierweiler « a participé à l’opération Secours Populaire pour distribuer des cadeaux aux familles dans  le besoin ». C’était sur les Champs-Elysées. Non loin du Palais du même nom. A Nice des bénévoles des Petits Frères des pauvres déjeunent au Negresco. Lambert Wilson donne de sa personne au centre de rééducation Notre-Dame de Neuilly-sur-Seine. Le rappeur Kery James aide les jeunes via son association « Apprendre. Comprendre. Entreprendre ». Strasbourg « fier de son marché ». Hollande « y croit plus que jamais ». Closer « condamné à verser 20 000 euros à Florian Philippot ». « Encore un Noir tué par la police aux Etats-Unis ». « Un pilote jordanien aux mains de Daech ». « L’impact difficile à évaluer de la grève des médecins ». Les suites d’une embrouille gouvernementale difficilement compréhensible sur la « taxe sida » (où l’on retrouve Philippe Douste-Blazy).

Pépiniériste, 37 ans

Et puis la page 14. « Mon frère est mort, mais quelqu’un va vivre grâce à lui ». « La sœur et le père de Virgile Porcher, le jeune homme de 25 ans tué par le chauffard du marché de Noël à Nantes, lui rendent un poignant hommage ». On se souvient (ou pas) de cette affaire qui fut un instant attribuée à un extrémiste religieux avant que l’on conclut à d’autres hypothèses où l’alcoolisme pourrait jouer un rôle. Les faits : le 22 décembre, à Nantes, une « voiture folle » tue Virgile Porcher, 25 ans. Les cinq autres victimes du drame sont toujours  hospitalisées, de même que le chauffard, un pépiniériste de 37 ans qui s’est poignardé après les faits, et n’a toujours pas pu être interrogé.

Les propos du père et de la sœur de la victime ont été recueillis par Thibault Raisse. Extraits.

Qui était Virgile ? 

– Un garçon gentil, adorable, très famille. Il n’était pas forcément très fort dans les études, mais il a quand même décroché son BTSMUC (management des unités commerciales, ndlr). A l’adolescence, il a commencé à se passionner pour la danse et à prendre des cours de modern-jazz. Puis un jour, sa mère s’est mise à la danse country, un peu par hasard. Virgile a voulu essayer à son tour, et il est devenu immédiatement accro.

La country était même devenue son métier…

– Vivre de sa passion pour la country, c’était vraiment son objectif. Il y était parvenu, en proposant des leçons et des stages dans trois associations près de chez lui. Il avait décroché un premier titre de champion du monde de danse country l’an passé. Il devait partir jeudi prochain en Allemagne, avec son compagnon, pour remettre son titre en jeu.

Que faisait-il à Nantes le jour du drame ? 

– Mon frère était simplement parti acheter des chocolats au marché de Noël. Son compagnon, Gaëtan, était avec lui au moment de l’accident. Il a tout vu. Comme nous, il est complètement bouleversé par ce qui est arrivé. 


François Hollande vous a téléphoné pour vous apporter son soutien…

– Oui, tout ça nous dépasse un peu. Les gens nous arrêtent dans la rue, dans la voiture, pour nous dire qu’ils nous soutiennent dans cette épreuve. La mairie nous a aussi fait savoir que les messages de condoléances affluaient de partout. Malgré tout, nous traversons un moment très difficile, entre la procédure judiciaire en cours, et les obsèques à organiser. Nous espérons pouvoir les célébrer dans la plus stricte intimité, comme l’aurait souhaité Virgile. 

Vous avait-il parlé de son souhait de donner ses organes ? 

– Pas à moi, mais il en avait parlé à l’une de ses proches amies. Cette volonté d’aider, ça lui ressemble tellement. Il est mort, mais quelqu’un va vivre grâce à lui. L’hôpital de Nantes nous a dit que seulement trente-neuf  personnes avaient donné leurs organes cette année. C’est cette image qu’il faut garder de lui, quelqu’un prêt à tout pour aider les autres. Virgile était un trésor. »

Combien de temps y aura-t-il encore, en France, des journaux papiers datés du 25 décembre ?

A demain

Une réflexion sur “Prélèvement d’organes à Nantes, après le drame de la « voiture folle » du marché de Noël

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s