Grèves : les médecins dénoncent désormais la surdité de Marisol Touraine. Et « Le Monde » leur donne (en partie) raison

Bonjour

Plus qu’un dialogue de sourds, une incapacité à se parler. En ce lendemain de Noël, un nouveau communiqué de son service de presse :

Suivi quotidien

« A la suite des appels à la grève lancés par des organisations représentant les médecins libéraux pour la période des fêtes de fin d’année (du 23 au 31 décembre 2014), Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes s’assure que la continuité et la permanence des soins soient garanties. Un suivi quotidien est réalisé depuis le 23 décembre, tant au niveau national qu’au niveau de chacune des agences régionales de santé, pour vérifier que l’offre de soins est assurée.

A ce jour, aucune difficulté particulière dans la prise en charge des malades n’a été signalée sur l’ensemble du territoire. Les taux de fréquentation des services d’accueil des urgences sont stables par rapport à ce qui a été observé pendant la même période les précédentes années (…).

Marisol Touraine rappelle la vigilance de l’ensemble des services du ministère pendant cette période et sait pouvoir compter sur le sens des responsabilités des professionnels de santé engagés chaque jour au service des patients. »

Cela risque de déborder

Les meneurs de la grève avaient-ils anticipé cette absence de difficultés ? Ils annoncent désormais que leur grève pourrait bien aller au-delà du 31 décembre – te ce du fait de la « surdité » du gouvernement. « Cette grève normalement s’arrête le 31 décembre. Mais on sait que ça va durer, on sait que ça va être obligé de durer. On est en face d’un ministère qui est particulièrement sourd, menace ainsi sur RTL Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF) ? Le gouvernement prétend vouloir renégocier, mais lors des négociations qui se sont déroulées la semaine dernière, on nous a ressorti le même texte qu’au mois de juillet, sans modification d’une virgule. »

Pour sa part la CSMF souligne (en dépit des observations des services de Marisol Touraine)  que la grève est « particulièrement suivie » avec « plus de 80 % de cabinets médicaux fermés ».

Editorial qui fait mal

En ce lendemain de Noël un éditorial du Monde qui, avec les pincettes  d’usage, donne (en partie) raison aux médecins grévistes. C’est-à-dire (en partie) tort à Marisol Touraine et au gouvernement Valls. Il n’est pas si fréquent  que ce quotidien entende les doléances des pauvres médecins libéraux (1) « convaincus d’être les mal-aimés de l’actuelle politique de santé ». Pour le quotidien « cette grève n’est pas qu’une affaire d’argent. Loin de là. » Extraits :

«  Elle traduit l’inquiétude d’une profession qui ne sait plus très bien quel rôle les pouvoirs publics souhaitent lui voir jouer dans le système de santé. D’un côté, on répète à la médecine libérale qu’elle représente l’avenir, avec sa souplesse et son faible coût de structure, et qu’elle doit aider à désencombrer les urgences. De l’autre, on lui envoie des signaux négatifs. Un des premiers gestes de Mme Touraine a ainsi été de s’attaquer aux dépassements d’honoraires des médecins libéraux. Puis, à la veille du mouvement de grève actuel, elle a donné satisfaction… aux urgentistes.

Privilèges

A trop privilégier l’hôpital public, Mme Touraine donne aux médecins libéraux le sentiment d’un deux poids deux mesures en leur faisant porter une large part des efforts de rigueur. Une mesure cristallise leur mécontentement : la généralisation du tiers payant. Mme Touraine a fait de cette dispense d’avance de frais pour le patient la  » colonne vertébrale  » de sa loi.

Les médecins estiment qu’elle risque de conduire à une inflation du nombre des consultations, à une hausse chronophage de leurs tâches administratives, pour se faire rembourser par les mutuelles, et à une forme de soumission à la Sécurité sociale. Ils craignent que le tiers payant généralisé ne devienne l’instrument d’une rationalisation des soins, voire d’une fonctionnarisation. Le tiers payant est pourtant la règle dans la plupart des pays européens.

Inquiétude

Leur inquiétude mérite toutefois d’être entendue. Mme Touraine doit apporter la garantie que les médecins seront payés en temps et en heure, sans que le temps passé avec les malades en soit affecté (les deux tiers des généralistes n’ont pas de secrétariat et assurent eux-mêmes des tâches non médicales).

De leur côté, les médecins doivent accepter qu’un meilleur accès aux soins passe aussi par ce dispositif. Une loi de santé n’est pas faite que pour les médecins, elle l’est d’abord pour les patients. »

Au-delà de la rhétorique empruntée (en partie) aux jésuites le message est clair : Marsisol Touraine manque cruellement de souplesse politique.

Bernard Debré

En ce lendemain de Noël, sur l’autre versant du spectre, une voix assez connue se lève. Une voix politique, anciennement hospitalo-universitaire : celle du député (UMP, Paris) Bernard Debré. Il avait déjà affiché son soutien aux grévistes. Aujourd’hui,  sur i>Télé il appelle à la suppression de ce « mauvais » projet de loi -Santé. « Il a déjà été repoussé, il devait passer à l’Assemblée nationale en janvier, maintenant c’est en avril, peut-être en mai. Il faut arrêter, réclame-t-il. On ne peut pas réformer sans l’accord des médecins. »

L’exact symétrique, en somme,  de l’éditorial du Monde. Et (en partie) une conclusion identique.

A demain

(1) Le quotidien précise que le « revenu annuel moyen brut d’un généraliste est de 76 600  euros et celui d’un spécialiste de 121 000  euros ». « Ces revenus concernent toutefois des professionnels qui ont accompli une dizaine d’années d’études, et restent inférieurs de 25  % à 30  % à ceux de leurs homologues européens, ajoute-t-il. Une revalorisation a déjà eu lieu, depuis deux ans, grâce à la rémunération sur objectif de santé publique (ROSP). En  2013, les médecins généralistes ont touché 5 774  euros en moyenne de l’Assurance-maladie grâce à ce paiement à la performance – l’équivalent d’un treizième mois de salaire pour les généralistes. »

2 réflexions sur “Grèves : les médecins dénoncent désormais la surdité de Marisol Touraine. Et « Le Monde » leur donne (en partie) raison

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s