Tabac : les ventes 2014 ont plongé. Les buralistes grognent. Le gouvernement se tait

Bonjour

Joli plongeon. Les ventes de cigarettes en France ont baissé de 5,3 % en volume en 2014 (selon des premiers chiffres donnés par  Confédération des buralistes. Un chiffre que déplore le président de cette Confédération, Pascal Montredon :

« Cette nouvelle baisse, qui s’ajoute à celle de 7,6 % enregistrée pour 2013, ne fait que confirmer le décrochage du marché français des cigarettes. Nous arrivons à une baisse de plus de 12 % en seulement deux ans, sans compter une forte augmentation du marché parallèle. »

De mois en mois

En 2014 La tendance baissière n’a fait que se confirmer de mois en mois. C’est ce que font ressortir les statistiques de livraisons de tabac aux débitants. En volume cumulé, l’année 2014 donne un -5 %, tous produits confondus, sur l’ensemble du territoire national.

• cigarettes : -5,3 %;

• cigares-cigarillos : -4,1 % ;

• tabac à rouler : -3 % ;

Rappelons qu’en France (à la différence de nombreux pays) le commerce de tabac relève du monopole des buralistes. Et que les buralistes affirment qu’au moins une cigarette fumée sur cinq n’est pas achetée dans le réseau officiel et « échappe donc aux taxes françaises ».

Cigarette électronique

Est-ce le contournement de ce monopole qui explique le plongeon des ventes ? Sans doute pas. Il existe, à l’évidence, d’autres raisons, de fond. Le succès et la diffusion de la cigarette électronique en est une.

Le gouvernement entend les plaintes récurrentes de ses employés buralistes. Début décembre, les députés ont voté plusieurs mesures réclamées par ces derniers, à commencer par l’interdiction « de tout achat de tabac à distance » dans un pays étranger. « Nous avons eu certes des annonces mais nous attendons maintenant de voir comment cela va se mettre en place, souligne M. Montredon. Et heureusement, le prix des cigarettes n’a pas augmenté en ce mois de janvier, comme nous pouvions le craindre ».

Marlboro® à 7 euros

La dernière hausse, de 20 centimes, a eu lieu le 13 janvier 2014, faisant passer le prix du paquet le plus vendu (Marlboro®) à 7 euros et le paquet le moins cher à 6,50 euros. Rappelons encore qu’en France, le prix du tabac est composé à 80 % de taxes, tandis que 8,74 % reviennent aux buralistes – le solde allant aux fabricants.

Moins de ventes de tabac, moins de taxes récoltées. Comment dans ce cas obtenir une véritable politique de « réduction nationale du tabagisme » comme l’a annoncée François Hollande il y aura un an en février prochain ? Politique confiée à Marisol Touraine, ministre de la Santé  avec les très grandes difficultés que l’on sait.

Schizophrénie 1

Marisol Touraine, précisément. On apprend que le député (PS, Vosges) Christian Franqueville vient de rédiger une question écrire à l’attention de la ministre de la Santé.

« Si la réduction du tabagisme est indéniablement un enjeu de santé publique, le tabac n’en reste pas moins un enjeu économique, notamment pour les buralistes. En effet, le tabac représente autour de 50 % de leur chiffre d’affaires malgré une réelle volonté de diversification de l’offre » écrit M. Franqueville. On appréciera, ici, toute  la schizophrénie du « n’en reste pas moins ». Le tabac tue prématurément 73 000 personnes chaque année. Il n’en reste pas moins qu’il rapporte de l’argent. Air connu.

Schizophrénie 2

« Le marché illicite du tabac représente environ 4 milliards d’euros, poursuit M. Franqueville. Cette somme correspond à la contrefaçon et la contrebande mais aussi à l’achat de cigarettes dans d’autres pays dont le prix est nettement moins élevé. C’est notamment le cas des Vosges qui sont situés seulement à 1h30 du Luxembourg, ce qui fragilise d’autant  les buralistes vosgiens. Si en aucun cas, il s’agit de remettre en question le principe de la libre circulation, il faut se demander  quelles mesures, au niveau européen, peuvent être mise en œuvre afin de mieux protéger les buralistes tout en encourageant la réduction du tabagisme ».

Toujours dans le registre schizophrénique on appréciera le mieux protéger les buralistes tout en encourageant la réduction du tabagisme.

Que répondra ( si elle lui répond) Mme Touraine à M. Franqueville ? Et pourquoi le marché français du tabac chute-t-il ?

A demain

Une réflexion sur “Tabac : les ventes 2014 ont plongé. Les buralistes grognent. Le gouvernement se tait

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s