Ici-Paris, Daniel Guichard et ses trois ou quatre bouteilles quotidiennes de whisky

Bonjour

Le chanteur Daniel Guichard à la Une d’Ici-Paris. On peut le voir ici : « Trois bouteilles de whisky par jour – Interview vérité – Son combat contre l’alcool ! »

Ici-Paris a été créé en 1945 et c’est l’un des plus anciens hebdomadaires people français. 1,30 euros l’exemplaire. Daniel Guichard est né vingt ans avant 1968. C’est un archétype (aujourd’hui un peu oublié) du chanteur populaire français. En enfant des Halles et de la balle. Après Piaf et sur fond de Bruant. Charlie Hebdo a deux ans (1) quand le chanteur fait son premier Olympia en 1972.

« Mon Vieux »

En trombe : La Tendresse et Faut pas pleurer comme ça. C’est un genre : viril-mais-sensible qui fait le triomphe de Sardou (Michel). Ah ! La Tendresse (refusée par Johnny Stark qui élevait Mireille Mathieu. Ah ! Faut pas pleurer comme ça (musique de Christophe). Ah ! Mon Vieux (écrite notamment avec Jean Ferrat).Puis des reprises de Piaf, de Trenet, de Chevalier. Une Chanson pour Anna. Puis l’épopée des radios libres

Vedette populaire

« Voix grave et pure, cheveux peu à peu grisonnants, Guichard est un chanteur de variétés à l’ancienne, assumant avec sérieux et sans tapage son statut de vedette populaire. L’homme est cependant épris d’indépendance et, en 1975, se lance dans la production, en lançant le label Kuklos, écrit de lui Wikipédia. Daniel Guichard est également actif sur le terrain de l’humanitaire et organise une tournée de bienfaisance au profit de la recherche contre le cancer, avec les participations bénévoles d’artistes comme Michel Delpech, Salvatore Adamo ou Richard Cocciante. »

Picoler pour oublier

Daniel Guichard sera dans le prochain Houellebecq. Aujourd’hui il est dans Ici-Paris (Estelle Briand). Le départt d’une nouvelle tournée et Le Grand Rex les 17 et 18 janvier. Et puis une affaire d’alcool. « Son combat contre l’alcool ! ». En Une et sur deux pages. En réalité 161 mots et aucune affaire d’actualité :

« Ne regrettez-vous pas vos excès d’alcool et de drogue par le passé ?

– Je n’ai jamais touché à la came sous quelque forme que ce soit. En revanche j’ai été accro au Whisky-coca et à la cigarette, à raison de trois ou quatre bouteilles par jour et autant de paquets de Gitanes.. il y a toujours une raison aux événements.

Pourquoi je suis tombé dans les addictions ? Je vous l’ai dit je suis casanier. Je ne supporte pas de faire mes bagages. Alors imaginez ce que j’ai vécu quand je faisais près de 200 concerts par an ! Imaginez quelqu’un dans ce cas de figure, qui n’aime pas monter dans une voiture, déteste la route, les mondanités… Et qui n’est pas toujours très bien entour. Il y a deux options : soit vous passez votre temps à vous foutre sur la gueule avec tout le mode, soit vous picolez pour oublier. Mais bon, c’est fini tout ça… »

Merci, mais pourquoi ne pas en dire plus à vos fans ? Comment parvient-on à se sortir de trois ou quatre bouteilles quotidiennes ? Cela pourrait aider celles et ceux qui cherchent d’autres béquilles. Cela pourrait, aussi, faire une belle couverture d’Ici-Paris.

A demain

(1) Rappelons que Charlie Hebdo est née en 1970 au lendemain de l’interdiction de paraître de Hara Kiri hebdo (après une Une sur la mort du général de Gaulle « Bal tragique à Colombey – un mort ») – interdiction ordonnée par Raymond Marcellin, alors ministre de l’Intérieur. Faisant fi de l’interdiction, l’équipe décide que le journal doit continuer à paraître et trouve la parade en changeant son titre : il devient Charlie Hebdo, en référence au mensuel Charlie. Ce dernier avait été lancé en 1969 par CavannaChoron et Delfeil de Ton

Charlie était initialement un journal de bandes dessinées, la version française du mensuel italien Linus (du nom d’un personnage des Peanuts). Il publiait des séries américaines classiques et des BD contemporaines, à la fois françaises, italiennes et américaines. La plupart des séries anglo-saxonnes étaient traduites par Cavanna à partir des traductions italiennes de Linus. Comme LinusCharlie doit son nom à un des personnages des Peanuts :  Charlie Brown.

La première version de Charlie Hebdo s’est arrêtée en décembre 1981, faute de lecteurs en nombre suffisant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s