Grèves et jeux de bonneteau : mais où sont donc passés les 25 euros ? Et les 31 euros ?

Bonjour

Sous les tragédies, la grève des médecins libéraux français. On la retrouvait, ce matin, dans les pages saumon d’un Figaro qui ne dévorera pas L’Express (ce dernier sera bientôt marié de force à Libération et à la chaîne télévisée israélienne  i24News).

Le cahier saumon, donc (Guillaume Guichard) : « Les généralistes réclament un tarif à 31 euros ». Où l’on apprend que le  bras de fer entre Marisol Touraine et les médecins généralistes se durcit. :

Aveuglements

« Après trois semaines de mobilisation, le syndicat des généralistes Unof-CSMF (Union nationale des omnipraticiens de la Confédération des syndicats médicaux français) revoit à la hausse ses exigences. Et réclame désormais un tarif de la consultation à 31 euros, contre 23 aujourd’hui. ‘’La ministre de la Santé est sourde et aveugle’’, justifie Luc Duquesnel, président du syndicat dans les colonnes du quotidien.  Marisol Touraine oppose depuis plusieurs semaines une fin de non-recevoir aux demandes des syndicats d’augmenter de deux euros le tarif de la consultation des généralistes, pour l’aligner sur celle des autres médecins spécialistes, à 25 euros. »

En réalité  la ministre de la Santé pousse le bouchon nettement plus loin. Marisol Touraine a en effet affirmé la semaine dernière BFM TV que « le médecin touche 31 euros » pour le prix de la consultation.  « En novembre  elle évoquait déjà le chiffre de 31,40 euros pour la rémunération globale d’une consultation d’un médecin de famille, rappelle Le Quotidien du Médecin.

 Prise au mot

Si le syndicat réclame une telle hausse du tarif de la consultation, c’est pour prendre la ministre au mot. «Il ne faut pas nous prendre pour des imbéciles. Nous demandons la suppression de tous les forfaits et de la rémunération sur objectifs de santé publique pour porter l’acte à 31 euros, propose Luc Duquesnel. L’Assurance-maladie réalisera même ainsi une économie de 40 centimes par acte!»

« C’est un véritable revirement de la part de l’Unof-CSMF. En effet, il avait activement participé à la conception de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) en 2011, une des principales rémunérations annexes des praticiens, souligne Le Figaro. Aujourd’hui, le ton a changé. Surtout, la prime sur objectifs ne doit pas être ajoutée au coût de la consultation comme le fait la ministre, car elle ‘’correspond à un travail supplémentaire auprès des patients’’, assure Luc Duquesnel. Par conséquent, en la supprimant, ‘’les médecins seront déchargés de toutes les tâches administratives qui y sont liées, ce qui permettra de consacrer plus de temps aux patient’’. »

Le moins fin

MG France ne l’entend pas ainsi. «C’est un mauvais calcul, réagit Claude Leicher, président de ce syndicat qui n’a pas varié : la consultation à 25 euros. Les forfaits servent à nous rémunérer pour des tâches réalisées quand nous ne voyons pas le patient. Si on les supprime, alors nous y perdrons, sauf si nous nous mettons à travailler encore plus.»

Travailler plus ? Ou jouer au moins fin ? Combien de temps encore, ce jeu de bonneteau ? Quand les différentes parties en présence (gouvernement compris) consentiront-elles à voler délibérément plus haut ?

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s