Cœur et cellules souches : comme l’espoir d’une promesse ( une « avancée majeure préliminaire française »)

Bonjour

A partir de quand parler d’avancée ? Que dire d’une promesse ? Les journaux d’information générale sont-ils, ici, soumis aux publications scientifiques (avec embargo)  dans les revues ayant pignon sur rue ? Doivent-ils ou pas se soumettre au bon vouloir des conférences de presse ? Telles sont quelques-unes des  questions soulevées avec la communication faite le 16 janvier à Paris dans le cadre des 25èmes Journées européennes de la Société Française de Cardiologie.

L’essentiel a été résumé en quelques lignes officielles :

« Thérapie cellulaire de l’insuffisance cardiaque : première implantation de cellules cardiaques dérivées de cellules souches embryonnaires humaines à l’hôpital européen Georges Pompidou

Aucune complication

Le 21 octobre 2014, le Pr Philippe Menasché et son équipe du service de chirurgie cardiovasculaire de l’hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP ont pratiqué une greffe de cellules cardiaques dérivées de cellules souches embryonnaires humaines, selon un procédé développé par le Département de Biothérapies Cellulaires et Tissulaires de l’hôpital Saint-Louis, dirigé par le Pr Jérôme Larghero et grâce aux recherches menées par ce groupe au sein de l’Inserm. L’opération, couplée à un pontage coronaire a été pratiquée chez une femme de 68 ans atteinte d’insuffisance cardiaque sévère. Dix semaines après l’intervention, la patiente se porte bien, son état s’est nettement amélioré, sans qu’aucune complication n’ait été observée. Cette avancée prometteuse a été présentée ce vendredi 16 janvier 2015 aux 25èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie. »

Selon ces médecins

L’affaire fait aussi l’objet d’une dépêche de l’Agence France Presse (Brigitte Castelnau). « Des essais à partir de telles cellules embryonnaires ont déjà été réalisés  dans le monde pour corriger des pathologies de l’œil, mais c’est le premier  essai pour l’insuffisance cardiaque, selon ces médecins, précise l’AFP.  La patiente souffrait d’insuffisance cardiaque sévère avec altération nette  de sa fonction cardiaque à la suite d’un infarctus ancien, mais elle n’était  pas au stade ultime qui aurait relevé d’une greffe cardiaque ou d’un coeur  artificiel. A présent, « la patiente va bien, son état s’est nettement amélioré, sans  qu’aucune complication n’ait été observée. Elle est rentrée chez elle et a  repris une activité normale », a dit à l’AFP le Pr Menasché. »

Secret bien gardé

Les néo-cellules cardiaques obtenues à partir des cellules souches  embryonnaires ont été incorporées dans un gel posé sous forme de  patch sur la zone cardiaque infarcie. Le Pr Menasché estime aujourd’hui prématuré de dire si l’amélioration observée  résulte de la greffe de cellules ou du pontage.  Il précise qu’il y a un an, un patient « en bout de course » avait également  été traité, mais n’avait pas survécu à ses multiples pathologies, sans que le  patch cellulaire soit en cause. « Nous ne pensons pas que ces cellules vont vivre éternellement et fabriquer  du tissu cardiaque, ajoute le Pr Menasché. En revanche, il y a des arguments  sérieux pour penser qu’elles sécrètent des substances qui peuvent induire une  forme de réparation à partir du cœur  lui-même. »

Espérons-le. Notre confrère Jean-Daniel Flaysakier développe ces différents points sur son blog docteurjd.com.

Avancée majeure préliminaire

Pour résumer aucune conclusion définitive ne peut, pour l’heure, encore être tirée de cette communication dont on confie qu’elle constituait « un secret bien gardé ».  Aucune conclusion, ce qui n’a pas empêché Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à la Recherche de saluer cette  « avancée prometteuse »: une «première implantation mondiale » qui «démontre une fois de plus le niveau d’excellence » de la recherche française.

Quant à .Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé, et des Droits des femmes elle « salue l’avancée majeure pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque grave que représentent les résultats préliminaires de l’essai clinique français de thérapie cellulaire (…) ». Avancée majeure préliminaire ? Sans oublier Anne Hidalgo, maire de Paris (et présidente du conseil d’administration de l’AP-HP) qui « salue avec enthousiasme une grande première mondiale à l’AP-HP».

Où l’on voit, une fois encore, que le politique peut ne guère ne s’embarrasser de la vérité médicale et scientifique.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s