Attentats de Paris : mais que se passe-t-il donc aujourd’hui à France Télévisions ?

Bonjour

Les enceintes des médias ne sont pas toujours les oasis que l’on croit. C’est vrai pour le papier comme pour l’audiovisuel. A la suite des attentats de Paris quelques événements récents témoignent de la violence qui peut régner dans ces espaces professionnels à vocation communicationnelle.

Manquements

D’abord le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Le lundi 12 janvier dernier (au lendemain du « grand rassemblement ») il diffusait publiquement le message suivant :

« Depuis le début des événements tragiques que vient de subir le pays, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a mis en place un suivi de leur traitement par les médias audiovisuels. Il examine, dans le cadre de ses pouvoirs de contrôle, contradictoirement, les manquements qu’auraient pu commettre certains de ces médias.

Par ailleurs, à la suite de la note qu’il a adressée vendredi dernier aux rédactions pour leur rappeler d’indispensables précautions de comportement, le Conseil a décidé de convier les télévisions et les radios assurant une fonction d’information à une réflexion commune sur les questions et les difficultés qui ont pu être soulevées par l’accomplissement de leur mission. »

La cible visée était pour l’essentiel, les chaînes de télévision « d’information continue » accusées de mille et un maux. Non sans solides arguments. Cette initiative officielle a fait beaucoup parler devant les micros et les caméras des médias assurant une fonction d’information. Trop en faire

On notera tout particulièrement  l’écho rencontré par la tribune (publiée sur L’Obs-Rue 89) par l’ancien présentateur du journal de 20 heures Bruno Masure – tribune sobrement intitulée «  Les télés et Charlie Hebdo : devoir d’informer ? Mon cul ! » . M. Masure présentait le 20 h sur France 2, lors de l’attentat du RER Saint-Michel le 25 juillet 1995 (8 morts, 117 blessés). Extrait :

Remplissage ad nauseam 

« Même si les situations ne sont guère comparables (pas de vidéos ou de photos via les portables, pas de réseaux sociaux chauffés à blanc et surtout, pas de concurrence sauvage entre chaines d’information permanente), j’en demeure encore meurtri car nous avons alors commis les mêmes dérapages.

Par exemple, en interrogeant des « témoins » qui n’avaient rien vu, en faisant inlassablement la tournée de reporters qui, bien que « sur place », n’avaient strictement aucune info fiable à apporter. Un véritable sketch à la Coluche. À pleurer ! Quand on n’a rien à dire, on ferme sa gueule…

Alors, pourquoi ce remplissage ad nauseam ? Tout simplement pour ne surtout pas « rendre l’antenne » avant TF1 et donner ainsi l’impression aux téléspectateurs qu’on est moins « sur le coup » que nos concurrents (et au passage, préserver nos parts de marché). Vingt ans après, j’entends encore mon oreillette :

« Bruno, TF1 continue son édition spéciale. Donc, tu rappelles Machin, à l’Hôtel-Dieu, et ensuite Truc, à la préfecture de police. »

Résultat, un pitoyable bavardage avec tous les risques d’approximations, voire de francs dérapages… Comme l’autre vendredi 9 janvier, où les chaînes ont mouliné dans le vide toute une matinée sur des images fixes d’une station-service en Seine-et-Marne… »

Crash éditorial

Trop en faire, certes. Mais est-ce plus grave que de ne pas en faire assez ? Voici, aujourd’hui, que l’Agence France Presse nous fait part de nouvelles tourmentes au sein de la télévision publique nationale : le rédacteur en chef de l’édition nationale du 12/13 de France 3, Régis Poullain, sera remplacé. Remplacé « suite à un manque de réactivité » de l’édition de la mi-journée, juste après l’attaque contre Charlie Hebdo. On parle déjà de crash éditorial.

Erreurs évaluées

Explications circonstanciées : alors que la nouvelle de l’attentat contre l’hebdomadaire satirique le 7 janvier venait de tomber, le journal n’avait pas modifié ses titres, qui parlaient entre autres de soldes et de baignades en hiver. « Il y a eu une erreur d’évaluation de la part du rédacteur en chef Régis Poullain », a déclaré Pascal Golomer, directeur délégué à l’information en charge des rédactions de France 2 et France 3 (et ancien directeur de la rédaction nationale de France 3).

En pratique Régis Poullain « va quitter son poste et sera amené à occuper d’autres fonctions au sein de la rédaction nationale ».  M. Golomer a précisé qu’il sera remplacé à compter du lundi 26 janvier par Philippe Peaster, actuellement rédacteur en chef adjoint du 19/20.

Pertinence et réactivité

Ce n’est pas tout. La direction de l’information a également décidé de « missionner » la directrice adjointe de la rédaction, Agnès Molinier, « dans un rôle très opérationnel » pour accompagner l’équipe de rédaction en chef du 12/13 depuis la fabrication et jusqu’à la diffusion du journal. Les équipes de rédaction en chef, au 12/13 comme au 19/20, seront à nouveau composées de trois personnes dédiées (auparavant elles se partageaient un adjoint). L’objectif est « d’agir pour qu’à l’avenir, la couverture de l’actualité soit à la fois plus complète, plus réactive et plus pertinente, quelle que soit l’édition », souligne M. Golomer.

Enquête interne

Et encore : plusieurs syndicats ont déposé un préavis de grève d’une heure pour lundi 26 janvier afin d’obtenir les résultats de l’« enquête interne » sur le traitement de l’attentat par l’édition nationale du 12/13 le 7 janvier. Ces syndicats ont dénoncé un « crash éditorial ». Selon eux, les informations des journalistes de la rédaction partis sur les lieux de l’attentat et les dépêches de l’AFP « auraient permis de modifier le conducteur et de dérouler le journal à la hauteur de l’événement ».

Actions à mener

La direction de l’information de France Télévisions a entamé un examen détaillé de la couverture par les rédactions de France 2, France 3 et Francetvinfo des événements survenus entre le 7 et le 11 janvier. La direction fera bientôt part aux rédactions des actions à mener.

Trop en faire ou ne pas en faire assez. Y-a-t-il une échelle dans l’ordre des manquements éthiques télévisuels ? Si oui, où est-elle ?

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s