Fresques obscènes (suite) : seriez-vous plutôt médecin ou plutôt chirurgien ?

Bonjour

Et vint l’heure de l’humour. Nous parlons ici de cette fresque arverne qui rappela à la France l’existence des internes et celle du CHU Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand. Sans oublier, précisément, Gabriel Montpied (1903-1991) qui fut un grand résistant et un homme politique remarquable.

Rue de la Glacière

Le célèbre quotidien La Montagne nous a beaucoup appris sur cette redoutable affaire et, précisément, on aurait aimé lire que le très grand régional de l’étape,  l’immense Alexandre Vialatte, aurait chroniqué sur un si beau sujet depuis sa rue parisienne de la Santé ou de la Glacière.

Faute de Vialatte nous avons, après les féministes et les politiques, les mains anonymes des chirurgiens du syndicat Le Bloc.  « Ils prennent aujourd’hui part au débat, avec une pointe d’humour… carabin, nous indique Le Quotidien du Médecin. Une manière également de tourner en dérision les discours moralisateurs de ceux qui s’offusquent de l’existence de ces fresques dans les salles de garde, réservées au personnel médical. »

Le psoas-illiaque

Ce syndicat radical et chirurgical précise « très solennellement » qu’aucun praticien du bloc opératoire n’a collaboré à la conception de cette fresque polémique. Voici son alibi :

« En effet on peut y voir la main de la femme située à droite de l’image pénétrer par voie vaginale la femme couchée au centre. Or cette main, visible par transparence, prend une direction oblique en bas et en dehors et se situe de ce fait approximativement au niveau de l’insertion trochantérienne du muscle psoas-illiaque ce qui est anatomiquement impossible. Aucun praticien du bloc opératoire n’aurait pu commettre cette erreur topographique qui relèverait d’une faute professionnelle grave. »

Images de stupre

Ces chirurgiens reviennent sur le projet du gouvernement avec un amendement : « que dans la future loi de santé les missions de service public ne soient accordées qu’aux établissements pouvant prouver qu’au cours des cinq dernières années aucun de leurs murs n’a été entaché d’images de stupre ». Faute de quoi ils « invitent tous les responsables politiques et associatifs à se faire soigner dans les établissements privés, car leur seule présence dans les hôpitaux publics serait une caution inadmissible apportée à ces fresques carabines machistes ou homophobes qui dégradent l’image de la femme et déshonorent la médecine française ».

On peut rire (ou pas) de tout cela. On peut aussi sur le même sujet, se télé-déporter à l’autre extrémité du spectre

Et, à gauche, lire le quotidien Libération. Il vient de publier une tribune dans laquelle ses auteurs – dix médecins de l’AP-HP (1) – dénoncent un « machisme rétrograde exprimé non seulement par l’art pictural des salles de garde mais aussi par des propos souvent sexistes ». On lira leur texte ici « La fresque de Clermont-Ferrand est l’expression caricaturale du sexisme du monde hospitalier ». Ou ci-dessous :

Rites et exutoires

« Marisol Touraine a été choquée à juste titre par le détournement d’une fresque de salle de garde. Généralement sexistes, les fresques sont censées être l’expression d’un exutoire et font partie des rites des salles de garde (comme les projections alimentaires, l’exhibitionnisme occasionnel, les gages idiots tels que les mimes sexuels, l’interdiction des discussions politiques ou médicales avant le café).

Heureusement, la majorité de nos collègues n’y voit qu’un lieu de partage du repas, animé et convivial. Ces rites, ces fresques renforceraient le sentiment d’appartenance à un groupe qui partage un quotidien difficile. Acquérir ces codes, c’est une sorte de rite initiatique permettant d’entrer dans la confrérie des carabins. Intéressant pour les ethnologues, curieux pour les contemporains. Si néanmoins on comprend l’importance d’avoir un lieu «à soi» pour tous ceux qui passent l’essentiel de leur vie à l’hôpital, on comprend moins pourquoi les codes adoptés doivent perpétuer un machisme rétrograde exprimé non seulement par l’art pictural des salles de garde mais aussi par des propos souvent sexistes.

« Féministes emmerdeuses »

Les femmes qui les relèvent passent au mieux pour des emmerdeuses féministes, au pire pour des «mal baisées». Ce soi-disant esprit carabin n’est que l’expression caricaturale du sexisme ordinaire du monde hospitalier et de la société en général, comme en témoignent les sex-ratio des personnels de l’AP-HP : 85% des infirmiers sont des femmes, 60% des praticiens hospitaliers, 30% des professeurs des universités, moins de 10% des chefs de pôles.

Le viol n’est pas un sujet de plaisanterie, il est normal d’être été choqué(e)s par le détournement de cette fresque. Nous le sommes également. Utiliser le folklore sexiste des salles de garde pour injurier la ministre n’est pas au niveau du débat qui doit avoir lieu sur la loi de santé. »

Houellebecq (« Soumission »)

On peut (ou pas) partager cette vision particulièrement triste de la réalité hospitalière française. Une vision quasi houellebecquienne qui, comme dans un chef d’œuvre (signé Antoine Pol- Georges Brassens),  semblerait presque n’avoir pour horizon que  la mélancolie d’un avenir désespérant.

A demain

(1) Dr Marie-Paule Chauveheid, Dr Nathalie De Castro, Pr Claire Fieschi, Dr Lionel Galicier, Dr Anne Gervais, Dr Mathieu Lafaurie, Dr Nathalie Lerolle, Pr Erik Oksenhendler, Dr Juliette Pavie, Dr Diane Ponscarme.

A noter, sur Slate.fr,  une remarquable série de clichés des fresques des salles de gardes parisiennes. La direction générale de l’AP-HP aurait-elle prévu de les faire disparaître ? Rien, à ce jour, ne permet de l’affirmer.

4 réflexions sur “Fresques obscènes (suite) : seriez-vous plutôt médecin ou plutôt chirurgien ?

  1. alors voilà, j’étais interne, dans un temps où 10% des internes ou même moins étaient de sexe féminin (c’est correct d’écrire cela?), bien sur, très jeune et jeune fille je me suis senti rougir devant ces dessins, mais pas plus agressée que cela et jamais je n’ai du subir de sévices, ni verbaux ni autres et finalement j’ai bien rigolé et nous avons fait des fêtes et c’est tout! Maintenant je me rends compte ( et cela c’est de l’humour noir) que j’ai été complice d’antiféminisme et etc.. Bon je ne suis pas féministe, je suis une femme qui a réussi à faire son chemin dans un milieu réputé macho. Alors peut être que tous ces gens qui récriminent ont tout simplement raté leur vie et sont des frustrés.

    • Argument éculé: Celles qui se plaignent de l’ambiance des sales de garde et du machisme médical sont des homosexuelles ou des frigides et des frustrées – et les hommes qui les soutiennent sont des homosexuels car en salle de garde, on est hétérosexuel messieurs dames..
      Pour rester dans le même registre que vous, je pourrais vous répondre que la salle de garde c’est l’occasion pour les vraiment moches et même pas sexy en plus d’être moches, de se faire pénétrer par des sexes masculins gratuitement alors que moi qui était très belle j’ai subi, pas toujours et pas partout, mais j’ai subi des faits de harcèlement sexuel indéniables.

      Je n’ai pas besoin de me mettre à votre niveau. il me suffit de rappeler le contenu des débats publics du procès d’assise pour viols de patientes d’André Hazout Des femmes médecins comme vous et moi se contentaient de sortir de la salle de staff de l’hôpital Antoine Beclère quand le Dr mazout y pénétrait pour manifester leur dégoût de ses crimes car le viol est un crime.

      Je ne condamne pas ces praticiennes qui ont fait une belle carrière en étant femmes dans une ambiance machiste, comme vous. Elles avaient la décence de la lucidité et d’une petite manifestation de révolte timide qui vous font défaut.

  2. Dans un grand souci citoyen ,sur une si grave question sociétale et à l’instar de « Transparence Santé » le site lancé par MST («Cette initiative importante concrétise l’engagement de la ministre en faveur de la transparence et de la prévention des conflits d’intérêts dans le secteur de la santé») je milite pour qu’on étende le champ du décret aux connivences avec les politiciens. Qu’ont à gagner nos 10 consœurs et confrères signataires de cette valeureuse et vertueuse tribune à brosser le pouvoir en place dans le sens du poil en rajoutant une couche de niaiserie sur le discours bien pensant?
    Les français sont vraiment anesthésiés en ce moment….
    Stef Chirurgien

    • Un interne a eu un comportement antisocial et peut-être criminel, la justice le dira sans doute.

      Votre réaction est de l’encourager et de calomnier ceux qui ont davantage de décence que vous.

      Il parait que CGT, de la CFDT, de FO , de la CFTC et de la CFE-CGC auraient signé un accord national en 2010 sur le harcèlement et la violence au travail dont les premiers mots seraient: « Le respect de la dignité des personnes à tous les niveaux est un principe fondamental qui ne peut être transgressé, y compris sur le lieu de travail (…) »

      Vous démontrez que la dignité des femmes n’est pas un principe fondamental dans les salles de garde comme vous les aimez.

      Si l’obstétricien le Dr André Hazout, aujourd’hui définitivement condamné à 8 années de prison pour viols et agressions sexuelles de patientes en état de vulnérabilité, n’avait pas été protégé dans un comportement d’obsédé sexuel et de délinquant par tant de confrères auxquels des patientes avaient fait des confidentes et par les chirurgiens obstétriciens d’un service où les sage-femmes s’enfermaient à clefs dans les chambres de garde pour éviter ses assaults délinquants, vous pourriez prêter à rire….

      Qu’ une jeune femme soit morte récemment parce qu’une anesthésiste saoule avait entubé l’oesophage au lieu de la trachée sans que les chirurgiens ayant pratiqué la césarienne ne fassent le diagnostic étiologique de son asphyxie par ventilation de l’estomac avant l’arrivée du SAMU et qu’ils aient accepté de travailler dans une clinique privée avec une anesthésiste en état d’ivresse tel qu’elle aurait été dysarthrique pourrait s’expliquer par une attitude nombrilisme comme la vôtre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s