SOS Médecins en guerre contre la fin prochaine du « médecin en garde de nuit profonde »

Bonjour

Dimanche prochain, à compter de 8 heures du matin, ne téléphonez pas à SOS Médecins. C’est un nouvel épisode dans le conflit qui oppose le corps médical libéral à Marisol Touraine, ministre de la Santé. C’est aussi un nouvel épisode de la stratégie (concertée ?) du court-circuitage : ne plus passer par le cabinet de la ministre de tutelle et gagner directement le Palais de l’Elysée. Jadis cette pratique restait secrète (et comportait le préalable de l’Hôtel de Matignon). Aujourd’hui elle se fait au grand jour.

Fresque des arvernes

C’était le cas hier, 21 janvier, des internes  aux prises avec la désormais célèbre affaire de la fresque obscène des arvernes. C’est le cas aujourd’hui avec les praticiens de SOS Médecins qui viennent d’adresser un peu banal courrier au président de la République. Un courrier qui mérite attention et qui concerne « la suppression du médecin de garde en nuit profonde ».

Voici l’affaire : ces praticiens ont demandé (lors de leur Assemblée Générale du 15 janvier 2015) que Marisol Touraine « revienne sur la suppression du médecin de garde en nuit profonde ». Cette suppression a déjà été effectuée, disent-ils, par les directions des Agences Régionales de Santé de Lorraine et du Nord Pas de Calais – suppression replacée par une permanence de soins exclusivement hospitalière avec transport du malade aux urgences hospitalières.

Prévenir une dérive

« Aucune proposition en ce sens n’ayant été formulée et aucun contact n’ayant même été pris avec la ministre »  SOS Médecins a décidé de saisir le Président de la République pour lui demander d’intervenir directement afin d’éviter une telle dérive de notre système de soins.

On peut lire ici ce courrier daté du 21 janvier. Extraits :

« Monsieur le Président, trouvez-vous normal qu’entre minuit et 8 heures du matin, les parents d’un nourrisson souffrant de laryngite ou de bronchiolite, soient contraints de le conduire obligatoirement aux Urgences Pédiatriques ?

Qu’un patient faisant une crise de colique néphrétique au milieu de la nuit, soit obligé de se rendre aux Urgences de l’Hôpital pour être soulagé ?

Qu’une personne âgée faisant un épisode de gêne respiratoire au petit matin, n’ait d’autre solution que de partir en ambulance finir sa nuit dans un couloir d’hôpital ?

Qu’une personne en fin de vie dont les douleurs sont trop violentes, ne puisse pas être soulagée à domicile ?

Alors que ces patients auraient pu rester à leur domicile, que des médecins de nuit sont disponibles pour les prendre en charge chez eux et leur éviter les contraintes et le traumatisme de l’hospitalisation nocturne. Au-delà de l’incidence médico-sociale catastrophique pour les Français, le coût pour la collectivité sera beaucoup plus élevé. En effet le cumul du transport et de la prise en charge hospitalière représente un coût cinq fois supérieur à celui de l’envoi d’un médecin au chevet du patient.

Il s’agit donc d’une mesure que seule une profonde erreur d’appréciation peut expliquer car nous n’osons imaginer qu’il puisse s’agir d’une approche dogmatique que rien ne pourrait justifier.

 Monsieur le Président, intervenez pour que le bon sens revienne et que les patients retrouvent le droit d’accès à un médecin généraliste à toute heure du jour et de la nuit. »

Urgentistes de France

C’est là une supplique émouvante. Sans doute renvoie-t-elle à une problématique plus complexe. On n’ose imaginer que, dans sa sagesse, l’administration sanitaire prenne le risque de compliquer un peu plus encore la situation des services des urgences hospitalières. Et si tel devait être le cas il est vraisemblable que la direction de l’Association des médecins urgentistes de France le ferait directement savoir au président de la République.

Pour l’heure le courant ne passe plus. Déplorant l’inertie du ministère de la Santé et le déni à l’égard des revendications des médecins libéraux (auxquelles elle rappelle son soutien plein et entier) l’association SOS Médecins annonce « un mouvement de suspension d’activité dimanche 25 janvier 2015 à partir de 8h du matin et sur l’ensemble du territoire français ».

« A peine la grève était-elle annoncées que les Agences régionales de Santé (ARS) ont réquisitionné les praticiens» Vient de faire savoir Le Parisien.

A demain

Une réflexion sur “SOS Médecins en guerre contre la fin prochaine du « médecin en garde de nuit profonde »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s